Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Interview avec... Tom D Genèse (Artiste Reggae ivoirien) aux dirigeants africains : " Quand c'est fini, il faut partir"

Connu sous le nom de Tom D Genèse, l'artiste se nomme à l'État civil, Hien Sie Thomas. Il est originaire de la région du Bounkani, plus précisément de Bouna, c'est dans le Nord-est de la Côte d'Ivoire. L'engagement du chanteur pour une société de paix, de vérité et de la justicier fait aujourd'hui de ce jeune artiste, l'un des espoirs du reggae ivoirien. A quelques jours de la sortie de son nouveau single qui va précéder son deuxième album, celui qu'on appelle affectueusement " le Messager du peuple" s'est prêté à nos questions. Dans cette interview, le chanteur nous livre le contenu du message adressé aux dirigeants africains.



Pouvez- vous nous parler tout d'abord de vos débuts dans la musique reggae?

Merci de me donner l'opportunité de m'adresser à vos lecteurs à travers le monde. Pour me présenter, je me nomme Hien Sie Thomas à l'État civil mais connu sous le pseudonyme de Tom D Genèse pour la cause du showbiz. Je suis natif de Bouna, dans la partie Nord-est de la Côte d'Ivoire. Pour venir à votre question, il faut dire que bercé dès mon jeune âge par la musique reggae avec de grands noms tels que Bob Marley, Alpha Blondy, etc, j'ai décidé de rejoindre un groupe de musiciens appelé " les Wilson" alors que j'étais au lycée de Bouaké dans les années 90-2000. C'est avec ce groupe que je répétais chaque soir jusqu'à ce que je compose mes premières chansons. Le virus de la musique ayant pris le pas sur les études, j'ai décidé de quitter Bouaké pour me retrouver à Abidjan où je suis rentré en studio pour sortir mon premier album "Reveille-toi Africa". Un album de 10 titres qui m'a révélé au grand public. Ensuite, en 2017 j'ai sorti un maxi de deux titres notamment" Microbes, et "Personne ne pourra" qui a été bien accueilli.

Depuis quelques jours, on a constaté que vous preparez la sortie d'un single. Pouvez-vous nous en parler?

Tout à fait, je prépare la sortie d'un single en prélude à mon deuxième album de 14 titres. Le titre de ce single s'intitule " Si c'est fini, il faut partir".

De quoi parle cette chanson et à qui s'adresse a-t-elle?

C'est un message d'avertissement et surtout d'interpellation qui s'adresse à tous nos dirigeants africains. Je leur dis que s'ils ont terminé leurs différents mandats, qu'ils cèdent le fauteuil à d'autres personnes. Qu'ils respectent les règles de la démocratie qui inclut l'alternance et le changement. Pour moi, le peuple qui a donné ce pouvoir mérite qu'on lui dise merci et la meilleure façon de lui dire merci, c'est de partir tranquillement sans toutefois chercher à menacer la paix dont il aspire. Ils doivent savoir que le fauteuil présidentiel est sacré. Il faut éviter de se pérenniser dessus.

A quelques mois des élections présidentielles en Côte d'Ivoire, est-ce une façon pour vous d'attirer l'attention de la classe politique ?

C'est justement cela. Mais au delà de la Côte d'Ivoire, c'est à l'ensemble de toute la classe politique africaine que l'interpelle à travers mon message, parce que les agissements de ces dirigeants perturbent fortement la paix sociale. Or, la population ne souhaite que la paix, rien que la paix. Parce qu'elle est la première victime des crises récurrentes qui ne causent que des désolations au sein de ces populations.

Ne craignez-vous pas parfois pour votre sécurité lorsque vous chantez ce genre de sujets d'actualité ?


C'est notre rôle d'interpeller la classe politique sur tous dangers qui menacent la paix sociale. C'est le rôle d'un artiste qui se dit engagé comme moi. Surtout que la musique reggae est une musique de combat et d'engagement à travers laquelle on réclame une société de justice, de vérité et de paix. Je ne peux pas rester muet face à des comportements qui vont menacer la paix sociale. Je n'ai donc pas peur parce que je suis dans mon rôle.

Au plan technique, comment a été travaillé le single et quand est-ce qu'il sera disponible?

Nous l'avons préparé dans de bonnes conditions au studio DMB chez Moses Doumbia. J'ai fait cette chanson en featuring avec Steacky Rise, un chanteur jamaïcain qui fait fort en ce moment aux USA et en Jamaïque. Il a trouvé mon message juste et vrai, il a donc accepté ce featuring. Quant aux arrangements, ils ont été faits par Babulax Lee, l'un des arrangeurs d'Alpha Blondy. C'est donc une œuvre vraiment bien corsée que je compte sortir dans quelques jours. J'attends de finir le clip vidéo dans ces jours pour commencer la promotion partout dans les médias. La sortie ne saura tarder.

José TETI, Correspondant permanent à Abidjan
Dimanche 29 Septembre 2019
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 1331 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2480 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 2346 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2040 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 1773 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 3201 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/02/2015 | 2717 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/01/2015 | 2085 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 1941 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2014 | 1735 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 15/11/2014 | 2132 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire