Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Daloa/après le meurtre d`un pasteur, d`un propriétaire terrien et d`enfants,Le tueur en série enfin arrêté


Le parcours du serial-killer de Daloa, Zongo David, jeune Burkinabé de 27 ans, a pris fin. L'homme s'était particulièrement illustré par une série de meurtres. Il a tué quatre fois en l'espace de deux jours seulement. Des faits que nous avons rapportés dans nos parutions du mardi 26 et mercredi 27 juillet 2011. La première victime de Zongo a été Zana Zachée, le pasteur de l'église baptiste missionnaire « La compassion ». Ce dernier qui l'employait dans sa plantation, érigée dans les environs du village de Zaguiguia, à 7 km de la ville de Daloa, il l'a égorgé à la machette dans son champ. C'était le samedi dernier 23 juillet. Puis tout de suite après, il éventrait Zokou le propriétaire terrien qui a eu le malheur de venir aux nouvelles, en attendant les cris de détresse de l'homme de Dieu. Après ces deux crimes, Zongo David décampe et va se réfugier dans un campement, près du village de Zagné. C'est pratiquement dans le même périmètre que le théâtre de sa forfaiture. Son compatriote qui ignore tout de ses crimes et qui l'héberge, va payer le prix fort de sa sollicitude. Zongo David, dans sa folie meurtrière, égorge, en plein sommeil, les deux enfants de son tuteur d'une nuit. Puis, sans crier gare, il met les voiles. Un acte odieux qu'il a posé le dimanche 24 juillet. Les éléments de la brigade-ville de gendarmerie de Daloa saisis ont procédé au constat des quatre crimes. Immédiatement, des recherches sont entreprises. Mais les agents des forces de l'ordre semblent impuissants dans leur volonté d'appréhender le tueur. Ce dernier, que l'on dit doté d'un pouvoir mystique, serait invulnérable aux coups de machettes et aux balles des armes à feu. Mieux, il serait invisible. Alors, comme au fer, il faut opposer le fer, il est fait appel aux chasseurs traditionnels Dozos dont les pouvoirs mystiques ne sont plus à démontrer. Ces derniers se lancent aux trousses du tueur en série. Et juste le lendemain lundi 25 juillet, ils le capturent, non sans lui avoir livré un difficile combat mystique. Remis aux gendarmes, Zongo David explique qu'il a tué son patron Zachée, parce que ce dernier a refusé une fois, de lui donner de l'argent dont il avait besoin pour des soins médicaux. Et la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, selon lui, c'est quand son employeur l'a traité de fou, parce qu'il a accusé la femme de ce dernier d'avoir tenté de l'empoisonner. Et à l'en croire, c'est le pasteur qui, le premier, s'est saisi d'une machette dans le but de le taillader. Et lui a pu renverser la situation en sa faveur. Zokou le propriétaire terrien, toujours dans ses aveux, Zongo dit l'avoir liquidé, parce que ce dernier a tenté de le neutraliser, lorsqu'il s'enfuyait après avoir tué son patron. Pour les meurtres des deux enfants de son compatriote, le jeune Burkinabé éprouve un réel mal à les clarifier. Il explique tout simplement qu'il était pris d'une folie meurtrière. Le fait heureux ici, c'est que le tueur en série a enfin été mis hors d'état de nuire et attend de répondre de ses actes.

Kevin BAKOU in Soir Info
( A Daloa )
Jeudi 28 Juillet 2011
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société