Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Jeux de Hasard à Abidjan / Argent en vitesse : Ils n’ont rien, mais ils rendent riches


Photo : DR
Photo : DR
La commune du Plateau, aime à le dire son premier magistrat M. Noël Akossi Bendjo, est la vitrine du district d’Abidjan. Cité des affaires, elle abrite des administrations publiques et la quasi-totalité des institutions bancaires internationales et des ambassades. Ce qui en fait un espace très fréquenté, les jours ouvrables. A côté des activités lucratives formelles qui y sont pratiquées, existent aussi des activités curieuses. Il s’agit entre autres de la vente de numéros de chevaux aux parieurs ou encore aux turfistes. Notre passage le lundi 3 mai 2010, nous a amené à comprendre un peu cette activité. «Place Vincennes» sise à l’avenue parallèle à la «Sorbonne», un autre espace dédié à la libre expression de toutes sortes d’opinions, grouille de monde. L’endroit est devenu, avec l’avènement du PMU (Pari Mutuelle Urbain), un marché à ciel ouvert où se côtoient fonctionnaires, agents du privé et autres débrouillards à la recherche de la formule magique qui les fera entrer à jamais dans le cercle très restreint des millionnaires et bourgeois de la capitale. L’activité principale tourne autour des chevaux, des paris et des chiffres. Et c’est l’une des raisons de la célébrité de cet espace. «Je suis là ce matin pour acheter un document que m’a conseillé un collègue. Un document en rapport avec les combinaisons pour mieux connaître les chevaux gagnants», confie M. Yapo. L’homme qui dit être machiniste à la Sotra, avoue fréquenter régulièrement ce lieu. Mieux, il en garde des souvenirs. « Moi, je n’ai jamais acheté de numéros ou combinaisons pour jouer, mais plutôt la documentation. Et j’ai déjà gagné à partir des astuces contenues dans ces documents de forte somme d’argent allant de 500.000 FCFA à 2.000.000FCFA. Et chaque fois qu’il m’est possible, je passe voir s’il ya de la nouveauté en la matière », ajoute-t-il. Comme M. Yapo, beaucoup de personnes qui s’adonnent au pari sur les chevaux des hippodromes viennent en ce lieu pour acheter auprès des « libraires du pari», de la documentation. Une fois notre interlocuteur parti, nous voici en face d’un groupe écoutant religieusement, tout en prenant des notes à partir des commentaires d’un vendeur de numéro au sobriquet évocateur «Docteur Nostradamus». Bâton en main, manches retroussées, il explique à partir de calculs arithmétiques. Dans un triangle, les numéros qui gagneront la course du tiercé de ce lundi. « Tous ceux qui veulent être millionnaires, voici les trois numéros dans l’ordre. Je suis assis, vous venez me voir. Je vous donne la combinaison exacte parce qu’il peut avoir des outsiders», lance-t-il. Aussitôt dit, des ‘’auditeurs’’ s’exécutent, d’autres restent de marbre. Un vieillard à la barbe blanche, visiblement pas novice en la matière, donne la raison de son indifférence. «Ces gars là sont de véritables menteurs ! Il y a une semaine, l’un d’entre eux m’a conseillé une formule complète de 1800 FCFA moyennant 500 FCFA. D’abord, je n’ai pas gagné. Ensuite, il a fallu la gentillesse d’un ami pour que je rentre chez moi», nous raconte le vieillard. Cette infortune, beaucoup l’ont peut-être déjà vécue dans l’aventure à «l’argent en vitesse». Le contrepied des confidences de notre vieillard est vite trouvé. Pour ‘’Nostradamus’’, les clients sont ingrats. «On dit que nous sommes des trompeurs. Moi, je ne suis pas un trompeur. Les gens ne sont pas reconnaissants. Une fois qu’ils gagnent, on ne les voit plus. Mais, c’est quand ils perdent qu’ils se plaignent ! Ce dimanche, il y a un parieur qui est venu me dire merci. C’est une preuve que je fais gagner», dit-il. Comme lui, tous les vendeurs de «numéros» disent rendre riche mais jouent peu. A la question de savoir pourquoi, ils ne jouent pas, ils répondront qu’ils n’ont pas d’argent pour faire les paris. Si l’on s’en tient au propos du «Docteur Nostradamus», qui prend 500 FCFA contre les numéros gagnants, on comprend qu’il n’a pas à parier pour gagner bien sa journée. Malheureusement, cet espace dédié reste toujours fréquenté par bon nombre de parieurs.

Avec le partenariat de L'Intelligent d'Abidjan / par K.H.
Jeudi 6 Mai 2010
La Dépêche d'Abidjan



Enquêtes
Notez

Enquêtes | Dossiers | Grands Reportages


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



La politique ivoirienne est sale En politique, comme dans toutes les compétitions (artistique, sportive…), on ne fa… https://t.co/7Xn2BXCRRO

Facebook

Partager ce site