Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Drame à Abobo / Pour lui avoir refusé la main de sa fille : Un charretier tue un Imam

Un des guides de la mosquée de PK 18 en l’occurrence l’Imam Kampa Mama, a trouvé la mort le mercredi 06 octobre 2010. Et ce, dans des conditions tragiques. Il a été tué par Dembélé Issiaka, Charretier de profession, à qui il a refusé de donner la main de sa fille.


Photo : DR
Photo : DR
Les fidèles de la mosquée de PK 18 non loin de l’usine Unicafé sont depuis hier dans l’émoi. Leur Imam El Hadj Kampa Mama a été rappelé par le seigneur dans des conditions somme toute dramatiques. L’un des soupirants de sa fille Alima à qui il a refusé la cola du mariage, à savoir Dembélé Issiaka, Charretier (pousseur de Wotro) de nationalité malienne, est passé des menaces de mort à l’acte. Il a poignardé le guide Kampa dont le refus de lui donner sa fille est motivé par la mauvaise réputation que traîne l’amoureux ‘’fou’’ de la jeune Alima Kampa. Dans le quartier (PK 18), le ‘’pousseur de wotro’’ (charrette), est notoirement reconnu comme ayant à son actif, une mauvaise conduite s’écartant des valeurs islamiques. Face au refus poli, le soupirant faisait des incursions répétées au domicile de sa victime, menaçant de le tuer s’il ne révisait pas sa position. Ce qu’il a finalement réalisé le dimanche 03 octobre 2010. Ce jour, le guide musulman âgé de 59 ans qui ne savait pas qu’il avait rendez-vous avec la mort, quitte la mosquée plus tôt que prévu après la prière de Zour (13 heures). Il s’installe seul dans sa chambre sur la natte de prière pour une séance de Zikr. Non sans s’enfermer. A la satisfaction du charretier-amoureux qui était en embuscade. Il va donc s’infiltrer dans la chambre de l’Imam Kampa qu’il poignarde sans aucune forme de procès. Avant de prendre la fuite et abandonner sa victime dans le sang. Touché par sept coups de couteaux à la poitrine et au ventre, le guide musulman de PK 18 est évacué d’urgences à l’Hôpital Militaire d’Abidjan (HMA) par des voisins alertés par les cris de détresse de la première épouse. Mais là, il ne résistera que pendant 72 heures. Des suites des coups graves à l’arme blanche du charretier, il rend finalement l’âme dans la nuit du mardi au mercredi 06 octobre 2010. Laissant derrière lui, deux (2) veuves et sept (7) orphelins profondément marqués par cette séparation brutale. Ainsi que des fidèles de la mosquée de PK 18 choqués par ce meurtre. Une plainte a été déposée contre le charretier meurtrier qui est activement recherché par les services de la Police Nationale pour répondre de son acte.

Avec le partenariat de l'Intelligent d'Abidjan / Par M Tié Traoré
Jeudi 7 Octobre 2010
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société