Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









En Côte-d’Ivoire « la porte reste toujours ouverte pour le retour du FPI à la CEI », selon le porte-parole du RDR


En Côte-d’Ivoire « la porte reste toujours ouverte pour le retour du FPI à la CEI », selon le porte-parole du RDR
Ce samedi 13 septembre 2014, le Front Populaire Ivoirien (FPI), réuni en Comité Central, a décidé de retirer son représentant au sein de la Commission Électorale Indépendante (CEI). En règle générale, le Rassemblement Des Républicains (RDR), ne commente pas les décisions et débats internes d’un autre parti politique. Si nous dérogeons à cette règle, c’est que les arguments avancés, publiquement dans la presse et les médias audiovisuels pour soutenir leur retrait de la CEI sont de nature à travestir la vérité.
1er argument: « La présence de Monsieur Youssouf BAKAYOKO à la présidence de la CEI constitue un problème car il serait à la base de la crise post électorale ».
Cet argument est totalement faux. L’utilisant, le FPI veut travestir l’histoire récente de notre pays. Nous avons tous en mémoire cette image dégradante pour notre démocratie où l’on voit le représentant du FPI déchirer avec rage les listings de proclamation des résultats. Cette image est passée en boucle sur toutes les chaînes de télévision du monde entier et a montré le vrai visage du FPI. Arrêtons de travestir l’histoire récente de notre pays. Tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire et/ou suivent notre actualité politique des quatre (4) dernières années savent que c’est le refus de l’ex président ivoirien, Laurent GBAGBO, de reconnaître sa défaite à l’élection présidentielle de 2010 qui a déclenché la crise post électorale. L’ex président ivoirien a été aidé en cela par l’ex président du Conseil Constitutionnel, Monsieur Paul YAO N’DRE, qui a préféré verser dans la forfaiture en déclarant le candidat battu Laurent GBAGBO, vainqueur de l’élection présidentielle. Cette forfaiture n’a pas été suivie par le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire qui a certifié l’élection présidentielle en confirmant la victoire du Président Alassane OUATTARA.
Le groupe d’experts internationaux de l’Union Africaine (UA) sollicité par Monsieur Laurent GBAGBO lui même a conclu aussi à la victoire du Président Alassane OUATTARA. Pour se réconcilier avec sa conscience et le peuple de Côte d’Ivoire, Monsieur Paul YAO N’DRE reconnaîtra publiquement lui même plus tard n’avoir pas dit le droit.
Il est peut être temps que le FPI et ses dirigeants en fassent autant en acceptant d’aller à la réconciliation. Pour terminer sur ce point, nous rappelons à nos frères du FPI que c’est Monsieur Laurent GBAGBO qui en son temps avait nommé Monsieur Youssouf BAKAYOKO, président de la CEI en remplacement de Monsieur BEUGRE MAMBE, actuel Gouverneur du District Autonome d’Abidjan.
2ème argument: « L’ossature et la composition de l’actuelle CEI n’est pas consensuelle ».
C’est lieux d’expliquer une fois pour toute à tous ceux qui se réclament être des démocrates que l’on ne peut se prétendre démocrate et défendre son contraire. Qu’en est-il? Les députés, représentants du peuple, ont voté à l’unanimité la loi relative à la composition de la CEI et au mode de désignation des membres de son bureau. Cette loi qui a été promulguée par le Président de la République est devenue une loi de la nation ivoirienne qui s’impose à tous jusqu’à ce que une nouvelle loi soit votée et promulguée. Le consensus a été trouvé par nos députés à travers la loi sur la CEI. Alors d’où vient il que le FPI et certains de leurs soutiens refusent le consensus indiqué par la loi et souhaitent la non application de celle-ci en lui préférant des arrangements politiques ou politiciens? Entrer dans le jeu des arrangements c’est remettre en cause l’importance de notre Assemblée Nationale, deuxième Institution de notre pays.
Pour terminer, nous recommandons une fois de plus au bureau de la CEI de se mettre rapidement au travail pour nous offrir des élections crédibles, transparentes dans la sérénité en octobre 2015. Nous demandons aussi au Gouvernement de garder bien au chaud la place du FPI à la CEI. La porte reste toujours ouverte pour le retour du FPI à la CEI. Nous sommes convaincus qu’ils rejoindront à terme le groupe une fois que les passions et émotions se seront atténuées.

Le Secrétaire Général Adjoint chargé de la Communication, Porte Parole du Rdr.
Le Ministre Joël N’GUESSAN

Lundi 15 Septembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 15/09/2014 13:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Même le plus insensé des .... n’aurait pas choisi Youssouf Bakayoko, cette façon de faire, c'est une provocation pure et simple. Déjà la quasi-totalité des principaux membres de cette CEI est du RDR et celui qui a été partial, injuste, abusif est de nouveau le président de l’organe en question dont Youssouf Bakayoko, c’est inconcevable.

Joël N’Guessan dit que nous avons tous en mémoire que le représentant du FPI ait déchiré, pour moi avec bravoure le faux listing de proclamation des résultats tronqués, que pouvait-il faire d’autre de votre tricherie méprisante ? Chiche !

Il ne peut pas avoir de réconciliation dans cette affaire, parce que chacun à son histoire a raconté. Le monde entier sait que les ivoiriens ne se laissent pas faire. Pour le moment, nous n’avons pas encore déclaré la guerre à cet étranger envahissant usurpateur, à cause de notre parti, un peu défaillant, la structure est en cours d’élaboration…

Quand les membres du RDR ne cessent de dire que c’est le refus du président Laurent GBAGBO, de reconnaître sa défaite à l’élection présidentielle de 2010 qui a déclenché la crise post-électorale, comment vous voulez qui puisse y avoir la paix lorsqu’il y a deux versions distinctes dans cette histoire, pour des gens civilisés, on ne peut que saisir la justice et vous, vous avez choisi les armes, vous les mossis et les razzias.

C’est un étranger qui a été cherché des armes avec ses razzias, en tenant des propos fallacieux du genre que le mossi a gagné et que le président est hors la loi, ne voulant pas céder le pouvoir, et les pauvres tarés sans chercher à comprendre, se sont acharnés sur nous, ont cru, d’où la souffrance de notre peuple à cause de leur mensonge.

Tant que cette page de notre histoire n’est pas résolue, il n’y aura jamais de paix. Le président Laurent Gbagbo sera obligé d’exposer ces faits à la CPI et Alassane Dramane Ouattara ira donner sa version devant le monde entier et on saura qui, des deux, ayant gagné et de prime à bord, quels sont ceux qui étaient au deuxième tour, par démonstration des résultats du premier tour...

Vous nous cherchez, vous allez nous trouver, tôt ou tard !

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2582 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3280 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2154 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5360 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51002 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3530 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5742 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires