Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Insécurité / Un prêtre séquestré pendant plus de 6 heures : Comment il a été abandonné en pleine forêt à 1H du matin


Vivement, que quelque chose soit fait pour les hommes de Dieu, notamment les prêtres. Dans la nuit du vendredi 04 au samedi 05 dernier, un prêtre a été braqué et séquestré pendant plus de 6 heures, avant d`être relâché en pleine forêt. Sur les circonstances, il ressort que l`Abbé R.J.Y.( pour des raisons évidentes de sécurité, nous utilisons ses initiales) prêtre d`une paroisse catholique dans le diocèse de Yopougon, se rendait à des funérailles dans un village situé dans la sous-préfecture de Dabou quand son chemin a rencontré celui des bandits. Il est 19 heures ce jour lorsqu`il se retrouve sur l`axe Abidjan-Dabou. Si son parcours se fait sans embuche, le prêtre va très vite déchanter lorsque peu après le corridor, son véhicule de marque Toyota est vite immobilisé par des hommes en armes. Et le calvaire commence ainsi pour l`Abbé R.J.Y. Ces derniers s`engouffrent dans le véhicule et font démi-tour pour reprendre la route d`Abidjan. A l`arrière de la voiture où il est éjecté, de solides gaillards le tiennent en respect, tout en prenant soin de lui couvrir le visage avec une bâche noire. Mais sur le chemin de retour, le véhicule prend une autre destination. Pour le prêtre, il s`agit visiblement d`une piste villageoise, en témoigne les violentes secousses que subissaient les occupants du véhicule. « Je ne voyais rien et je ne savais pas où on m`amenait », nous a-t-il confié. En réalité, les bandits pour échapper aux forces de l`ordre, ont préféré passer par Niangon-Attié pour atteindre l`autoroute du Nord. De l`autoroute, ceux-ci arrivent dans la forêt de Badasso, du côté de Sikensi. Là, ils marquent un arrêt et réclament de l`argent au prêtre, sous le prétexte que l`homme de Dieu détenait une importante somme d`argent. « Je ne suis qu`un prêtre qui allait à des funérailles », leur a-t-il répondu. Insatisfait de la réponse, les ravisseurs décident de faire passer l`Abbé R.J.Y. de vie à trépas. Débarrassé de tous ces vêtements, il est ligoté. Les bandits arment leurs kalachnikovs, et demandent au prêtre de dire sa dernière prière. Mais le coup de feu ne part pas. L`un des bandits fait comprendre au prêtre qu`ils ne lui feront aucunement mal. Il est abandonné dans cette forêt aux environs de 1 heure du matin. Son véhicule est emporté avec quelques effets. Le prêtre se débrouille pour arriver sur l`autoroute, et parvient ensuite à Elibou. Parvenu à un village, des personnes lui portent secours. La même nuit, ses confrères d`Abidjan viennent le chercher.

Bertrand GUEU in L'Inter
Mardi 8 Novembre 2011
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société