Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d'Ivoire - On peut se quitter sans se noircir


Le 5 août 2019, je plaidais pour que le président Laurent Gbagbo reçoive Pascal Affi N'Guessan parce qu’il avait reçu auparavant Assoa Adou, Henri Konan Bédié, Charles Konan Banny et d’autres, parce qu’un père de famille écoute ses deux enfants quand ceux-ci se sont battus, parce qu’Affi, même s’il avait tenu des propos malheureux et graves, n’avait pas envoyé Laurent Gbagbo à la Haye.

Dieu merci, Gbagbo rencontra son ancien Premier ministre. J’en fus heureux et j’espérais que le FPI retrouverait son unité dans les semaines ou mois à venir.

Rentré en Côte d’Ivoire, le 17 juin, l’ancien président devait-il s’asseoir et discuter avec Affi N’Guessan qui en avait fait la demande à plusieurs reprises ? C’était mon désir le plus ardent. Pourquoi le souhaitais-je ? 1) Parce que Laurent Gbagbo avait déjà fait le plus difficile : rencontrer Bédié et Ouattara qui l’avaient déporté ; 2) pour concrétiser son propre slogan : “Asseyons-nous et discutons” ; 3), pour montrer qu’une réconciliation nationale est nécessairement inclusive et qu’elle lui tient à cœur ; 4) parce que, à cette rencontre, après la demande de pardon de chacun à l’autre pour les paroles et gestes qui ont pu blesser, Affi devait, pour moi, remettre purement et simplement le parti à son patron comme lui-même l’avait promis quand il s’entretint avec Justin Koné Katinan à Accra. Affi avait-il dit à ce dernier qu’il voulait rencontrer son patron pour lui proposer de le nommer vice-président du FPI ? Non ! Ce qui nous a été rapporté par les médias, c’est que Pascal Affi N’Guessan voulait voir son “patron” en Belgique et lui remettre le parti.

Qu’Affi ait peu apprécié le refus de Gbagbo de le recevoir à Abidjan est fort compréhensible. Sa frustration et sa colère sont humaines mais l’affirmation selon laquelle l’ex-président est parti du FPI avec la xénophobie, le tribalisme et l’extrémisme qui effrayeraient la fameuse communauté internationale, je la trouve à la fois mensongère et excessive car le Pascal Affi qui fut successivement directeur de cabinet, directeur de campagne, Premier ministre, puis président du FPI était-il bhété comme Laurent Gbagbo ? Les Bernard Houdin, Albert Bourgi, Guy Labertit, François Mattei et Michel Galy qui ont travaillé avec et pour Gbagbo ne sont-ils pas des non-Ivoiriens ?

Toute rupture est douloureuse, tout divorce fait mal, mais on peut se séparer sans ajouter, à la douleur de la séparation, le mensonge, la diffamation ou les injures. On peut se quitter sans se noircir, sans chercher à humilier l’autre. Je serais à la place d’Affi et de Gbagbo que je me garderais d’employer certains mots car ils ont quand même vécu de belles choses. Si j’étais eux, je me contenterais de méditer les paroles prononcées par le loup avant de rendre les armes et l’âme : “Gémir, pleurer est également lâche. Fais énergiquement ta longue et lourde tâche dans la voie où le sort a voulu t’appeler, puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler” (Alfred de Vigny, ‘Les destinées’). J’ai retiré le verbe “prier” de la citation car prier n’est pas forcément être lâche mais confier son sort ou son problème à Celui qui est plus fort que nous et qui est capable de réussir là où les humains se sont cassé la figure.

La réconciliation entre les deux hommes a échoué aujourd’hui mais qui sait si elle ne se fera pas demain ?
Gbagbo et Affi ont besoin de nos prières, pas que nous les dressions l'un contre l'autre.

Jean-Claude Djéréké
Vendredi 27 Août 2021
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/09/2021 | 456 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2021 | 1323 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2020 | 3469 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 1921 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 3307 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire