Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Exilé au Bénin : Djotodia surpris sur un chantier de construction à Abomey-Calavi - À Abomey-Calavi, les voisins de Djotodia craignent pour leur sécurité


Exilé au Bénin : Djotodia surpris sur un chantier de construction à Abomey-Calavi - À Abomey-Calavi, les voisins de Djotodia craignent pour leur sécurité
A peine 72 heures que le président Djotodia a fui la guerre dans son pays pour venir au Bénin et déjà il se promène dans le pays. Il était hier, lundi 14 janvier, sur un chantier de construction d’une maison à Arconville dans la commune d’Abomey-Calavi, non loin de l’ancien siège de Icc-services.
Notre équipe de reportage a réussi à se glisser dans son entourage. Pendant que ses concitoyens continuent de s’entretuer à Bangui, Michel Djotodia semble avoir déjà tourné la page et s’affaire à s’offrir de bonnes conditions de vie au Bénin. Il sonnait environ 11H31 quand le président Michel Djotodia vêtu d’un boubou en Bazin de couleur marron, à bord d’une 4x4 noire sort de sa maison, dans un cortège de 04 véhicules – pas haut de gamme- qui n’ont rien d’officiel, même pas d’hommes armés en uniforme. Ils empruntent des sentiers, tortueux, dans une discrétion totale. Une douzaine de minutes de route suffit pour que le cortège s’arrête devant un bâtiment en construction sur lequel des ouvriers s’affairent à Arconville, non loin de l’ancien siège de la structure de placement illégal, Icc-services sis à Abomey-Calavi. Le véhicule à bord duquel se trouve le président centrafricain s’immobilise juste à l’entrée du bâtiment. Ses hommes, en costumes, ,apparemment de sa garde rapprochée, descendent, lui ouvrent la portière et il se glisse dans le bâtiment pour une inspection des travaux. Tour à tour, il passe dans des compartiments du bâtiment du bas jusqu’au 1er où se limitent les travaux pour l’instant. En vrai maître d’ouvrage, il donne des consignes. De ses propos on a pu retenir, «On mettra un portail de ce côté -ci, parlant du portail à l’arrière du bâtiment», «si l’argent est trop, on va chercher un autre entrepreneur »,
« faites votre devis, on va voir » et il dit à l’adresse d’une femme légèrement ronde, de teint clair et de taille moyenne- 1m55 à 1m60 environ qui a tout l’air d’être son épouse, «si c’est trop cher, on va voir un autre ». Somme toute, la visite du chantier a duré en tout et pour tout 55 minutes environ au cours desquelles le nouvel exilé a tenu à apporter des modifications qui nécessiteraient visiblement un nouveau devis. Après quoi, le président déchu qui retourne, l’air détendu , dans son véhicule quittant les lieux pour une destination inconnue, du moins pour notre envoyé spécial qui a dû prendre une autre direction pour d’autres obligations.



Exilé au Bénin : Djotodia surpris sur un chantier de construction à Abomey-Calavi - À Abomey-Calavi, les voisins de Djotodia craignent pour leur sécurité
Contraste avec le chaos en Centrafrique
Au lendemain de sa démission : Djotodia accueilli avec les honneurs au Bénin


C’est dans la Zocar, un des nouveaux quartiers de la cité dortoir d’Abomey-Calavi sise à une vingtaine de kilomètres au nord de Cotonou que va désormais vivre jusqu’à nouvel ordre ou nouveau désordre- c’est selon- l’ancien président centrafricain Michel Djotodia au lendemain de sa démission arrachée par les chefs d’Etat de la Ceac.
Il a été officiellement accueilli à son arrivée au Bénin par le ministre béninois des Affaires étrangères ,Arifari Bako pour qui l’ accueil de l’ancien homme fort de Bangui est « la contribution du Bénin au processus de paix enclenché en Centrafrique, » toujours en ébullition.
Le désormais ancien président centrafricain est logé dans une maison de type R+1 peinte en blanc ceinturée par un mur de clôture de même couleur et gardée par des militaires béninois des services de renseignements , apprend-on de sources généralement bien informées. Un domicile dans lequel avaient emménagé, il ya de cela quelques semaines, son épouse béninoise Chantal et une partie de sa famille .La villa située à un angle de rue sur la route de terre passant devant le commissariat central de police de la ville a visiblement a reçu quelques aménagements remarquables à l’état de la guérite nouvellement construite et non encore peinte qui loge les militaires chargés de la garde de la famille présidentielle. Les habitants du voisinage ont pu remarquer ces derniers jours aussi les allées et venues incessantes de personnalités comme Octave Houdégbé , l’ex- ministre de Kolingba dont un des minibus frappé du sceau de son Université était constamment garé à la devanture de la maison. Cette maison, selon certaines indiscrétions, Michel Djotodia l’aurait rachetée récemment à un ancien Général de l’Armée béninoise.

Exilé au Bénin : Djotodia surpris sur un chantier de construction à Abomey-Calavi - À Abomey-Calavi, les voisins de Djotodia craignent pour leur sécurité
Arrivée en fanfare à Abomey-Calavi

L’entrée du cortège officiel de l’ex président dans la ville de Abomey Calavi n’est pas passée inaperçue. Deux Motards ouvraient la voie à une dizaine de véhicules officiels,gyrophares scintillant et sirènes au vent.. C’est ainsi que le désormais ex-président centrafricain, Michel Djotodia contraint à la démission est rentré ce samedi après-midi dans le quartier de la Zocar, troublé par le vrombissement assourdissant des sirènes du cortège présidentiel. Mais avant son arrivée, des femmes vendeuses installées devant son nouveau domicile, lui ont préparé un accueil chaleureux, rythmé par des . «Bonne arrivée Papa Michel, nous avons appris que vous serez là et nous sommes venues vous accueillir » quelques minutes avant l’arrivée du cortège présidentiel. Des témoins ont pu assister, peu avant, à une séance de répétition de cette manifestation « spontanée ».
Seulement, ces femmes n’auront pas la chance de l’accueillir comme prévu, puisqu’à l’arrivée du cortège, les militaires béninois les ont chassées tout comme l’a été notre équipe de reportage brutalisée par un soldat.
Le Bénin où est arrivé Michel Djotodia en provenance de Ndjamena, à bord d’un avion affrété par les autorités tchadiennes ne lui est pas étranger. L’ancien homme fort de Bangui y avait résidé pendant quelques années en tant que exilé politique après une brouille en 2006 avec son prédécesseur, François Bozizé qui l’accusait alors de fomenter un coup contre son régime. Ce qu’il réussira à faire en mars 2013 avec la fameuse coalition rebelle de la Séléka.
Signalons qu’à son arrivée, le président Djotodia a reçu la visite de certaines personnalités béninoises parmi lesquelles figurent le Professeur Octave Cossi Houdégbé, son ministre et conseiller spécial.
Par ailleurs un premier contingent de Béninois résidant en Centrafrique est arrivé cet après-midi à Cotonou à bord d’un avion affrété par le gouvernement béninois.

À Abomey-Calavi, les voisins de Djotodia craignent pour leur sécurité

Le président centrafricain Michel Djotodia, contraint à la démission à cause du chaos qui règne dans le pays depuis son arrivée par coup de force au pouvoir, vit depuis samedi dernier à Abomey-Calavi, dans la Zocar où ses Co-habitants, ignorant presque tout de sa personne, s’inquiètent.
C’est dans la Zocar, entre l’école primaire et la station terrienne au quartier Ayèna, que se trouve la maison blanche de type R+1 qui abrite actuellement Michel Djotodia le désormais ancien président centrafricain arrivé au Bénin samedi dernier, au lendemain de sa démission à la tête du pays à sang et à feu. Dans ce quartier perdu d’Abomey-Calavi où il vit avec sa famille et des proches, ses Co-habitants ignorent presque tout de sa situation. «J’ai appris que c’est un président qu’il y a dans la maison d’à côté. Mais pourquoi, il est là, je l’ignore » confie Lionel, un jeune entrepreneur vivant dans la maison sise derrière l’actuel domicile de Michel Djotodia. Non loin de là, un jeune du quartier rencontré témoigne «Moi je viens de l’apprendre ce matin avec une dame, et beaucoup de gens ne savent même pas que le bonhomme est à Calavi ». En face de son domicile, un atelier de soudure où les ouvriers savent juste qu’il s’agit d’une grande autorité. A côté de ceux-ci, toujours en face du nouveau domicile de l’ancien homme fort de Bangui, des conducteurs de taxi-motos communément appelé zémidjans qui stationnent sous un manguier sur les lieux, ignorent tout de l’identité de l’occupant de la Maison blanche d’en face . «Quand j’ai vu les militaires devant la maison, j’ai cru que c’est un ministre du gouvernement béninois qui va désormais habiter là » s’était convaincu Jacques un des zémidjans.

Djotodia effraie ses voisins

«Maintenant je mesure la portée de sa présence au Bénin et à deux pas de chez moi » a déclaré Lionel qui se demande à son tour si l’Etat béninois mesure aussi la portée de l’hébergement de quelqu’un « qui a créé la guerre chez lui et vient vivre quand tout peinard au Bénin pendant que des gens s’entretuent là-bas en Centrafrique ». Au Bénin continue-t-il, il y a des Centrafricains qui ont perdu des parents dans cette guerre. Et «on ne peut pas savoir de quoi ils seront capable s’ils savent qu’il est ici ».
Il s’indigne contre sa présence au Bénin et l’accueil triomphal que le président béninois lui a réservé à travers son ministre des affaires étrangères. «C’est aberrant que les autorités qui sont au courant du désordre qu’il a créé l’aient accueilli au Bénin » a-t-il ajouté. Pour ne pas être surpris, Lionel parle de sa stratégie « je suis sur le qui-vive et scotché à l’actualité».

Le gouvernement doit être interpellé


Ayant su l’identité de leur nouveau voisin du quartier, les populations réclament une interpellation du gouvernement à ce propos. « Ah ! Il faut que les députés et les cadres de ce pays interpellent le gouvernement sur ce sujet. Car quelqu’un qui a semé le chaos et le trouble dans son pays ne peux pas venir se réfugier dans un coin perdu de notre pays comme mon quartier » affirme Gilbert, un autre zémidjan. Son alter égo, Jacques, craint pour le pays. « Si le chef de l’Etat a autorisé quelqu’un comme lui (Djotodia) à venir s’exiler au Bénin, moi je crains qu’il ne plonge aussi notre pays dans la guerre et aille s’exiler auprès d’un de ses amis présidents ». il fonde son inquiétude sur les élections qui ne se tiennent pas à bonne date au Bénin avec le régime Yayi.


lanouvelletribune.info
Mercredi 15 Janvier 2014
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Juillet 2019 - 14:09 En Côte d’Ivoire, une armée à réformer

Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 1837 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3052 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 2628 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 5356 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 4752 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 2747 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 28/12/2014 | 3819 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire