Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan











Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Élection de Georges Weah à la présidence de la République du Liberia - Arsène Wenger(Entraîneur d'Arsenal) : " Son histoire est un film extraordinaire"

Jamais deux sans trois. Après deux essais infructueux pour briguer la gouvernance du Liberia, la troisième tentative a été la bonne pour Georges Maney Oppong Weah, devenu le premier ancien footballeur au monde à diriger un pays au plus haut niveau. Son histoire est contée par Arsène Wenger, le premier entraîneur qui a guidé ses pas dans le monde du football professionnel à Monaco.


Élection de Georges Weah à la présidence de la République du Liberia - Arsène Wenger(Entraîneur d'Arsenal) :  " Son histoire est un film extraordinaire"
La vie ne l'a pas gâté. Alors là, pas du tout. Mais elle finira par lui sourire. A force de travail, d'abnégation et de volonté. Il est Parti d'un quartier précaire de Monrovia (capitale du Liberia) pour atteindre le sommet de l’État de son pays.
Georges Maney Oppong Weah, mister Georges, comme le surnomment les Français, a battu des records restés jusque-là uniques à son propre palmarès : premier footballeur africain à gagner le Ballon d'Or France football en 1995 (la 40ème édition), l'enfant de Monrovia est encore le premier footballeur de la planète à être élu président de la république de son pays. Jusque-là, les Brésiliens Pélé et Romario ont été respectivement ministre des sports et député dans leur pays. Sans plus.
Largement plébiscité par le peuple libérien avec 61,5% contre 38,5% pour son adversaire direct, Joseph Boakai (73 ans), l'ancien centre avant de Monaco, du Paris SG et du Milan AC sera investi le 22 janvier 2018. Pour s'installer officiellement à la tête du Liberia, succédant ainsi à Ellen Jhonson Sirleaf, celle qui aura gouverné ce pays pendant deux mandats de cinq ans.
"Au Liberia, personne ne peut me battre. Je ressens profondément l'émotion de toute la nation. Je mesure l'importance, la responsabilité et l'immense tâche que j'embrasse aujourd'hui. Vous le savez, j'ai participé à des compétitions difficiles, j'en suis sorti victorieux", disait le nouveau chef de L’État du Liberia, peu avant l’annonce des résultats définitifs.
Et pourtant, rien ne le prédestinait à une telle fonction. D’abord selon ses détracteurs, pour n'avoir joué qu'au football donc sans bagage intellectuel important. Ensuite parce qu'il n'était qu'un enfant du bas peuple que ses adversaires trouvaient inculte et sans vision. Il serait donc un frein aux intérêts américains et les riches Libériens. D'où la création du mouvement TSG (Tout Sauf Georges) pour l’empêcher d’atteindre le sommet. Une coalition qui s'est formée contre lui pour annuler les résultats du premier tour. Mais la Cour constitutionnelle, qui ne suivra pas ce groupe dans ses infestes tractations, valide ces résultats. Le recours pour "fraude massive" ne sera pas entériné. Peu de temps après le recours en annulation de leur requête, les caciques du parti de la Liberté retournent leur veste pour apporter leur soutien à Georges Weah. Le résultat final, on le connait. Le sénateur de Monrovia est élu à une majorité écrasante. Une victoire inédite qui ne laisse pas indifférent Arsène Wenger, le premier entraîneur de Georges Weah à Monaco. Et en Europe.
" Il m'a appelé pour m’annoncer la nouvelle. Je l'ai félicité évidemment. Son histoire est un film extraordinaire. Je le vois encore arriver à Monaco, complètement perdu à 23 ans. Les autres joueurs disaient qu'il n'avait aucune chance, mais il est devenu le meilleur joueur du monde. Et aujourd'hui, président de son pays. Son chemin pour arriver là est incroyable. Je suis très fier de lui. C'est un magnifique exemple pour les joueurs. Il n'a pas eu, au départ, une éducation scolaire énorme, mais il l'a rattrapé ensuite chez lui. Entre nous deux, c'est vrai, il y a toujours eu un lien particulier. On a travaillé énormément ensemble. On est toujours restés en relation. Avec sa famille, c'est aussi une longue histoire. Je suis sensible à l'histoire de Georges et à son élection. Parce que j'ai vécu la guerre civile du Liberia à travers la bande de joueurs qui étaient à Monaco avec Georges à l'époque, à savoir James Debah, Joe Nagbe, Christopher Wreh, Kelvin Sebwe. Ils passaient la nuit au téléphone avec leurs familles. J'ai donc vécu l"histoire du pays à travers eux. Georges me racontait ce qui se passait au Liberia à l'époque, c'était des histoires terribles. Et aujourd'hui, il est président", a confié Wenger au quotidien sportif français l’Équipe dans sa publication du 30 décembre 2017. Son ancien coéquipier, Lilian Thuram, aussi se souvient de l'homme qu'était Weah à ce moment là. " Il dégageait déjà une grande confiance en lui. Il était extrêmement sûr de lui. On habitait le même immeuble. Quand j'allais chez lui, il y avait toujours des joueurs libériens du club. Il se comportait en grand frère avec eux. En tant que star du club, Georges voulait faire profiter d'autres Libériens de sa réussite. Son succès n’était pas égoïste. On voyait déjà qu'il avait un véritable amour pour son pays. Il était extrêmement fier d'être Libérien et Africain. Je pense que son rapport avec le football était très lié à son pays. Vu les conditions de pauvreté dans lesquelles il a grandi, le foot n'était pas qu'un jeu pour lui. Ça été au départ, une façon totale de se construire, d'exister. Plus tard, le fait de donner de la fierté et de l'espérance à son peuple déchiré le faisait avancer, lui donnait la force et l'envie de viser le sommet. Georges est une étoile noire, car il a permis à plein d'enfants noirs ou pas, de se dire que tout est possible".
Simple footballeur, Weah était déjà très proche du peuple libérien. Patriote, il a toujours pris totalement en charge les dépenses liées à l'équipe nationale du Liberia, à l'étranger comme au pays. Pendant la guerre du Liberia (1989-2003), Weah est resté proche des populations de son pays. Des vivres aux soins en passant par des prises en charge, le double Ballon d'or africain (1989, 1994) est demeuré à l'écoute de son peuple. Georges Maney Oppong Weah a même payé les salaires des employés de l'ambassade du Liberia en France, y compris toutes les charges de l'institution.
Après son élection à la tête de son pays, Weah, qui s'occupait déjà des problèmes du Liberia sans en être le premier responsable, s'est fixé deux priorités : la santé et l'éducation. Wait and see.

Edson Titi




Dimanche 31 Décembre 2017
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 26/03/2018 | 3321 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 3501 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Côte d’Ivoire : comment Bédié et Ouattara vont désigner le candidat du RHDP à la présidentielle Le 16 avril 2018, s… https://t.co/cER4ln1Xei

Facebook

Partager ce site