Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire : Nouvel an endeuillé à Abidjan Vers une enquête bâclée, des éléments de l'enquête déplacés

Dans la précipitation, le gouvernement ivoirien donne 72 heures à la Police criminelle pour réaliser une enquête sur les circonstances réelles de la bousculade de la Saint Sylvestre qui a occasionné 62 morts et 48 blessés. Une enquête qui risque d'être bâclée !


Côte d'Ivoire : Nouvel an endeuillé à Abidjan Vers une enquête bâclée, des éléments de l'enquête déplacés
Sur RFI, le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, explique la décision de son gouvernement à la suite de la bousculade qui a causé 62 morts et 48 blessées lors de la Saint Sylvestre à Abidjan : « Cette année, on estime plus ou moins entre deux à trois millions de personnes qui se sont déplacés pour les feux d'artifices à Abidjan. Donc, je pense que ce qui est important, ce n'est pas tellement la polémique de ce coté là. On va donc expliciter les conditions dans le cadre de l'enquête qui est demandée et nous aurons des résultats dans 72 heurs ».
Plus loin, il déclare dans cette interview : « Cela n'a rien à voir avec la présidence, pas du tout. C'est pour cela que nous avons demandé une enquête rapide de manière à ce qu'à la fois la nation ivoirienne, mais aussi nos amis de l'extérieur puissent avoir les informations correctes et savoir les circonstances du drame ».
Un délai de 72 heures exigés à la Police criminelle nous parait illusoire vu l'ampleur des dégâts et les circonstances floues. Que peut-on attendre en 72 heures d'une police qui a montré son incapacité à intervenir promptement au moment des faits pour sauver des rescapés ? « Pas grande chose », rétorque J. K. rescapé. Pour lui, le premier ministre doit avoir le courage de suspendre ceux qui ont été commis à la sécurisation de la manifestation avant les résultats de l'enquête. Ce, « pour rassurer les Ivoiriens que leur vie intéresse le gouvernement ».

Des éléments de l'enquête déplacés

Les rescapés de la bousculade parlent de « troncs d'arbres » sur la roue. A notre passage le jour de l'accident aux environs de 10 heures, il n'y a aucun rondin de bois sur la voie de la bousculade. Certaines chaussures, pagnes et autres éléments abandonnés sur le tronçon Hôtel Tiama-Assemblée nationale ont disparu, ce jour. Qui les a-t-il ramassés ? Une interrogation sans réponse. Au niveau de la police, personne ne veut parler. Quant aux sapeurs pompiers, ils restent bouche bée.
Quant au chantier jouxtant l'hôtel Tiama, selon certains témoignages, « c'est dans la débandade que certaines ce sont y retrouvées causant leur mort ».

Des circonstances toujours floues

Aujourd'hui à Abidjan, on se perd en conjoncture. Les déclarations des témoins osculaires du drame divergent de celles des autorités. Pour des personnes qui reviennent d'un feu d'artifice magnifique en retournant chez elles, ont-elles besoin de se presser au risque d'entraîner une bousculade qui a causé 62 morts et des dizaines de blessés? La réponse est « non », selon un capitaine de la police. Ce dernier qui a requis l'anonymat enfonce : « Je n'ai rien compris pourquoi, à part les rues autour de la présidence et de la Primature, les autres rues du Plateau n'ont pas été libérés pour plus d'un millions de personnes qui revenait du feu d'artifice sauf celle passant devant le stade Félix Houphouët Boigny que nous savons mal éclairé à cause des arbres ? ». Une précision qui doit mettre en mal la version du Premier ministre qui avait affirmé sur Rfi que « habituellement, le Plateau est dans l'ensemble mieux éclairé que la plupart des quartiers, puisqu'il s'agit du quartier des affaires ».
« Il y a eu une sorte de collusion et c'est ce qui a entraîné des morts », soutient Daniel Kablan Duncan. Une collusion avec qui ou contre quoi ? Comme en Afrique rien n'est fait au hasard, est-ce le diable que les personnes à la tête de la foule qui regagnait paisiblement leurs maisons ont vu pour décider, brusquement, de repartir sur leurs pas au risque d'entraîner une collusion entre elles ?

Junior B. Stéphane in lebanco.net
Vendredi 4 Janvier 2013
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 3016 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3585 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3992 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6485 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5275 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 3770 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire