Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Dictature, injustice, répression, arrestations arbitraires Pourquoi les Occidentaux ne veulent plus de Ouattara


Dictature, injustice, répression, arrestations arbitraires Pourquoi les Occidentaux ne veulent plus de Ouattara
Le regain de lucidité de la communauté internationale l’a amenée à prodiguer des conseils à Ouattara. Malgré la manipulation dont elle a été victime, la communauté internationale ne veut plus se laisser distraire par le régime abordés le 22 août 2012 par Akoun Laurent, secrétaire général du Fpi, au cours d’une conférence de presse suite à l’attaque dont son parti a été victime le samedi 18 août 2012. Ces quinze derniers mois donc, les occidentaux ont vivement déconseillé à ouattara d’être tenté par le syndrome « d’affaiblir encore davantage » le Fpi du président Laurent Gbagbo. Il serait mieux pour lui de créer les conditions de sérénité indispensable pour leur permettre de se préparer pour les législatives. Il a été également demandé aux chefs des Frci et des Dozos de sécuriser les législatives. Sur la base d’un accord conclu entre les partis politiques. notamment sur la composition de la Cei et le fichier électoral ainsi que le rôle des nations unies. Malheureusement, c’est le contraire qui s’est produit. Le Fpi n’a pas participé aux législatives de 2011 parce que les conditions de sécurité, de transparence et d’équité exigées par la communauté internationale n’étaient pas du tout réunies. En outre les cadres du Fpi censés y participer, sont pourchassés, emprisonnés, arrêtés, assassinés ou en exil. D’ailleurs, la Cei et le fichier électoral sont restés inchangés, contrairement à la volonté des occidentaux. Le Fpi est toujours harcelé et réprimé par le régime dictatorial d’Abidjan. Et cela ne plait pas à la communauté internationale qui se rend compte que Ouattara n’est pas disposé à réconcilier véritablement le peuple ivoirien. Dans les domaines de la réconciliation et de la justice, les occidentaux sont écœurés de voir que là encore, Ouattara leur sert tout autre chose que ce qui lui avait été demandé. En effet, le pouvoir a été enjoint de ne pas mettre en œuvre des procédures judiciaires arbitraire pour persécuter le Fpi, de veiller à ce que les enquêtes soient ouvertes sur les éléments des Frci soupçonnés de crimes graves, notamment ceux dont les noms figurent dans l’annexe confidentielle du rapport d’enquête internationale des nations unies sur la Côte d’Ivoire. Hélas, le régime ivoirien a froissé ces recommandations et agit selon ses humeurs belliqueuses. on ne saurait comptabiliser le nombre de pro Gbagbo qui croupissent en toute illégalité dans les prisons officielles et secrètes du régime populiste d’Abidjan. on y compte des civils et des exforces de défense et de sécurité. Aucun élément des Frci, qui pourtant ont tué en masse pendant la crise postélectorale, n’a été inquiété à ce jour par la justice. Pis les chefs de guerre qui ont donné les ordres ayant conduit au massacre et aux assassinats, nommément cités dans tous les rapports d’enquêtes internationales, ont été bombardés à de hauts grades dans l’armée. Cette situation déplait également à la communauté internationale, qui est exacerbée par l’outrecuidance de Ouattara de passer outre ses exigences. Elle rumine patiemment sa revanche, dit-on, dans les milieux diplomatiques, déçue par le climat d’injustice flagrante et d’impunité qui a été installé dans le pays, sans que cela ne préoccupe Ouattara. Au niveau sécuritaire, les occidentaux n’ont cessé, depuis septembre 2011, de demander à Ouattara d’organiser le retrait total des ex-rebelles d’Abidjan et d’appeler au retour des militaires encore en exil avec des garanties de sécurité et de respect de leurs droits y compris la présomption d’innocence. Ces conseils sont ici encore, foulés Aux pieds. A Abidjan, les com’zones qui faisaient la loi dans le fief de l’ex-rébellion, se sont répartis la capitale économique avec chacun un bataillon à sa solde. Plusieurs autres éléments de l’ex-rébellion ont déserté les zones Centre nord et ouest pour rallier Abidjan et d’autres villes sous contrôle des ex-Fds, en vue d’accroître leur commettent les violations les plus graves des droits de l’Homme jamais commises en Afrique. Les militaires en exil, sont devenus plus nombreux. Car le pouvoir traque toujours les gendarmes, policiers, militaires et douaniers qui ont combattu pour le président Gbagbo. Les exilés qui ont eu le malheur de revenir au pays, ont été purement et simplement arrêtés et conduits dans les goulags du nord ou dans les prisons à Abidjan, sans avoir droit à des procès équitables. Par ailleurs, Ouattara a refusé de respecter, comme le lui demandent les occidentaux, l’Accord politique de Ouagadougou. C’en est trop pour la communauté internationale. A ce rythme infernal de dérives totalitaires et dictatoriales, la Côte d’Ivoire ne peut pas sortir du climat d’instabilité et de guerre, analysent des diplomates en poste à Abidjan. Avec un tel chef, les occidentaux veulent passer à une autre phase. Ouattara ne fait plus leur affaire. Le régime en place s’est tellement enfoncé dans les fautes graves toute chose qui fait que n’est plus le grand amour entre la communauté internationale et Ouattara. Selon des indiscrétions qu’il vend à ses partisans et ses affidés. Et il ne reste plus qu’à tourner la page ouattara. «Il (Ouattara) ne sait pas que ses amis (Occidentaux) l’ont lâché», dixit Akoun Laurent. Les jours à venir nous situeront un peu plus sur le sort du pouvoir de la tutelle des Frci et Dozos.

Fabrice Tété in Le Temps
Jeudi 30 Août 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 3016 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3589 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3992 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6485 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5275 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 3770 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire