Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








En Afrique, l'industrie du tabac vend des cigarettes plus nocives qu'ailleurs

Une récente enquête révèle que les cigarettes vendues en Afrique sont plus dangereuses que celles écoulées sur le marché européen. Une véritable menace de santé publique, alors que le continent fait figure de nouvel eldorado pour une industrie ne reculant devant rien pour rendre accroc de plus en plus consommateurs.


Des cigarettes encore plus dangereuses : selon une enquête réalisée par la journaliste d'investigation indépendante Marie Maurisse, les géants suisses du tabac (au premier rang desquels Philip Morris International, British American Tobacco et Japan Tobacco International) exporteraient vers le continent africain des cigarettes différentes de celles commercialisées en Europe – et bien plus nocives pour la santé des fumeurs. Intitulé « Les cigarettes suisses font un tabac en Afrique », le rapport, qui a demandé cinq longs mois de travail et d'analyses en laboratoire, a reçu le prix d'investigation décerné par l'ONG Public Eyes, dont la devise est « Gardons l'oeil sur les sociétés suisses sans scrupule ».

« Génocide organisé »

La journaliste a concentré ses recherches sur le Maroc, pays du Nord de l'Afrique qui, avec quelque 2 900 tonnes de cigarettes importées depuis la Suisse en 2017, fait office de véritable porte d'entrée des produits du tabac vers les marchés du continent. Pour Marie Maurisse, « les résultats (des analyses menées au laboratoire de l'Institut de Santé au Travail de Lausanne) sont clairs : les cigarettes fabriquées sur le sol helvétique et vendues au Maroc sont bien plus fortes, plus addictives et plus toxiques que celles que l'on trouve en Suisse ou en France ».

Et pour cause : les Marlboro vendues à Marrakech contiennent plus de goudron que celles distribuées en Suisse. Idem pour les Winston Blue, qui comprennent au Maroc 9,62 mg de monoxyde de carbone, un composé qui réduit la quantité d'oxygène dans le sang, contre 5,45 mg en Suisse. Le constat est le même pour le taux de nicotine, la substance qui provoque l'accoutumance au tabac : « la différence entre les cigarettes commercialisées au Maroc et en Suisse est particulièrement frappante, alerte Marie Maurisse : 1,28 milligramme par cigarette pour des Camel ''Swiss Made'' vendues au Maroc, contre à peine 0,75 milligramme pour des Camel Filters vendues en Suisse ».

Pour Amadou Moustapha Gaye, le président de la Ligue Sénégalaise Contre le Tabac (LISTAB), « l'industrie du tabac commet (en Afrique) un génocide organisé. (…) Si on nous envoie encore de Suisse des cigarettes dont la nocivité dépasse les normes, nous ne pouvons décidément pas être rassurés. (…) C'est un problème de santé publique, une question vitale ». « L'industrie du tabac doit nous dire ce que contiennent réellement ses cigarettes, poursuit M. Gaye. Les pays africains doivent se concerter pour contrôler davantage les produits qui sont importés, en particulier lorsqu'il s'agit du tabac », invite celui qui accuse également les autorités helvètes de « laxisme coupable ».

L'Afrique, nouvel eldorado des lobbys du tabac

Alors que la consommation de cigarettes ne cesse de décliner en Europe et qu'en « vingt ans, les ventes de tabac en Suisse ont baissé de 38%, grâce aux campagnes de prévention et à l'augmentation des prix », selon Marie Maurisse, l'Afrique fait figure de nouvel eldorado pour les majors du secteur. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait d'ores et déjà 77 millions de fumeurs sur le continent. Un chiffre qui devrait, toujours selon l'OMS, augmenter de près de 40% entre 2010 et 2025, et ce alors que la consommation de tabac en Afrique subsaharienne à déjà augmenté de plus de 52% entre 1980 et 2016.

L'explosion du tabagisme en Afrique ne doit rien au hasard : le continent est la nouvelle cible privilégiée de l'industrie, les lobbys de la cigarette profitant de la quasi-absence de dispositions légales luttant contre le tabagisme dans un grand nombre de pays du continent. « L'industrie du tabac vise délibérément les pays laxistes en matière de législation anti-tabac et exploite les gouvernements, les agriculteurs et les populations vulnérables en Afrique », accuse ainsi le rapport Atlas du Tabac, publié en 2018 par l'American Cancer Society.

Les majors du tabac déploient en Afrique des campagnes marketing aussi massives qu'agressives, n'hésitant pas à sponsoriser des évènements sportifs, politiques ou culturels, ou encore à faire distribuer gratuitement des cigarettes en boites de nuit ou à proximité des établissements scolaires. Résultat : si la cigarette a longtemps représenté un objet de luxe sur le continent, sa consommation se généralise aujourd'hui parmi la jeunesse africaine, tous sexes confondus. Comme au Tchad, pays où 13% des 16-32 ans fument du tabac alors que ce produit était quasiment absent du marché il y a peu.

Enfin, les multinationales du tabac profitent en Afrique de la passivité, voire de complicité des pouvoirs publics : en 2012, un ministre ougandais a ainsi déclaré que fumer était un « acte patriotique » parce que cela faisait rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat. « L'Afrique est très en retard dans la lutte contre le tabagisme aussi bien au niveau des législations qu'au niveau de la lutte citoyenne, accuse Nivo Ramanandraibe, docteur au sein du bureau Afrique de l'OMS. Les dirigeants du continent prennent des engagements dans les réunions internationales de lutte contre le tabac, mais rares sont ceux qui tiennent leurs promesses. Les industriels jouent la carte du pouvoir de l’argent ». Un lobbying féroce, qui se paie au prix fort : plus de six millions de morts par an dans le monde.

Paul Wazy
Vendredi 26 Avril 2019
La Dépêche d'Abidjan



Économie
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 15/07/2019 | 1504 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 30/04/2013 | 983 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire