Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d’Ivoire : Voici la mouture de la CEI retenue par le gouvernement, objet de polémique

À la suite des rencontres qu'il a eues avec l’opposition politique ivoirienne, et le dépôt des propositions relatives à la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly a retenu une mouture de cette institution. Et ce, sans la « caution » de l’opposition.


Côte d’Ivoire : Voici la mouture  de la CEI retenue par le gouvernement, objet de polémique
Ainsi, le 3 juillet dernier, lors du conseil des ministres, un projet de loi portant recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) a été adopté.
Selon le gouvernement, en application de la recommandation de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, contenue dans son arrêt en date du 18 novembre 2016, demandant à l’État de Côte d’Ivoire, la recomposition de la CEI, en vue de la rendre plus équilibrée, le président de la République a instruit le gouvernement, à l’effet d’engager des discussions avec les partis politiques ainsi que les organisations de la société civile pour recenser leurs aspirations.
Ainsi, a été arrêté ce nouveau projet de loi, relatif à la composition de la CEI. Pour le gouvernement, Il apporte un meilleur équilibre dans la composition des organes de la commission centrale, du bureau et des commissions locales.
Faux, rétorque l’opposition politique, qui s’insurge contre cette CEI qu’elle juge taillée à la mesure des tenants du pouvoir d’Abidjan. Plusieurs partis de l’opposition entendent par des actions d’envergure, contraindre la majorité présidentielle, à appliquer dans la lettre et dans l’esprit, les recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Pour l’opposition, il s’agit d’un simple réaménagement, en lieu et place d’une réforme en profondeur de l’organe en charge des élections en Côte d’Ivoire. D’où son rejet de cette CEI qui est loin d’être indépendante, telle que l’exige la Cour africaine.

Ci-dessous le projet de loi.

Au titre de la Commission Centrale :

Le retrait des représentants de l’Assemblée Nationale et du Ministre de l’Economie et des Finances ; le retrait des deux (02) représentants des Confessions religieuses ; l’augmentation du nombre des représentants de la société civile, qui passe de quatre (04) à six (06), dont quatre (04) pour les Organisations de la Société Civile, un (01) pour le Barreau et un (01) pour la Commission Nationale des Droits de l’Homme ; la réduction du nombre des représentants des partis politiques, qui passe de quatre (04) à trois (03).

Au titre du Bureau :

La réduction du nombre de postes de Vice-président, qui passe de quatre (04) à trois (03) ; la réduction du nombre de postes de Secrétaire adjoint, qui passe de trois (03) à deux (02).

Au titre des Commissions locales :

La réduction du nombre des représentants des partis politiques, qui passe de quatre (04) à trois (03).
Par ailleurs, il convient d’indiquer que le Gouvernement a donné son accord pour que les représentants du Président de la République et du Ministre en charge de l’Administration du Territoire ne soient pas candidats au poste de Président de la Commission Electorale Indépendante.
Au terme de cette modification, la nouvelle CEI comprend quinze (15) membres pour la Commission Centrale, sept (07) membres pour le Bureau et sept (07) membres pour chacune des Commissions locales.

De notre correspondant à Abidjan
Jacob BLAGUE





Dimanche 14 Juillet 2019
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 07/09/2019 | 1154 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2019 | 1842 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2019 | 1649 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 2820 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1805 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire