Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan











Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Coup d'Etat en Centrafrique: Quant un putschiste en chasse un autre

24 heures après avoir chassé François Bozizé du pouvoir, Michel Djotodia s'est autoproclamé nouveau chef de l'Etat centrafricain. La condamnation de ce coup de force est certes unanime, mais elle ne l'est en fait que du bout des lèvres, car la communauté internationale s'attendait plus ou moins à cette situation.


Coup d'Etat en Centrafrique: Quant un putschiste en chasse un autre
La loi du plus fort semble être le mode d'alternance au pouvoir en République centrafricaine. C'est par une rébellion armée que François Yangouvonda Bozizé est lui même arrivé au pouvoir le 15 mars 2003. Dix ans après, le rapport de forces a basculé en faveur de ses adversaires du Séléka qui viennent de lui ravir le pouvoir. Evaporé dans la nature, c'est finalement au Cameroun que l'ex- président a trouvé refuge, mais de façon provisoire, car Yaoundé ne veut visiblement pas garder longtemps cet hôte encombrant.

Dans ses premières déclarations, le nouveau pouvoir a donné des gages à la communauté internationale, à savoir le respect de l'accord de Libreville du 11 janvier dernier et l'organisation d'élections libres et démocratiques dans un délai de trois ans. Mais cela n'a pas empêché la vague de condamnations qui s'abat depuis lors sur la coalition rebelle.

Autant l'on peut douter des intentions affichées par les putschistes, autant la condamnation tous azimuts de la communauté internationale semble n'être que du bout des lèvres. Que ce soit la France, les Etats Unis ou l'Union européenne, la condamnation du coup d'Etat s'est limitée à un juste rappel à l'ordre dans le pays, et au respect de l'accord de Libreville. Concernant le premier point, les puissances étrangères s'inquiétaient plutôt des pillages dont la capitale Bangui est victime depuis l'entrée des rebelles.

Quant au respect de l'accord de Libreville demandé par ces pays occidentaux, cela semble paradoxal dans la mesure où cet accord est sans objet depuis que l'une des parties signataires à savoir le régime de Bozizé a été écarté du pouvoir. Seules l'Union africaine et l'Organisation Internationale de la Francophonie ont condamné de façon plus véhémente le putsch et décidé de suspendre la Centrafrique de participation à leurs activités. Cette condamnation assez molle des puissances occidentales reflète un certain agacement de ces pays à la fois face au double jeu de Bozizé, dans l'application de l'accord de Libreville, mais aussi de son incapacité à traduire dans les faits une véritable politique de réconciliation nationale.

Pendant ses 10 ans de règne, l'ex- N01 centrafricain a répété les mêmes erreurs que ses prédécesseurs en refusant un dialogue sincère avec ses opposants. Contraint il y a deux mois à une cohabitation avec ses adversaires politiques, l'ex- président a cru pouvoir ruser avec ces accords en les appliquant au gré de ses intérêts. S'il s'était arrêté là, sa chute aurait été moins rapide, mais Bozizé attisait à travers les médias qui lui sont proches, une véritable haine contre ses opposants. Cette politique qui risquait d'embraser un pays déjà très instable a fini par perdre ce Général qui aura pourtant vécu la chute de plusieurs ex-dirigeants de son pays notamment Bokassa, Kolingba, et Patassé, pour pratiquement les mêmes raisons.

Charles d'Almeida in L'Inter

Mardi 26 Mars 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 858 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2204 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 2005 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 954 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


CÔTE D'IVOIRE - Conflits inter-communautaires : Des morts et plusieurs blessés dans l’ouest Un conflit inter-commun… https://t.co/ludWYLSJ3M

Facebook

Partager ce site