Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

ECONOMIE / INÉDIT : LE “BANK RUN” DE LA CÔTE D’IVOIRE, PARI TRAGIQUE ?

Loin des révolutions arabes, la Côte d’Ivoire est au bord de l’effondrement. Combats à l’arme lourde, exactions des milices, tirs dans la foule : après quatre mois d’asphyxie financière, un scénario de guerre civile se profile.


PHOTO : DR
PHOTO : DR
La décision a été prise au lendemain de l’élection présidentielle ivoirienne contestée du 28 novembre 2010. Le vainqueur (théorique) du scrutin, Alassane Ouattara, l’a entérinée, mais elle supposait un consensus de la communauté internationale : puisque Laurent Gbagbo ne veut pas céder le pouvoir politique, il faut l’asphyxier économiquement. Commence alors une course contre la montre de quelques mois, sur le point de s’achever. Comme le confiait à Paris en février un observateur attentif de la situation :

Ce n’est pas spectaculaire, mais ça va produire ses effets.

Primo : couper les robinets à liquidités

Il y avait trois leviers pour résoudre le conflit : la diplomatie, les finances et l’armée.

Nous sommes le 24 décembre 2010. En cette veille de Noël, Patrick Archi, porte-parole d’Alassane Ouattara peut être satisfait. La Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) vient officiellement de couper les vivres du camp Gbagbo.

Un mois après le scrutin électoral au centre du bras de fer entre les deux hommes, la première séquence a consisté à agir au niveau des liquidités qui alimentent les circuits économiques internationaux. La Côte-d’Ivoire s’insère dans la zone CFA , dont la BCEAO constitue l’ossature, lui permettant d’assurer la fluidité de ses échanges économiques. Le but de l’opération est de couper les liens avec l’extérieur, notamment avec les autres pays de l’Afrique de l’Ouest et de faire en sorte que la signature de Gbagbo ne soit plus reconnue par les instances monétaires internationales.

Premier objectif : obtenir une position officielle des 15 actionnaires de la BCEAO, ce qui sera fait en quelques semaines. Puis obtenir le départ de Philippe-Henry Dacoury-Tabley, gouverneur de la banque et proche de Laurent Gbagbo. Le 24 janvier, l’homme commente ainsi sa propre démission :

La seule tristesse que j’ai en ayant rendu cette démission qui m’a été demandée, c’est qu’effectivement la politique est en train d’entrer à la banque centrale.

La Banque mondiale suit le mouvement en annonçant le gel de ses prêts. Il reste alors un peu plus de 200 milliards de francs CFA dans les coffres de l’agence d’Abidjan, sous la supervision du siège situé à Dakar, Sénégal.

Réactions du clan Gbagbo : rackets et braquage

La réaction de la présidence ivoirienne est (quasi) immédiate. Le 26 janvier, deux jours après la « démission » de Dacoury-Tabley, une scène digne d’un braquage hollywoodien se déroule dans les sous-sols de la BCEAO.

Alors qu’un transporteur de fonds vient chercher de quoi alimenter les banques commerciales de la capitale économique, un commando armé pénètre sur le parking de l’agence. Quatre hommes rejoints par des complices mettent en joue les employés. Sur les 23 sacs de billets de banque, ils en emportent une quinzaine, pour une valeur nominale de 8 milliards de CFA1 . Maigre prise, car les coffres de la BCEAO en comptent au moins 200 milliards… Seulement voilà, les codes informatiques des portes sont modifiés tous les jours depuis le siège de Dakar. Impossible d’aller plus loin pour le clan Gbagbo.

Un mois plus tard, c’est au tour des banques commerciales de faire l’objet d’un assaut en règle. Elles sont nationalisées et réquisitionnées par la présidence ivoirienne. Là encore, l’enjeu est surtout symbolique, car les filiales de la Société générale comme de la Citibank ont baissé rideau depuis la mi-février.

Petit à petit, l’ensemble de l’activité économique du pays est anesthésié par le manque de liquidités. De la BCEAO sur la banque centrale, de la banque centrale sur les banques commerciales et des banques de détails sur les entreprises et autres opérateurs. Tout le pays est placé dans une léthargie profonde. Le diagnostic du président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire, Jean Kacou Diagou, est sans appel :

On est en train de tuer l’économie ivoirienne.

Côté recette fiscale, même combat : les agents des impôts tentent désespérément de récupérer de l’argent auprès des entreprises qui ne savent plus auprès de qui s’acquitter de leurs taxes.

Couper les ressources économiques profondes du pays : café et cacao

L’autre levier pour asphyxier le régime est celui des ressources premières de l’économie ivoirienne. Le pétrole et ses 60 000 barils de production quotidienne ne peuvent pas être placés sous séquestre. En revanche, il est plus simple de bloquer la distribution des matières premières transitant par le port d’Abidjan : café et surtout cacao.

La période est particulièrement propice, puisque l’essentiel de la récolte des fèves a été stocké dans les hangars du port, attendant d’être écoulée par les grands opérateurs du secteur. A l’image du géant américain Cargill, tous finissent par suivre les injonctions des Nations-Unies. Les fèves peuvent être stockées environ deux mois dans les entrepôts, mais pas plus. Qui plus est, en séchant, elles perdent du poids et donc de la valeur marchande, jour après jour.

Après avoir hésité, car les pertes sont énormes, les principaux transporteurs maritimes (Maersk, MSN, CMA-CGM) interrompent leur desserte ivoirienne. A Abidjan, tout commence à manquer : essence, nourriture, biens premiers. La tension monte, alimentée par des exactions qui se répètent de plus en plus fréquemment et s’étendent, de quartier en quartier.

La guerre par la faim, une expérience inédite?

Tous les ingrédients pour une crise majeure sont désormais réunis. Certains sont présents depuis bientôt dix ans dans le paysage ivoirien :

le conflit politique qui n’a rien de vraiment nouveau, l’opposition entre les deux rivaux Gbagbo / Ouattara est effective en s’appuyant sur des clivages politico-claniques
la bataille médiatique, déjà largement présente dans les quotidiens, s’est élargie aux médias audiovisuels (Radio Télévision Ivoirienne –RTI- contre Télé Côte d’Ivoire – TCI)
les exactions et assassinats ciblés dans les deux camps, s’ils avaient connu une accalmie, ont repris, l’ONU comptabilisant plusieurs centaines de morts depuis l’élection présidentielle
Mais la grande nouveauté est le stress induit sur toute la population par la pénurie alimentaire et le manque de produits de première nécessité. L’absence de nourriture alimente la certitude d’aller de toute façon vers la pire des issues. L’ampleur de l’exode à Abidjan ces derniers jours témoigne de la gravité de la situation.

A bien des égards, le parallèle si souvent dressé entre la crise ivoirienne et le génocide rwandais prend ici toute sa pertinence. Cette dimension a fait l’objet de très peu d’analyse approfondie, alors qu’elle explique une bonne partie du chaos intégral dans lequel le Rwanda a plongé en 1994.

Quelques chercheurs ont montré l’importance du Plan d’ajustement structurel (PAS) du FMI, plan qui a entraîné de 1990 à 1994 un appauvrissement rapide et dangereux de la paysannerie rwandaise, acculée à une résolution extrême de la tension sociale ainsi générée. En clair, nombre de d’assassinats commis pendant le génocide eurent aussi (surtout ?) des mobiles purement crapuleux.

Les conséquences du « bank run » ivoirien seront-elles identiques dans un contexte social bien différent, plus développé et plus urbain ? Si le pire n’est jamais sûr, il est souvent probable.

Les trois scénarios : idéal, va-tout ou offensif?

Ces dernières semaines, trois scénarios étaient à l’étude à Paris. Trois scénarios élaborés à partir de la certitude que le « risque de voir un dénouement violent est élevé, mais jusqu’à quel niveau ? ».

Le scénario idéal (qui est aussi le moins plausible) : Gbagbo se sent asphyxié, l’armée vacille, il n’y a plus d’argent pour payer les fonctionnaires. Le président sortant a la garantie d’une impunité judiciaire (difficile avec les centaines de morts officiellement comptabilisés par l’ONU). Il décide de partir, pour laisser la place à son adversaire.
Le scénario du « va-tout » : Gbagbo lance une attaque contre l’hôtel du Golf où est réfugié Ouattara. Les Forces nouvelles lancent alors un assaut sur Yamoussoukro, pour offrir à Ouattara une alternative. Cela ouvre le jeu dans la capitale administrative du pays, en pays Baoulés, fief d’Houphouët-Boigny.
Scénario de l’offensive : Ouattara et Soro, sentant que la pression économique ne suffit pas, décident de passer à l’offensive, par des mouvements sur Abidjan et Yamoussoukro.
Une dernière hypothèse de guerre civile qui semble prendre le pas sur les deux premières. Dans l’indifférence générale.
Mardi 29 Mars 2011
La Dépêche d'Abidjan



Économie
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 30/04/2013 | 827 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire



Facebook

Partager ce site