Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Insécurité / Un ex-combattant, chef de gang arrêté - Un ressortissant burkinabé tranche la gorge de son compatriote


Le grand banditisme connaît une recrudescence à Gagnoa, et prend au fil des jours, des proportions de plus en plus inquiétantes. En effet, un gang puissamment armé, conduit par un ex-combattant de l’Ouest, Stéphane Samuel Kacou, s’est illustré de la plus mauvaise des manières à Ahizabré, un village situé dans la sous-préfecture de Gagnoa. Ce gang a attaqué dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 juin 2012, une famille d'opérateurs économiques d’origine nigérienne, vivant dans ledit village. Bilan, un (01) mort et un (01) blessé. De sources concordantes, c'est aux environs de 3 heures du matin que Stéphane Samuel Kacou, ce fils d'instituteur, et ses acolytes que sont Belem Boukary dit Bouba et Ouédraogo Adama alias Adams, tous deux d’origine Burkinabé, venus spécialement d’Issia pour la circonstance, se pointent au domicile de Hamidou Karim.
Une fois sur les lieux, ils fracturent la porte principale de la chambre du propriétaire des lieux. Mais ce dernier déjà sur ces gardes, assène un coup de machette au sieur Kacou, le chef de gang, et lui sectionne un doigt. La femme de l’opérateur économique affolée par la présence des indésirables visiteurs, se met à hurler. Ces cris assourdissants finiront par alerter le frère de son mari, Hassan Moumouni, présent dans la chambre d’à côté. Mais celui-ci n'aura pas le temps de comprendre la situation, qu'il sera abattu d'un coup de fusil tiré à bout portant par Belem Boukary, qui lui avait tendu un guet-apens. Cette fois, la détonation alerte tout le village, qui sort pour porter secours à la famille attaquée. Paniqués hommes armés prennent la fuite. Aussitôt informée, la gendarmerie de Gagnoa dirigée par l'Adjudant-chef Léon Kouassi Konan, dépêche une équipe sur le terrain. Mais c'est 24 heures plus tard que les fins limiers de la gendarmerie arrêteront le chef de gang, Stéphane Samuel Kacou dit Rabet. L’ex-milicien ayant combattu à l'ouest et cerveau de ce braquage, est cueilli à la gare routière de Guessihio, une localité située à 2 km de Gagnoa. Sans faire de résistance, l'individu dénonce ses complices. Ceux-ci seront aussi arrêtés à Issia.
Les perquisitions qui seront menées permettront de mettre la main sur trois fusils de calibre 12 canons sciés de fabrication artisanale et un pied-de-biche. Belem Boukary qui s'est présenté comme un trafiquant d'armes, a reconnu avoir tué Hassan Moumouni. Par ailleurs, le lendemain de l'attaque d'Ahizabré, soit le jeudi 14 juin 2012, la gendarmerie a été saisie d'un crime crapuleux commis à Galédribouo, toujours dans la sous-préfecture de Gagnoa. Renseignement pris, il revient que Marcel Saga Sawadogo, d'origine burkinabé, a tranché la gorge de son compatriote Issa Dembélé. Après cet assassinat, le tueur s’est enfui. La gendarmerie alertée, a aussitôt diligenté une enquête. Celle-ci a permis en deux jours, d'appréhender le sieur Sawadogo, qui a été déféré devant le parquet de Lakota, puis écroué à la prison de la ville.

Venance KOKORA à Gagnoa in L'Inter
Mardi 3 Juillet 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société