Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

ÉLECTION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL À DAKAR - Le Niger expose l’Asecna à un virus du 3e mandat


À deux jours de l’élection du directeur général de l’Asecna prévue le lundi 14 septembre 2020 à Dakar, les délégations commencent à arriver dans la capitale sénégalaise. Dans les hôtels, les alliances de circonstance et les marques de désapprobation  se font entendre en coulisses. Pour de nombreux participants, le syndicat des présidents de l’Afrique de l’Ouest veut transférer le troisième mandat de la honte à l’Asecna.

Le Niger a déjà eu un premier mandat de six ans avec monsieur Ousmane Issoufou Oubandawaki et un autre mandat de quatre ans avec Mohamed Moussa. En effet, certains membres des délégations de l’Afrique centrale disent non à un troisième mandat ! Ainsi, ils font allusion au communiqué de la Cedeao invitant ses pays membres à soutenir la candidature du dg sortant, le Nigérien Mohamet Moussa. D’ailleurs d’autres pays membres de cette même Cedeao avaient rejeté cet appel de soutien. Nous nous rappelons que l’Afrique centrale avait sorti une résolution en bonne et due forme signée par tous les pays membres uniquement de l’Asecna pour le candidat du Tchad.

Comment après la sortie du président de la république du Niger sur le troisième mandat adressé à ses pairs qu’il le cautionne à l’Asecna.
Le Mali étant suspendu, l’Union de l’Afrique de l’Ouest est en passe de voler en éclats au bénéfice du renforcement solidaire de l’Asecna.

Letemoin.sn (Sénégal)


COMMENTAIRE

L’Asecna vers les cumulonimbus…

Lundi prochain 14 septembre 2020, Dakar abritera la 66e session du Comité des ministres de l'Agence pour la Sécurité de la Navigation (Asecna). L’élection du directeur général sera assurément le temps fort de ces assises où se jouera une bonne partie de l’avenir de l’Asecna. Une élection aux forts enjeux politiques et diplomatiques qui risque de plonger l’aéronef panafricain dans les cumulonimbus. Une zone très dangereuse dès lors que certains Etats membres déplorent la position dominante du Niger passé déjà deux fois aux commandes de l’Asecna en moins de huit ans au détriment des autres Etats. Et particulièrement ceux de l’Afrique centrale. Une partie du continent dont la plupart des Chefs d’Etat fustigent le comportement de la Cedeao qui, lors de sa 57e session ordinaire tenue ce 07 septembre 2020, a invité ses membres à soutenir le candidat de l’Afrique de l’Ouest qu’est le Dg sortant, le Nigérien Mohamed Moussa. Curieux appel quand on sait qu’il y a des Etats de la Cedeao qui ne sont pas membres de l’Asecna. Cette pratique est contraire à l’esprit fédérateur, de cohésion et de rotation du poste de Dg des pères fondateurs de l’Asecna. Qui ont toujours prôné la nomination par consensus. La course effrénée pour prendre la direction de l’Agence s’explique par les avantages énormes donnés au Dg. En tout cas, en cas de confirmation du scénario d’éclatement de l’Asecna qui se dessine actuellement, le syndicat des présidents de la Cedeao y aura joué un rôle historiquement négatif. Beaucoup de pays de l’Afrique centrale jurent en effet que si jamais leur sous-région voit la direction générale de l’Asecna lui échapper encore une fois, ils vont prendre leur destin en main. Ils partiront et formeront naturellement en bloc avec Madagascar et les Comores une…Asecna-Centrale.

Pape Ndiaye
« Le Témoin » quotidien sénégalais
Samedi 12 Septembre 2020
La Dépêche d'Abidjan



Contributions
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite