Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Kragba Tré, père de Dr Blé, médecin de Gbagbo : “Ils ont pris le pouvoir, qu’ils libèrent nos enfants”

Kragba Tré Paul est le père du docteur Blé Christophe médecin personnel du président Gbagbo, maintenu en détention à Korhogo après la déportation de son patron. Dans cette interview réalisée dans son village de Kpogrobouo à Guibéroua en novembre dernier), Kragba Tré demande la libération de son fils et tous les prisonniers.


Notre Voie : Votre fils est le médecin du président Gbagbo. Comment avez-vous vécu la crise armée qui s’est conclue par l’arrestation du président Gbagbo ?

Kragba Tré Paul : Dans notre village, tout le monde a fui pour se réfugier en brousse à l’arrivée des Frci qui combattaient pour Alassane Ouattara. Les vieux, les jeunes, les femmes et les enfants ont tous fui. Moi, j’ai marché et dormi dans la brousse avant de sortir dans un village de Gagnoa. Depuis cette date, je suis malade et mes pieds sont enflés. Heureusement c’est un médecin, ami de mon fils qui s’occupe de moi sinon je ne serais plus en vie. Que Dieu garde longtemps ce bienfaiteur.

N.V. : Votre fils est en prison avec le président Gbagbo. Comment vous vivez cette situation ?

K.T.P. : Vous savez bien que ça ne fait pas plaisir de voir son fils en prison. C’est lui qui travaillait avec le président de la République et c’est grâce à eux que je vivais sans trop de souci. Le président Gbagbo n’est pas là. Il est en prison avec mon fils à Korhogo. Je n’ai pas de leurs nouvelles. Sur les dernières images que j’ai vues, je n’ai pas reconnu mon fils qui a gardé la barbe. Ce qu’il n’a jamais fait. C’est dur et je vis une situation très péniblement. Je préfère que mon fils perde son emploi que d’être gardé en prison. Je demande aux autorités de le libérer afin qu’il vienne rester auprès de moi.

N.V. : Vous plaidez pour la libération alors que les autorités veulent traduire Gbagbo devant la Cpi pour disent-elles des crimes qu’il a commis.

K.T.P. : Moi je me demande pourquoi on nous a envoyé la guerre. Je veux aussi savoir quels crimes Gbagbo a commis. Je n’arrive toujours pas à comprendre ce dont on accuse Gbagbo pour l’envoyer à la Cpi.
Dans ce pays, des gens ont perdu le pouvoir et n’ont pas fait la prison. Je demande donc qu’on libère Gbagbo.

N.V. : Maintenant qu’un calme apparent règne, quels sont vos rapports avec les Frci ?

K.T.P. : Personnellement, les Frci ne me fatiguent pas. Je vis pour le moment tranquille. Mon gros souci est ma santé.

N.V. : Le pouvoir de Ouattara parle de réconciliation. Etes-vous dans une bonne disposition d’esprit pour cette réconciliation ?

K.T.P. : La réconciliation est possible entre les fils de Côte d’Ivoire. Mais pour qu’elle connaisse un véritable succès, je demande la libération de tous les prisonniers et le retour au pays des Ivoiriens qui vivent encore en exil. Ils ont pris le pouvoir, qu’ils libèrent nos enfants afin de favoriser la réconciliation.

N.V. : Le pouvoir semble ne pas se préoccuper de la libération des prisonniers que vous demandez. Il annonce plutôt les législatives pour décembre. Etes-vous prêt à vous rendre aux urnes pour ces élections à venir ?

K.T.P. : Nos enfants qui devaient se porter candidats ne sont pas là. Ils sont en prison et beaucoup sont en exil. Comment peut-on aller à des élections dans ces conditions sans un grand nombre d’Ivoiriens. Si le pouvoir veut effectivement que les Ivoiriens aillent voter aux prochaines législatives, il doit libérer les prisonniers et mettre fin à l’exil de nos enfants.

Interview réalisée à Kpogrobouo par Benjamin Koré in Notre Voie

Jeudi 8 Décembre 2011
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société