Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Exposition « La Côte d'ivoire à Paris » : Quelle opportunité ?

La première édition de l’exposition dénommée « La Côte d’Ivoire à Paris » a lieu à la Bourse du commerce de paris du 24 au 28 mars, dans le cadre de la « Journée économique Côte d’Ivoire », sous l'égide du comité préparatoire du cinquantenaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire.


Exposition « La Côte d'ivoire à Paris » : Quelle opportunité ?

Cette exposition, à laquelle participent le BNETD, la BIAO –CI, PAA et bien d’autres opérateurs économiques ivoiriens, vise pour l’essentiel à faire la promotion des « opportunités d’investissements en Côte d’Ivoire », de l’artisanat et du tourisme ivoiriens. Si, selon le terme des organisateurs, il est question de convaincre les ivoiriens et les non ivoiriens des « opportunités d’investissement en Côte d’Ivoire », il se pose cependant la question de l’opportunité même de l’organisation d’une telle journée et d’une telle exposition.

Certes la situation sociopolitique instable depuis décembre 1999 n’empêche pas certains investisseurs de prendre le risque d’investir en Côte d’Ivoire. La prise des risques fait aussi parti des principes du monde des affaires. Mais tous n’ont pas suffisamment le courage de s’aventurer dans une telle voie incertaine. L’instabilité sociopolitique affectant gravement et négativement le monde des affaires, tous ne sont pas prêts à prendre le risque de perdre des millions ou des milliards dans les bruits des canons et le tumulte des vandales reconnus pour leur passion aveugle de destruction et de pillage.

La sécurité est un atout fondamental conditionnant toutes les opportunités d’investissements. Or la situation actuelle de la Côte-d’Ivoire n’offre pas de garantie solide de sécurité. Une situation de ni paix ni guerre où sont réunis tous les ingrédients de conflits violents et de guerre ; une rébellion en arme dont les appétits et les agissements constituent une menace permanente de la paix sociale ; des partis politiques aux positions radicalement opposées, pris dans l’ivresse du jusqu’auboutisme pour assouvir leur libido du pouvoir; une population dont la paupérisation s’empire de jour en jour, condamnée à survivre, qui peut à tout moment rompre avec son masochisme, sa résignation chronique et pathologique pour opérer une révolte et une révolution, peut-être salutaires ; tout cela constitue un cocktail explosif, une véritable poudrière qui ne peut pas laisser indifférents des investisseurs, dont le but sacro-saint est le profit et non la perte. La preuve, cette exposition à la Bourse du commerce, dans le premier arrondissement de paris au 2 rue de Viarmes, n’attire pas grand monde. Les visiteurs qui y passent peuvent être comptés du bout des doigts.

Nombreux sont ceux qui ne veulent pas adhérer à l’illusion de paix et de stabilité des hommes venus d’Abidjan. Conséquence: un grand vide et une atmosphère glaciale caractérisent l’exposition. Les statuettes et autres objets d’art y sont plus visibles que les visiteurs. Certains animateurs de l’exposition parviennent à surmonter leurs ennuis par les causeries qu’ils entretiennent entre eux, faute de pouvoir s’adresser à des visiteurs intéressés. Au nombre des raisons de ce qui peut être qualifié de fiasco de cette exposition, il faudra peut-être aussi compter une publicité mal faite ou insuffisante sur l’évènement.


ZEKA TOGUI
Vendredi 26 Mars 2010
La Dépêche d'Abidjan



Contributions
Notez

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite