Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









FRANCE - Dix rappels pour les apprentis rappeurs « gangstas » sur YouTube

Drogue, armes, paroles : plusieurs clips de rap ont récemment attiré l’attention de la justice. Si vous aussi vous envisagez de jouer au gangster sur YouTube, voici quelques conseils de base. Au cas où.


Avec un minimum de matériel et de compétences, n’importe qui peut réaliser son clip de rap et le poster sur YouTube. Un moyen très simple de faire connaître son boulot, même si l’écrasante majorité de ces petits artisans passe totalement inaperçue. Néanmoins, de temps en temps, les autorités décident de donner un coup de pouce à certains anonymes.

Compiègne, Sarcelles et récemment Strasbourg : plusieurs clips ont titillé la curiosité des élus et de la justice. En cause, la drogue, les armes et les paroles trop crues qu’on peut y voir et y entendre.

Dans ces cas-là, trois grilles de lectures (au moins) sont possibles :

il faudrait enfermer ces jeunes et faire un exemple. Interdire le rap aussi, car c’est une musique qui encourage la violence, les doublements scolaires et la débauche ;
la justice a mieux à faire et de toute façon, c’est simplement de la com’. Condamner des rappeurs qui se donnent en spectacle ne changera rien tant qu’on n’agira pas sur le fond. La drogue continuera de circuler, les armes aussi, quand bien même on remplacerait le rap par la folk ;
c’est simplement de la fiction. Une sorte de court-métrage à budget quasi nul, où les jeunes fantasment leurs modes de vie et reproduisent des codes utilisés par des stars du rap. Un divertissement, quoi.
Flemme et manque d’imagination

A Sarcelles, le réalisateur du clip polémique – qui met en scène des mineurs – se justifie :

« On parle de drogue, comme dans les films. Mais ce ne sont pas des dealers, ils vont tous à l’école. Il n’y a rien de méchant, ce n’est que de la comédie, que des comédiens. »

Peut-être. Mais comme l’explique le sociologue Anthony Pecqueux aux Inrocks :

« On refuse systématiquement la possibilité du second degré au rap, c’est une constante depuis plus de vingt ans. Et on continue à prendre les spectateurs de ces clips pour des idiots culturels, incapables de ne pas les prendre au premier degré. »

Ces jours-ci, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Le Parisien ou encore FranceTV Info ont évoqué le cas d’Abdelos, un jeune rappeur strasbourgeois. Son clip, qui transpire la flemme, le copié-collé et le manque d’imagination (en gros, tous les ingrédients pour se taper la honte), fait l’objet d’une enquête de la Direction départementale de la sécurité publique.

Lire la suite
Mercredi 27 Mai 2015
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2839 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3138 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3853 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3144 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6395 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5182 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire