Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

Kennedy, Bokassa, Mobutu, Kadhafi… : La proxénète qui leur livrait des prostituées est décédée

Celle qui fournissait des filles au plus grands de ce monde dans les années 60-70 a rendu l’âme le samedi 19 décembre 2015 à Nice en France à l’âge de 92 ans.


Kennedy, Bokassa, Mobutu, Kadhafi… : La proxénète qui leur livrait des prostituées est décédée
Mondialement connue dans le milieu du proxénétisme, Madame Claude, de son vrai nom Fernande Grudet a fait trembler la République française dans les années 60-70. A la tête d’un vaste réseau de prostitution à cette époque, elle fournissait des filles aux personnalités célèbres de la planète, notamment hommes politiques, vedettes de la musique et hommes d’affaires. Cependant, la professionnelle du sexe n’a jamais révélé les noms des clients qui fréquentaient ses filles de chambre. Comme quoi, elle aussi, tient au secret professionnel. Toutefois, selon les médias français, les rumeurs n’ont pas manqué de citer des personnalités comme le président américain John Fitzgerald Kennedy, Jean Bédel Bokassa, Gnassingbé Eyadema, le Shah d’Iran, le Guide libyen Mouammar Kadhafi et bien d’autres.

Née en 1923 à Angers dans le département de Maine-et-Loire(France), dans un milieu modeste, elle s’installe à Paris dans les années 50. C’est là que la jeune dame prend le pseudonyme de Madame Claude et fréquente les lieux de banditisme et se prostitue. Devenue professionnelle du plus vieux métier du monde (prostitution), elle monte sa propre entreprise de proxénétisme au 32 rue Boulainvilliers dans le 16ème arrondissement de Paris. Au fil du temps, celle qui sera célèbre à travers son nom d’emprunt Madame Claude, réussit à créer un système qui consiste à mettre en relation des jeunes femmes bien conscientes du métier, sélectionnées pour leur élégance. Avec une clientèle aisée par le biais du téléphone, d’où le fameux ‘’call girl’’ qui devient le nom de ces jeunes dames. Pour assurer sa protection dans l’exercice de son métier, Madame Claude était la bouche, les yeux et les oreilles des services secrets français. Des années plus tard, les déboires de Madame Claude commencent lorsque Valéry Giscard d’Estaing arrive au pouvoir en 1974 et un certain Michel Poniatowski à la tête du ministère de l’Intérieur. A partir de 1976, le business de Madame Claude est menacé par la justice française. Dès lors, le fisc s’intéresse à ses activités et lui réclame 11 millions F français. Abandonnée par ses nombreux et puissants amis, elle a été obligée de s’enfuir à Los Angeles(Etats-Unis) en 1977. Trois ans plus tard, croyant ne plus être poursuivie, elle retourne en France.

Arrêtée en 1985, elle est jetée en prison pour quatre mois.

A sa sortie, elle tente de reprendre son métier de proxénète en vain, parce qu’elle sera condamnée à nouveau à trois ans de prison dont six mois ferme et un million d’euros d’amende. Madame Claude ruinée et pour payer sa dette décide d’écrire un livre de souvenir dont les droits d’auteurs seront reversés au Trésor public. Arrivée à bout de ses déboires judiciaires, elle s’installe sur la Côte d’Azur dans l’anonymat pour finir ses jours. En 2010, alors qu’elle jouit sa retraite paisible, elle sera affectée par un portrait la présentant comme une manipulatrice dans une émission intitulée « Un jour à destin ». Fernande Grudet, dite Madame Claude part se reposer en paix avec tous ses secrets liés à sa profession de proxénète.

Eugène KOUADIO
In La Tribune ivoirienne
Mercredi 23 Décembre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 810 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5711 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site