Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Football ivoirien/rétro: La belle épopée des clubs de l’intérieur


Kobina Kouma contrôlant le ballon, ancien joueur de l'Africa et de l'Ascb (photo Fraternité Matin)
Kobina Kouma contrôlant le ballon, ancien joueur de l'Africa et de l'Ascb (photo Fraternité Matin)
Le sacre du Séwé de San-Pedro, comme champion de Côte d’Ivoire 2012, 36 ans après celui du Sporting-club de gagnoa en 1976, marque-t-il le retour de l’histoire avec la glorieuse épopée des clubs de l’intérieur du pays ? Rien n’est moins sûr. Avec l’Académie Amadou Diallo de Djékanou, deux fois vice-champion de Côte d’Ivoire, qui a rejoint le Séwé et Issia, désormais aux joutes des coupes africaines, le succès de l’équipe du président Eugène Marie Diomandé, est loin d’être un feu de paille.
La conjoncture est favorable au nivellement des valeurs entre les désormais supposés grands clubs de Côte d’Ivoire et ceux de l’intérieur, traditionnellement, leur réservoir de joueurs. La ruée des jeunes joueurs de l’Asec et de l’Africa, de façon précoce vers les clubs européens, pour équilibrer les finances desdits clubs, est l’un des facteurs essentiels qui expliquent que l’Asec et l’Africa soient aujourd’hui des tigres en papier. L’équipe junior qui a disputé la Can de cette catégorie au Rwanda et qui constitue les Eléphants espoir a, à peine eu le temps de mûrir que ses joueurs se sont expatriés en Europe.
Or, la première sélection junior de Côte d’Ivoire en 1984 et qui a participé au tournoi de Toulon, avec la génération de Youssouf Fofana, Douho Zotan, Tchétché Aimé, Gouaméné Alain, Gadji Céli, Loué Biagné Ruffin, a eu le temps de s’aguerrir à travers plusieurs championnats avant de tenter l’aventure professionnelle. A la différence des grands clubs d’Abidjan donc, ceux de l’intérieur réussissent tant bien que mal à conserver leur effectif sur au moins trois saisons et à créer une vraie équipe. Il n’est donc pas surprenant que leur révolte donne des résultats.
Mais faut-il véritablement s’émouvoir devant un tel fait qui n’est pas nouveau ? Les différents palmarès des différentes compétitions de football organisées depuis 1960 par la fédération ivoirienne de football (Fif), montrent bien que les équipes de l’intérieur, n’ont pas toujours été de simples faire-valoir, mais plutôt des animatrices et même de grandes animatrices du football ivoirien. On peut citer comme référence l’Union sportive des clubs de Bassam, le Sporting Club de Gagnoa, le Réveil-club de Daloa, l’Alliance athlétique club de Gonfreville et l’Alliance sportive club de Bouaké, le Sacraboutou Sports de Bondoukou, l’Espoir de Man puis les dernières révélations comme le Séwé,Issia-Wazi et L’Afad.
L’Usc- Bassam, sacrée championne de Côte d’Ivoire en 1960 et 1961, a repris des couleurs au début de la décennie 80-90 où en 1981, 1982 et 1983, elle a terminé trois fois le championnat de football, comme vice-champion de Côte d’Ivoire, en pleine saga de l’Africa Sports : «Bassam me rappelle vraiment de grands souvenirs. Contre l’Africa de Guédé Seydou Noël, de Antoine Joseph Bell, nous avons été en 1983, vice-champion avec le même nombre de points, mais l’Africa nous a ravi le titre au goal différentiel avec plus un but.Pendant ces trois saisons, les deux meilleurs buteurs du championnat étaient Niang Seydou et son cousin Dieng Aladj dit Batelay de l’équipe de Bassam », se souvient Yéo Martial, le coach de cette formation.
Les Insulaires de Grand-Bassam avaient fière allure avec des guerriers comme Boty Simplice, Boty Blaise, Béhiri Aurélien, Abé Adou Simon, Léhoun Tata, Sié Kobenan, Maxime Traoré, Obrou Dagoura. Complète dans toutes ces lignes de jeu, cette équipe était « la terreur de l’Asec et de l’Africa » : «La preuve, c’est au pied levé que nous avons été choisis pour suppléer la défection de l’équipe guinéenne, qui avec l’Asec, l’Africa devraient participer au jubilé de Jean Tokpa. Ni l’Asec, ni l’Africa ne voulaient rencontrer Bassam. Il a fallu un tirage au sort qui nous a opposé en demi-finale à l’Africa que nous nous sommes offert puis nous avons battu l’Asec en finale ».

Gbizié Léon, ancien joueur du Sporting club de Gagnoa (photo Fraternité Matin)
Gbizié Léon, ancien joueur du Sporting club de Gagnoa (photo Fraternité Matin)
Le Réveil club de Daloa, a été aussi, l’une des équipes fanion du football de l’intérieur, qui a su marquer également l’histoire de ce sport au plan national. Vainqueur de la coupe nationale devant le Stella club d’Adjamé (2-1), et le premier club de l’intérieur à avoir réussi ce pari, le Réveil n’avait pas usurpé son titre de gloire. De 1975 à 1980, il a été façonné par des entraîneurs et dirigeants, qui aimaient ce qu’ils faisaient et qui ont su communiquer cette flamme aux différentes générations de joueurs qui ont officié dans le club : «La Fif devra, réparer une injustice en donnant une décoration au président Zozo Touapri Joseph qui s’est investi corps et âme pour le Réveil-club de Daloa. De 1975 à 1978, j’ai servi comme entraîneur sous sa présidence puis quand je suis venu faire le professorat à l’Injs, de 1978 à 1979, Habib Bourewi à dirigé l’encadrement technique du Réveil. Après son départ, j’ai été à nouveau sollicité pour préparer la coupe nationale avec l’équipe. Nous avons gagné devant le Stella par 2 buts à 1», se souvient Yéo Martial.
L’équipe de la cité des Antilopes, inspirait respect avec sa légion de fantassins composée de Ibo Zabolou Adrien, Touré Singo, Degri Dago Michel, Derou Michel ; Blé Tré, Blé Zézé César, Kelly, Tapé Ambroise et un certain Gnoleba Touvoly Luc : «De 1975 à 1978, nous avons été la meilleure équipe de l’intérieur et perdu deux demi-finales de coupe nationale devant l’Asec au stade houphouët-Boigny et l’Africa à Dimbokro au stade Koné Samba Ambroise » rappelle yéo. Il garde aussi de façon indélébile les souvenirs de certains derbys avec le frère ennemi du fromager et même avec l’Africa : «Au stade Victor Biaka de Gagnoa, en 8e de finale de la coupe nationale de 1976, nous avons rencontré l’Africa. Nous sommes allés à la pause sur la marque de 0 but partout et Touvoly Luc avait raté un penalty à la 44e mn. A la reprise, nous avons inscrit deux buts lors des dix dernières minutes de jeu par Kanon Jules. En ¼ de finale, dans un stade Robert Champroux plein comme un œuf, nous étions opposés au Sporting Club de Gagnoa, dans un match électrique. Dès la 20e minute, Gnoleba Luc réceptionne dans les 30 mètres, une balle renvoyée de la tête par la défense centrale du Sporting. Il la reprend de volée et marque en pleine lucarne. Avec la blessure de notre stoppeur, Diakité Souleymane, qui s’était fait péter l’arcade sourcilière et qui a été traité pendant 25 minutes, c’est Gnoleba qui a joué stoppeur jusqu’à son retour ».
Le Sporting, avec des joueurs de légende comme Gbizié Léon, Djibril Koné, Soumaïla Savané, Brobéhi Gbaka, Gnali Ambroise, Gnadja Blio Germain, Akacou Nestor dit Bodo Maier, a disputé la coupe des clubs champions en 1977 et la coupe de la Caf en 1991.Il a été dans les années 90, sous le règne du Dr, président Claude Jean, 3e fois, 3ème du championnat national et a remporté en 1978, la coupe Félix Houphouët-Boigny devant le stade.
Les équipes de Bouaké, l’Ascb et l’Alliance ont contribué à écrire les plus belles pages du football de l’intérieur du pays et à défendre son prestige dans l’arène nationale. Azian Jean-Baptiste, trop tôt disparu, mais Gbonké Tia Martin, Keïta Mamadou et Zaré Mamadou, sont des techniciens qui ont bâti le palmarès des clubs de cette région, avec des dirigeants inconditionnels du football comme Vieux Kambou, Vieux Konaté, le député Konan Blédou et Sauhi Raymond. En 1987, l’Ascb a gagné la coupe nationale aux dépens de l’As-Eeci (2-1) et en 2011, la finale qui a opposé deux clubs de Bouaké, l’Alliance et l’Ascb a vu la victoire des poulains de Zaré Mamadou (2-0) sur l’équipe de Sauhi Raymond. L’Alliance Athlétic Club du président Sidibé Yaya a été vice-championne de Côte d’Ivoire en 1976 avec la génération des Ouattara Lagazane, Kobina Kouma, Topla Lida Bertin, Diallo Mohamed, Séry Henri. L’Ascb a disputé les 8e de finale de la coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe avec les Koné Seydou. L’alliance a connu la même déconvenue devant le WAC du Maroc en 2002.

Maxime Traoré, ancien joueur de l'Usc Bassam (photo Fraternité Matin)
Maxime Traoré, ancien joueur de l'Usc Bassam (photo Fraternité Matin)
Les équipes de Bouaké, l’Ascb et l’Alliance ont contribué à écrire les plus belles pages du football de l’intérieur du pays et à défendre son prestige dans l’arène nationale. Azian Jean-Baptiste, trop tôt disparu, mais Gbonké Tia Martin, Keïta Mamadou et Zaré Mamadou, sont des techniciens qui ont bâti le palmarès des clubs de cette région, avec des dirigeants inconditionnels du football comme Vieux Kambou, Vieux Konaté, le député Konan Blédou et Sauhi Raymond. En 1987, l’Ascb a gagné la coupe nationale aux dépens de l’As-Eeci (2-1) et en 2011, la finale qui a opposé deux clubs de Bouaké, l’Alliance et l’Ascb a vu la victoire des poulains de Zaré Mamadou (2-0) sur l’équipe de Sauhi Raymond. L’Alliance Athlétic Club du président Sidibé Yaya a été vice-championne de Côte d’Ivoire en 1976 avec la génération des Ouattara Lagazane, Kobina Kouma, Topla Lida Bertin, Diallo Mohamed, Séry Henri. L’Ascb a disputé les 8e de finale de la coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe avec les Koné Seydou. L’alliance a connu la même déconvenue devant le WAC du Maroc en 2002.
Maxime Traoré, ancien joueur de l'Usc Bassam (photo Fraternité Matin)Gbonké Tia Martin, l’un des artisans de la promotion du football dans cette région de la Vallée du Bandaman, exhume ses souvenirs. Venu de Katiola pour succéder à Djédjé Hilahiri Benjamin à la tête de l’Alliance, il a, pour la saison 1974 -1975, été vice-champion et disputé la ½ finale de la coupe nationale contre le Sporting. Il s’est remis en ménage avec l’Alliance athlétique club de Gonfreville de 1979 à 1982, où il a d’abord été, l’adjoint de Anzian Jean-Baptiste avant de lui succéder, à sa mort : « La saison 79 -80, nous avons été classés 2e ex aequo et ½ finaliste malheureux de la coupe nationale devant le Sporting. De 1980 à1981, nous avons été 5e sur 10 clubs et ½ finaliste de la coupe nationale. La saison 81-82, nous avons été 5e et demi-finaliste de la coupe nationale. Mais je suis parti à l’Africa avant la fin de la saison. Mais en 1977, j’étais avec Keïta Mamadou, un entraîneur pour qui j’ai beaucoup de respect, quand par un heureux concours de circonstance, nous avons joué la coupe d’Afrique des vainqueurs de coupes avec le Gonfreville Alliance Club. Nous avions perdu la coupe nationale devant l’Africa : 1-1 (4-3 aux tab), mais vainqueur de la coupe et champion de Côte d’Ivoire, l’épuipe ,des Vert et Rouge ne pouvait pas disputer deux compétitions africaines à la fois ».
Le Séwé de San-Pedro et Issia-Wazi, ont rejoint dans le cercle restreint des clubs de l’intérieur, lauréats du titre de champion, de vainqueur de la coupe nationale et de la coupe Félix houphouët-boigny, l’Uscb , le Sporting de Gagnoa, l’Espoir de Man (1960), la Jeunesse Club d’Abidjan (1963), le Réveil de Daloa, l’Ascb, l’Alliance de Bouaké, le Co Bouaflé (2004), le Sporting club de Gagnoa (78-coupe Fhb), la Soa (1996). Le Séwé a gagné la coupe Fhb en 2005.

Franck A. Zagbayou in FRATERNITE MATIN
Jeudi 13 Septembre 2012
La Dépêche d'Abidjan



Sports
Notez


1.Posté par john Manu le 22/02/2013 22:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tres bel article. Bravo!

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 02/05/2020 | 1633 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/09/2016 | 1716 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2015 | 2465 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/07/2014 | 2363 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2014 | 1527 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 2513 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 2411 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 14/06/2013 | 2389 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/05/2013 | 3086 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/01/2012 | 2830 vues
00000  (0 vote)