Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire - Ouattara a annoncé une décision de Macron

Quand Dramane Ouattara annonça, le 5 mars 2020 à Yamoussoukro, qu’il ne briguerait pas un 3e mandat, certaines personnes prirent d’assaut maquis et bars, le soir, pour fêter cela. D’autres comme Adama Bictogo comparèrent Ouattara à Nelson Mandela. Or tout le monde sait que le premier président noir de l’Afrique du Sud, en plus d’avoir toujours assume ses actes et positions, s’abstint de persécuter et de jeter en prison ses adversaires blancs. D’autres encore félicitèrent le président reconnu par la communauté internationale pour cette “décision courageuse et salutaire” (Simone Ehivet Gbagbo), pour cet “acte fort” (Pascal Affi N’Guessan), etc.


Et pourtant, il y a une différence entre “annoncer” et “décider”. Si l’on se rappelle que M. Ouattara n’écoute et ne respecte que les Blancs, ce qui est révélateur d’un gros complexe d’infériorité de sa part, on peut légitimement penser que c’est Macron qui a décidé qu’il n’avait plus le droit de se représenter après ses deux frauduleux mandats. Ce qui le prouve, c’est la célérité avec laquelle le président français a réagi au discours de M. Ouattara (le même jour) et les mots qu’il a utilisés pour le faire (“décision historique”, “homme de parole et homme d’État”). Pour moi, Ouattara n’a fait qu’annoncer une décision prise par ceux qui l’ont installé dans le fauteuil présidentiel en avril 2011 et qu’ils devaient récompenser en retour en leur attribuant les plus gros marchés du pays. C’est la première remarque que je voulais faire.

Deuxièmement, l’annonce faite par Ouattara est un non-événement. Elle n’est ni historique ni extraordinaire. Car, avant lui, c’est-à-dire en 2011, 2017 et 2019, le président nigérien, Mahamadou Issoufou, avait fait part de son intention de respecter scrupuleusement la Constitution du Niger qui n’autorise pas plus de deux mandats (10 ans) à la tête du pays.

Accorder une grande importance à un non-événement, célébrer un individu qui a pris un pays en otage depuis 1999, ne pas percevoir qu’il “part’ pour se faire remplacer par une personne à travers laquelle il continuera à faire ce que bon lui semble dans et contre le pays, lui tresser des lauriers alors qu’il garde injustement en prison et en exil des milliers d’Ivoiriens, c’est à la fois faire montre de naïveté et donner raison au Tchèque Milan Kundera dont un roman s’appelle “L’insoutenable légèreté de l’être”. Et notre légèreté ne date pas d’aujourd’hui si l’on se souvient de deux faits : 1) Le PDCI répondant au FPI en 1990 que Ouattara est Ivoirien avant de lancer un mandat d’arrêt international contre lui en 1999 pour faux et usage de faux sur la nationalité ivoirienne ; 2) Le fameux “On voit le dos du nageur” des Refondateurs. Non seulement le nageur ne fut pas inquiété mais c’est lui qui, une fois sorti de l’eau, frappa mortellement la personne qui avait vu son dos.

Légèreté et naïveté : Si nous n’avions pas été nourris à ces deux mamelles, nous aurions compris que, en démocratie, le pouvoir n’est pas transféré par un criminel à un autre criminel mais qu’il est délégué pendant un temps limité (4, 5 ou 7 ans) par le peuple à celui ou à celle dont le projet de société a été le plus convaincant lors de la campagne électorale. Ce peuple, s’il est digne et sérieux, n’applaudit pas le criminel qui part avec les valises pleines mais trouve les voies et moyens de lui faire payer, tôt ou tard, ses crimes et forfaits.

Une fois de plus, certains d’entre nous se sont laissés rouler dans la farine par un homme qui n’a jamais respecté ses engagements et qui ne s’est montré constant que dans la violation des lois ivoiriennes. Car le discours de Ouattara a proprement éludé les vraies questions qui sont : la gratuité de la carte nationale d’identité (CNI), la nécessité d’ouvrir davantage de centres d’enrôlement pour les CNI, la refonte de la commission électorale, la révision du découpage électoral et des listes électorales, la revue à la baisse de la caution que doivent verser les candidats à l’élection présidentielle, le retour sécurisé des exilés, le dégel des avoirs des opposants, l’ouverture des médias d’État à l’opposition, etc.

Pour aller plus loin, on peut affirmer que l’annonce de Ouattara n’est rien d’autre qu’une diversion. Le RHDP a été récemment accusé par Maurice Guikahué d’avoir gardé par devers lui les 30 milliards que la Banque mondiale a accordés au gouvernement ivoirien pour l’établissement des CNI. Le fait que Bictogo ait fui le débat où l’on attendait qu’il apporte un démenti aux accusations de Guikahué a accru la colère et le ressentiment des Ivoiriens contre le régime Ouattara. Ce scandale de 30 milliards détournés par Ouattara et sa bande est une vraie bombe à retardement. C’est pour la désamorcer et faire baisser la tension que M. Ouattara a jugé bon d’annoncer, en mars plutôt qu’en juillet 2020, qu’il n’est pas candidat en octobre 2020. Il a momentanément réussi à faire oublier les 30 milliards volés mais le peuple restera-t-il longtemps sans réaction ?

Le rôle de l’opposition, des mouvements de la société civile et des journaux non inféodés au pouvoir consiste justement à ouvrir les yeux du peuple pour qu’il puisse prendre ses responsabilités, à démonter les discours creux et lénifiants, à relancer le problème des 30 milliards jusqu’à ce que les voleurs rendent gorge, à revenir encore et toujours sur les questions non résolues, à acculer le gouvernement quand il biaise ou ne joue pas franc jeu, à remettre au centre ou mettre en débat les problématiques essentielles.

Pour finir, je voudrais rappeler qu’Affi N’Guessan avait promis, le 26 janvier 2020, que l’opposition prendrait la rue si Ouattara voulait imposer Gon Coulibaly sans avoir pris en considération les revendications des partis de l’opposition et de la société civile.
La rue n’est pas une option mais un devoir face à un individu qui veut endormir les Ivoiriens en annonçant qu’il ne sera pas candidat en octobre 2020.

Jean-Claude DJÉRÉKÉ
Lundi 9 Mars 2020
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 1406 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 2837 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire