Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Facebook ou le choc des générations


Facebook est le théâtre d’un choc impitoyable des générations. À mesure que le réseau social numéro 1 s’est imposé dans la société et dans l’usage quasi quotidien de plus d’un internaute sur deux (20 millions de Français se connectent tous les jours sur Facebook), toutes les générations, du petit frère à la grand mère, en passant par les beaux-parents se croisent et s’observent. Cartographie de cette sourde mésentente.

Les jeunes fuient leurs parents sur Facebook


C’est la hantise de Mark Zuckerberg et un bon indicateur du dynamisme d’un réseau social : sa proportion à être approprié par les jeunes. Rivés à leur téléphone, ils commencent à s’éloigner de Facebook même s’ils ont toujours un compte où ils postent de temps en temps. Pour Antoine, collégien de 15 ans, la relative lourdeur du réseau dans sa version mobile y est pour beaucoup : “les interfaces sont plus rapides sur Snapchat et Twitter”. Ce qui ne l’empêche pas d’utiliser quotidiennement la messagerie du réseau social.

Si les jeunes s’écartent de Facebook c’est aussi pour éviter d’y croiser leurs parents qui s’y sont mis massivement ces dernières années. Difficile de les refuser en amis et difficile de ne pas se sentir observer quand on sait que les parents sont souvent inscrits pour surveiller leurs enfants. Arnaud est réalisateur et a vu sa mère prendre doucement possession de sa vie numérique depuis qu’elle s’y est inscrite il y a 6 mois : “Elle vient uniquement voir ce que son fils fait ou alors les membres de sa famille. Elle commente peu et ne poste jamais rien et ne partage pas non plus. Elle est une sorte de voyeuriste 2.0”.

Stalking pour tous

Un stalking innocent mais tout de même envahissant qui faire migrer les utilisateurs vers d’autres services plus fermés. Snapchat en est le parfait exemple, c’est le réseau/messagerie social plébiscité par les jeunes qui ont développé un usage et une communication qui leur est propre, quitte à faire passer pour déjà ringards les trentenaires pourtant censés être “digital native”. Mais c’est aussi le caractère éphémère qui attire les jeunes, alors que tout est archivé sur Facebook depuis des années : “Snapchat, c'est bien parce que ça s'efface, on peut partager tout ce qu'on veut et qu'on ne partagerait pas ailleurs” et aussi un moyen de récupérer des contacts plus facilement pour Antoine : “Une fille rencontrée en soirée, avant de lui demander son numéro on lui demande son snap”. Il y a encore quelques années, on aurait demandé le Facebook avant le numéro, preuve que les comportements numériques sont en perpétuelle mutation.
Lire la suite
Lundi 16 Février 2015
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2712 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 2974 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3788 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3107 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6341 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5139 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire