Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

DE LA SURVIE DU COJEP, LE MOUVEMENT CRÉÉ PAR CHARLES BLE GOUDÉ

LE SAMEDI 29 MARS 2014 se tiendra un CONSEIL POLITIQUE EXTRAORDINAIRE ÉLARGI (équivalent du Comité Central du FPI).


Charles Blé Goudé, le combattant aux mains nues
Charles Blé Goudé, le combattant aux mains nues
Après cette annonce faite par Patrice Saraka, membre de la direction du COJEP, j'ai décidé de partager cette réflexion avec vous. Il ne s'agit évidemment pas de créer une quelconque polémique mais d'analyser froidement la situation créée par la déportation à La Haye du ministre Charles Blé Goudé, le président-fondateur de ce mouvement.

Charles Blé Goudé est désormais à La Haye, et son mouvement se trouve à la croisée des chemins car cette situation qui fait craindre une plus ou moins longue absence de son leader, pose le problème de sa survie.

L'objectif de cet éloignement de Charles Blé Goudé est clair. Il s'agit de démobiliser tous ces jeunes qu'il fascinait par son charisme et son verbe, et qui se mobilisaient massivement dès qu'il leur lançait un appel. En misant sur le temps, ceux qui ont déporté Blé Goudé espèrent donc une démobilisation de ces jeunes et une perte totale d'influence, voire une disparition du COJEP, le mouvement qu'il a créé.

Je voudrais donc qu'on se projette rapidement car cette déportation de Blé, au-delà d'une certaine émotion qu'elle crée, pose le problème qui est de savoir comment on continue d'intéresser à la politique tous ces jeunes qui voient en lui leur leader parce qu'il est de la même génération qu'eux. Si ces jeunes sont gagnés par le découragement et finalement par l'indifférence à la politique, ils ne seront plus utiles à notre cause alors que ce sont eux qui ont soutenu et soutiennent le plus le président Gbagbo, et c'est avec eux que le combat sera gagné. C'est donc un vrai défi pour ce mouvement qui doit réfléchir rapidement pour trouver des solutions qui assureraient sa pérennité.

Il me semble qu'il est de l'impérieux devoir des dirigeants actuels du COJEP d'analyser cette nouvelle situation et de prendre toutes les mesures qui s'imposent pour parer aux dangers qui guettent leur mouvement. Je pense qu'il y va non seulement de l'intérêt du COJEP, mais aussi de celui du FPI.

L'alliance actuelle de ce mouvement avec le FPI peut-elle lui garantir une survie certaine ? C'est possible si le FPI lui accorde une certaine marge. Mais cela ne sera jamais suffisant alors que l'enjeu est important. Alors que faire ?

Je pense que la meilleure chose à faire aujourd'hui pour le COJEP serait de transformer rapidement ce mouvement en parti politique. Je pense que transformer le COJEP en parti politique serait une bonne chose pour le COJEP mais aussi pour un FPI allié du COJEP, car cela permettrait au parti créé par Laurent Gbagbo de garder le soutien de ces jeunes générations.

En faisant cette proposition, j'ai conscience de provoquer un débat. Cependant, il faudra répondre d'abord aux questions qui suivent :

Le FPI peut-il capter le soutien de ces jeunes générations sans le COJEP ?

Y a-t-il eu beaucoup de mouvements de ces jeunes patriotes vers le FPI en termes d'adhésions qui auraient été provoquées par l'absence de Blé ?

Pourquoi croirait-on donc que cela pourrait se faire maintenant que Blé est à la Haye avec Gbagbo ?

Si Charles Blé Goudé était encore là, transformer le COJEP en parti politique pouvait poser quelques problèmes car on pouvait lui prêter, à tort ou à raison, des ambitions présidentielles. Mais il n'est plus là pour être physiquement au-devant des choses. Et nous n'avons aucune idée de la date de son retour. On peut même penser que sa présence à la Haye est une aubaine pour la CPI pour faire durer le dossier Gbagbo car Gbagbo pourrait être en liberté provisoire aussi longtemps que le cas de Charles Blé Goudé n'aura pas été visité. Et cela prendra du temps quand on connaît la lenteur de cette justice internationale

Si donc le président Laurent Gbagbo venait à être libéré provisoirement comme nous le souhaitons tous, le FPI pourrait-il faire de la libération de Charles Blé Goudé un préalable ? Et si ce n'est pas le cas, le leader du COJEP ne risque-t-il pas d'être sacrifié ? Une transformation du COJEP en parti politique permettrait donc à ce mouvement de ne pas être marginalisé et d'obliger le FPI à rester mobilisé sur le dossier Blé Goudé.

L'objectif d'une telle transformation serait donc double: assurer la survie de ce mouvement et continuer à intéresser à la politique les jeunes qui reconnaissent Blé Goudé comme leur leader. Ces jeunes qui reconnaissent Blé Goudé comme leur leader doivent être entretenus car ils constituent une force qui pourra servir le moment venu. Tout doit donc être fait pour empêcher que le désespoir les conduise à l'indifférence par rapport à la politique, car il deviendrait extrêment difficile de les remobiliser s'ils abandonnaient la lutte.

Je crois d'ailleurs que c'est aussi la seule façon pour Charles Blé Goudé d'espérer revenir sur la scène politique ivoirienne en gardant une certaine influence , car il trouvera un mouvement devenu un parti politique, et un allié crédible du FPI. Peut-être parlera-t-on à ce moment-là de fusion, mais pour le moment, il faut sauver le COJEP. Et cela me paraît d'une urgence à prendre en compte.

Si le COJEP disparaissait de la scène politique, la perte pour le FPI risquerait d'être double car il pourrait perdre à la fois un allié et tous ces jeunes patriotes de la génération Blé Goudé dont on ne mesure pas encore très bien à quel point la foi en la lutte pourrait avoir été ébranlée par cette déportation de leur leader.

J'ai fini de parler

Alexis Gnagno
Mercredi 26 Mars 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3337 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2202 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5422 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51722 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5808 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires