Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Discours de Ouagadougou : Emmanuel Macron entre dilatoire et séduction

Le président français Emanuel Macron a tenu son grand discours sur l’Afrique mardi 28 novembre 2017 à l’université de Ouagadougou. Il a abordé plusieurs sujets sensibles dont, ceux qui sont actuels et qui ravivent les tensions au sein de la population africaine ; l’esclavage en Libye, les « crimes de la colonisation » ou encore, l’assassinat de Thomas Sankara.


Dans le cas de l’ignoble situation qui prévaut en terre libyenne, Emmanuel Macron a “proposer une initiative euro-africaine” pour “frapper les organisations criminelles et les réseaux de passeurs” qui exploitent les migrants subsahariens dont certains sont réduits en esclavage. Il a fait aussi part dans son discours devant les étudiants burkinabés, d’“un soutien massif à l’évacuation des personnes en danger” en Libye, qualifiant la vente de migrants comme esclaves de “crime contre l’humanité”.

Emmanuel Macron a visiblement osé aborder le sujet mais il faut souligner que ce dernier n’a fait que condamner les faits sans aborder la responsabilité de l’Europe ni l’indifférence dont elle a fait preuve dès la mise à nu de cette macabre affaire qui a pourtant frappé un continent que ces européens disent pourtant « vouloir aider ».

Instaurer une « relation nouvelle

L’autre sujet abordé par Macron dans son « grand discours sur l’Afrique», c’est la question de la colonisation que les africains mettent souvent en exergue pour accuser les occidentaux et justifier leur état de sous développement chronique.

En réponse aux accusations des Africains, le président de l’Hexagone a reconnu que des crimes ont été commis et n’a pas nié la responsabilité de l’Occident. Cependant il en appelle à une « relation nouvelle » avec l’Afrique. Chose que demandent aussi les jeunes Africains en exigeant la fin de la France Afrique.

« Les crimes de la colonisation européenne sont incontestables… Il y a eu des fautes et des crimes, des grandes choses et des histoires heureuses… », a déclaré le président Macron. Il a ajouté que « Ce n’est pas simplement un dialogue franco-africain que nous devons reconstruire ensemble, mais bien un projet entre nos deux continents, une relation nouvelle repensée à la bonne échelle ».

Beau discours de monsieur le président de la France sauf que cette France est décriée par les africains et accusée de piller le continent et d’être à la base des plus grands conflits mortels qu’a connu l’Afrique depuis des années. Macron veut une nouvelle relation avec l’Afrique, les africains aussi ; cependant il faut que cette nouvelle relation soit nouée dans une atmosphère de confiance et de respect mutuel.

Macron a déclaré que «L’Afrique n’est ni perdue ni sauvée, c’est un continent central, c’est ici que se télescopent tous les défis contemporains ». C’est vrai que l’Afrique est l’objet de toutes les convoitises dans le monde. Il va donc falloir que les dirigeants et les peuples d’Afrique, s’arment de beaucoup de vigilance afin d’éviter de se faire berner par ceux qui en ont déjà leurs intérêts et qui ne voudront en aucun cas s’en défaire ou en renégocier les termes du contrat.

Le dossier Thomas Sankara sur la table

Enfin, un autre sujet très sensible a été mis sur la table. L’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara. Une affaire dans laquelle la France est accusée d’en être le principal instigateur. Sur cette affaire, Emmanuel Macron a promis mardi que tous les documents français concernant l’assassinat de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara en 1987 seraient “déclassifiés”.
Lire la suite
Mardi 28 Novembre 2017
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2772 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 2997 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3817 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3123 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6357 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5160 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire