Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Côte d’Ivoire - Lutte contre le racket : Deux éléments des FDS pris en flagrant délit et incarcérés à la MAMA

Deux éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), à savoir un gendarme et un policier ont été convoqués au Tribunal militaire d’Abidjan (TMA) et incarcérés à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (MAMA) pour violation de consignes, notamment le racket.


Ces deux éléments des FDS ont été pris en flagrant délit jeudi 28 mai 2020 par le procureur militaire Ange Kessi lui-même, au corridor de Zatta, une petite localité située à quelques kilomètres, à l'entrée sud de la cité du lac aux caïmans à Yamoussoukro, un endroit devenu tristement célèbre pour les formes d'exactions qui s'y déroulent, particulièrement le racket.

En effet, alors qu’il est en mission à Yamoussoukro jeudi 28 mai 2020, le Commissaire du gouvernement s'est donné le temps de faire le tour de certaines unités, notamment la brigade routière et le commissariat du 1er arrondissement de la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Il s’agit pour le commissaire du gouvernement de mener des actions anti racket sur les corridors légaux, démanteler les barrages fictifs, lutter contre les violations flagrantes des droits de l'homme, s'assurer de la gratuité des dépôts et retraits de plaintes des usagers.

Camouflé dans un véhicule banalisé et portant un masque, Ange Kessi n’a pas été reconnu à ce corridor. Son véhicule pour l’occasion est arrêté et il est traité comme les autres automobilistes. Le gendarme prend les pièces et repart se mettre à l'abri dans sa guérite sans adresser un mot au Commissaire du gouvernement, qui attend patiemment dans sa voiture. Un policier s’approche et lui intime l’ordre de déplacer son véhicule, car selon l’élément des FDS, il générait la circulation.
« Je ne gêne personne, je suis rangé sur le bas-côté de la route. J'attendais qu'on me verbalise », a-t-il rétorqué après avoir ôté son cache-nez. A cet instant, Ange Késsi descend du véhicule et se dirige vers le chef de poste, fait qui coïncide avec l’arrivée de son véhicule de commandement, duquel descend un greffier qui relève les noms des deux agents sur instruction du Contre-amiral. « Vous serez tous deux convoqués au tribunal militaire d'Abidjan une fois ma mission terminée », leur a signifié le procureur militaire.

Y. KOBO
Correspondant permanent ) Abidjan
Vendredi 29 Mai 2020
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société