Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Dossier : Ministère de la santé FSUCOM Port-Bouet 2 : une gestion chaotique

Le compte à rebours a commencé pour le Conseil d'Administration de la Formation Sanitaire Urbaine et Communautaire Port-Bouet 2. Le mercredi 7 novembre 2012, des fonctionnaires du ministère du Pr N'dri Yoman sont entrés en action pour avoir une lisibilité des états des effectifs du centre. Et ce, après nos deux articles de septembre-octobre. L'hideux scandale qui couve sous les pansements antalgiques dans ce centre n'est-il qu'un problème de ressources humaines ? Après les bourrasques qui ont emporté l'intrépide ministre Yoman, ce peut être le pont aux ânes pour le Pr Raymonde Goudou.


Dossier : Ministère de la santé FSUCOM Port-Bouet 2 : une gestion chaotique


Une gestion artisanale et crapule du centre

A la manette, les sieurs Abou Touré, entrepreneur, et Tanoh Kassi, ex-instituteur. Ces deux larrons en foire ont le vent en poupe puisqu'ils disposent de toutes les ressources du centre à leur guise. En effet, depuis environ six mois, Mme Dosso, grâce à Access Canada, est partie en Amérique du Nord. Mais le hic est que le salaire de cette brave dame est toujours payé par le trésor public. Ne croyez surtout pas qu'elle en bénéficie. Pour la paie des 21 et 23 Août 2012, c'est Mme Kouagny (fille de salle vacataire au Fsucom Port-Bouet 2 mais fonctionnaire au Chu de Yopougon) qui a retiré le pactole. Pour la deuxième paie, le 17 Septembre 2012, le traitement de l'aventurière a été perçu par une jeune fille à qui Kassi aurait remis 2.000 francs pour le transport. Quelle folie ! Le jour de la paie, Kassi surveillait de près tous ceux qui ont bénéficié des augmentations farfelues, avec son sachet bleu dans lequel il fourrait les liasses récupérées. Résultat des courses : 5 millions. Dans cette grisaille, comment s'étonner que Touré Rokya qui est en fonction au service comptabilité de l'hôpital général de Gagnoa émarge ici dans « l'hôpital de son géniteur » en empochant 400.000 francs? Le don d'ubiquité ! Ce 17 septembre, Ouattara Béatrice a dû supplier ses collègues afin de laisser passer Rokya qui devrait retourner à Gagnoa. Bien sûr que cette fille est fictive à Port-Bouet 2 ! Cette caste « inconnue » est étoffée par Sylla Mariam, Tra Lou et Amy qui ont été engagés les 5 et 7 novembre derniers après le passage des contrôleurs du ministère qui demandaient l'état des lieux. Comment justifier la présence de ces personnes qui ne servent pas dans le centre dans les états du trésor public? Pour enfariner le ministère, il faut recruter officiellement les agents fictifs en gardant leur salaire intact. Ainsi, sous le fallacieux prétexte qu'ils auraient travaillé pendant la période de braise de décembre 2010 à avril 2011, des agents ont vu leur salaire multiplié par dix et les anciens que le Pca ne peut manipuler n'ont reçu aucune augmentation. Parmi les heureux élus, il n'y a que Ouattara Maman qui pourrait répondre à ce critère. Pour se rendre compte de la supercherie, il suffit que l'état se désengage pendant quelques mois. Les résultats seront implacables. De plus, pour comprendre que les faux salaires sont en train de devenir les vrais salaires, il suffirait de suivre une traçabilité des salaires. Par exemple, l'on pourrait partir de 2007 à 2012, depuis l'artisanal système main à main au paiement par virement à la Coopec Ananeraie et Ecobank-Niangon en exigeant les bulletins de paie des agents. L'on se rendrait compte des abysses creusés par ces faussaires dans le cour de nos deniers. La ruse. Et ces dysfonctionnements créent aujourd'hui malaise et frustration dans le centre. Et les agents se regardent en chiens de faïence quand on sait que le vigile, Abdallah Barry, avec ses 100.000 francs mensuels, est un privilégié par rapport aux infirmiers et autres sages-femmes du centre. N'est-ce pas là un crime de lèse-majesté ? Et puis, malgré les renvois de près de six médecins et infirmiers, la masse salariale payée par le contribuable demeure pareille. Secret de polichinelle.

La fertile cacaoyère des Touré et de Tanoh

En dehors de la gestion scandaleuse des ressources humaines, le matériel hospitalier connait aussi un authentique sort de la part des affairistes. Le Fsucom possède un labo en son sein mais le matériel voyage très souvent dehors pour nourrir des intérêts particuliers et cupides. Avant l'inspection des contrôleurs du ministère, les appareils d'écographie et d'analyse ECG qui avaient été transférés depuis des mois dans une clinique privée (« Clinique La Passerelle ») non loin, au pied du nouveau marché de Bort-Bouet 2, sont retournés au bercail. C'est dans cette clinique que sont orientés les patients à qui l'on demande des examens. Le gynécologue du centre ne peut sortir vivant de ce coup de massue ! Il est trempé jusqu'au cou. A qui appartiennent finalement ces machines qui rapportent respectivement 8.500 francs et 5.000 francs par examen? Bien sûr, entre le Pca et les responsables de « La Clinique La Passerelle », il existe forcément un deal. Il n'est pas certain que les retombées de ces examens voient le chemin des caisses du Fsucom. Et d'ailleurs pourquoi ce transfert, sachant que ces centre ont été créés pour accomplir du social ?
Par ailleurs, dans le Fsucom de Port-Bouet 2, le système dépôt-vente a des failles couvertes de voiles noirs surtout quand on sait que le statut de l'établissement l'oblige à n'avoir pour fournisseur que la PSP (pharmacie de la santé publique). Pourtant, parfois, se moquant de la santé des malades, Roxy-Adjamé devient une pharmacie d'approvisionnement pour Mr Touré et sa clique. Un centre hospitalier qui achète « des médicaments par terre » ! Sacrilège ! Pouvait-il en être autrement quand ses gestionnaires sont des commerçants mercantiles? Les contrôleurs de la PSP n'y voient que du feu.
De plus, la gestion des 14 millions de dette payée en 2011 par le Fonds de prévoyance de la police a été très opaque. Mr Touré a-t-il gardé par devers lui 10 millions de ce pactole ? Seul un vrai contrôle peu nous situer. Mme La ministre, sur ce dossier, vous serez aussi jugée. J'espère que vous ne vous laisserez pas emportée par les eaux tumultueuses que charrie cette indélicate camarilla.
En outre, la tutelle devra chercher à comprendre ce qui fait courir les responsables du Fsucom de Port-Bouet 2 de banque en banque ; il y a anguille sous roche dans ces valses entre la Coopec Ananeraie et Ecobank Niangon où les virements du personnel étaient faits avant que l'état n'introduise sa politique sociale de gratuité. D'ailleurs, ici, cette recommandation est-elle respectée ? J'en doute. Ainsi, on se fout des patients, du contribuable ivoirien et de l'état.

La mafia et la loi de l'omerta

Pour boucler la boucle, il y a quelques années, quand le Pca était en pèlerinage à ... la Mecque, ses épouses venaient chercher la popote quotidienne des mains de Ouattara Béatrice, une caissière du centre. Même ses transferts de crédits d'appel sont payés par le centre au vu et au su de tout le monde. Qui oserait broncher ? Galé Paul, ex-aide-soignant, en passe d'affectation en tant qu'infirmier fonctionnaire a même été cuisiné après notre premier article. Le pauvre innocent. La compression n'est pas loin. Combien sont-ils ces agents qui sont entrés dans ce centre grâce au Pca ? Les grains d'un chapelet. Mr Touré a l'art de manipuler les hommes et l'argent. Depuis 1997, il préside le Conseil d'Administration en violation et manipulation des textes régissant la formation sanitaire. Ce Fsucom est le champ de Touré. Une maffia !

Des menaces de mort !

Après les deux premiers articles sur les dossiers sales du Fsucom de Port-Bouet 2, des menaces de trépas ont commencé à pleuvoir sur votre serviteur. Les numéros utilisés pour ces appels de malfrats sont les 48.21.75.97 et 55.99.59.27. Puisque les numéros ont été identifiés par les entreprises de téléphonie, nous espérons que la police fera son travail pour arrêter ces sicaires en vadrouille. Mais d'ici là, dégustons leurs sublimes perles de rodéos ivoiriens : « Nous avons un référé du Parquet contre toi », « Tu connais Abou Touré et Sylla Mariam ? », « C'est toi qui accuses Mme la ministre et Abou Touré dans les journaux ? », « Nous devons te rencontrer ; c'est très important. », « Tes parents vont pleurer ; tu vas te retrouver bientôt au cimetière. », « Le jour on te verra, tu es un homme mort.», « On va te tuer et puis y a rien » . Puérile tentative d'intimidation de Mr Abou Touré et ses comparses.

Il est temps que les autorités de ce pays se réveillent pour mettre fin aux actes délictueux de ces sordides mafieux qui s'enrichissent sur le chétif dos des Ivoiriens. Il faudra contrôler la gestion du conseil d'administration de Mr Touré et Tanoh Kassi. Trop c'est trop, Mme la Ministre ! A moins que ces voleurs à cols blancs ne soient indéboulonnables. Que la lumière soit !

Soilé Cheick Amidou in Lebanco.net
Lundi 26 Novembre 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez


1.Posté par Kader le 26/11/2012 02:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article fouillé et illustré. Très belle présentation! Courage et félicitations à l'auteur!

2.Posté par SORO le 29/11/2012 00:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FELICITATION. COMME VOUS L'AVEZ DIT LA LUMIERE EST ET SERA INCH-ALLAH.

3.Posté par KABRAN PRISCA le 21/01/2013 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'INCOMPETENCE DES AGENTS DE SANTE

La supercherie se vit dans les hôpitaux publics de Côte d'Ivoire. Également a ABOBO rien ne va dans cette commune jai été victime aujourd'hui de l'imcompetence des agents de l'hôpital communautaire d'ABOBO ANONKUOA 3. ll'agent de santé a injecter deux doses de vaccin DT + une DOSE DE ROUGEOLE a un BEBE de 09mois au lieu d'une dose de DT . N'est ce pas un crime ? et madame s'excuse simpplement. et si la dose s'avère mortel pour l'enfant ? Je compte compte porter plainte. A qui est ce que je doit m'adresser? Les agents de ce hôpital doivent être formés d'avantage.
contacts: 46 66 71 03 / 60 55 21 90

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2774 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3006 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3818 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3123 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5163 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire