Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Crise au FPI / AU LIEU D’ÊTRE A SON AVANTAGE, LA DÉCISION DE JUSTICE ORDONNANT LE RETRAIT DE LA CANDIDATURE DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO MET PLUTÔT AFFI N'GUESSAN AU PIED DE L'EVEREST ET A LA MERCI DE SES ADVERSAIRES.



Le candidat Affi N'guessan avait soutenu son action en annulation de la décision par 4 arguments :
1. l'absence de convocation et de délibération du comité de contrôle;
2. la non-conformité du dossier de candidature du président Gbagbo;
3. la violation des dispositions statutaires relatives aux propositions de candidatures;
4. l'impossibilité d'exercer les fonctions de président du parti (du fait de son incarcération).
Jusqu'à preuve du contraire, la décision de justice n'a pas retenu les arguments 1 et 4 qui sont justement ceux qu'il serait difficile voire impossible de corriger ou de couvrir.
La décision est motivée d'une part par l'absence de demande manuscrite, bien qu'elle reconnaît que cette exigence n'est pas statutaire. Elle ne retient cette pièce que parce qu'elle a été validée par le président du C.O. et le comité de contrôle. Cela veut dire que si, dans le cadre d'une nouvelle période de réception des candidatures, le comité de contrôle (ou central) en supprime l'exigence, ou que le président Gbagbo présente un dossier incontestable sur ce point, ni Affi, ni la justice n'auront rien à redire. De même, la justice n'a pas retenu l'argument de l'attestation d'appartenance à un organe dirigeant signée, non pas par le président, mais par un vice-président. D'autre part, la décision donne droit à l'interprétation du candidat Affi sur l'article 12 sur les propositions de candidatures. Ce point également peut être facilement couvert par une candidature directe du président Gbagbo.
J'observe par ailleurs que cette décision ne fait qu'ordonner le retrait d'une candidature, elle n'arrête pas la liste des candidats à l'élection ni les nouvelles dates du congrès. Ces décisions reviennent aux organes du FPI. Or, c'est à ce niveau qu'Affi est attendu, lui qui en a perdu le total contrôle.
Au total, et jusqu'à plus ample informé, cette décision de justice pose plus de problèmes à Affi qu'elle n'en résout.
A mon avis, on ne devrait pas perdre plus de temps à en faire appel. Rendons inéluctable le retour du débat en interne et prenons les décisions qui s'imposent dans l'intérêt du FPI et au grand dam de son président sortant.
Quelle phase sortira-t-il d'ici là? Wait and see.

par Ambroise Gnahoua
Mercredi 31 Décembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3338 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2202 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5425 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51803 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5808 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires