Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire : Le pouvoir piétine la réconciliation


Côte d'Ivoire : Le pouvoir piétine la réconciliation
L’annonce de l’indemnisation des victimes de la crise postélectorale dans le mois de Juillet, c’est-à-dire à 3 mois de la fin du mandat du Président Alassane Ouattara ne peut concourir à la réconciliation nationale. Car, les Ivoiriens, tous des victimes potentielles de crise postélectorale, pour avoir tous payé un lourd tribut au cours de cette crise, se regardent toujours en chien de faïence. L’opération d’indemnisation des victimes apparait comme une séduction auprès des victimes de la crise postélectorale. Malheureusement, elle ne saurait pour ainsi dire se substituer à la réconciliation nationale qui est encore au point mort. En effet, malgré le déblocage de cet important fond au profit d’une catégorie d’Ivoiriens, force est de reconnaitre que les choses vont de mal et pire. Comme en témoigne la traque quasi-quotidienne des opposants au régime Ouattara suivis de leurs emprisonnements. Le président Alassane Ouattara en choisissant l’angle de l’indemnisation au détriment d’une véritable réconciliation qui, du reste demeure encore une autre promesse de milliards, se met à dos une bonne partie de la population. Car, quoiqu’on dise, ce ne sont pas les billets de banque qui parviendront à réconcilier les Ivoiriens. La réconciliation nationale reste donc une véritable gageure à quelques 6 mois de l’élection présidentielle même si le pouvoir Ouattara tente de présenter la situation autrement. Les dissensions au sein des partis politiques tels que le FPI, le PDCI, le MFA et tout récemment le PIT illustrent parfaitement la volonté manifeste du pouvoir Ouattara à briser toute unité de l’opposition politique. De toute évidence, la présidentielle de 2015 qui s’annonce inéluctablement se prépare dans un environnement délétère. Avec la contestation à nouveau de la composition de la commission électorale indépendante avec en ligne de mire une réforme totale du processus électoral par une nouvelle coalition de l’opposition. Les rapports entre le pouvoir et opposition se radicalisent au fur et à mesure. Et la réconciliation qui elle-même était sur une corde raide se brise à nouveau avec les arrestations de dirigeants du Front populaire ivoirien. 2015 présente fort étrangement les mêmes prémices que l’année électorale 2010. C’est pourquoi le pouvoir doit revoir sa copie au risque de d’une énième crise?

JB Koffi
In Le Bélier Intrépide
Jeudi 7 Mai 2015
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 07/05/2015 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle réconciliation ?

Alassane Dramane Ouattara préfère ce type de désordre dans le mouflet, pour diversion de son inéligibilité, puisque son mandat est épuisé, sa candidature n'est plus recevable.

Ce faisant, il nous entraine dans la confusion de sa mythomanie.

Ne perdez jamais de vues que c'est un inéligible, il avait été mandaté de façon exceptionnelle et non renouvelable.

Voilà les raisons pour lesquelles, il se déshonore davantage en nous maltraitant.

Luttons !

2.Posté par Wawayou le 07/05/2015 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ouatara Dramane ne sait pas ce que veut dire réconciliation.

pas la peine d'insister. Il est incapable de réconciliation qui n'existe pas dans son pauvre vocabulaire

Ouatara Dramane est venu au pouvoir par la guerre il s'en n'ira pareil.....

3.Posté par .... le 07/05/2015 22:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il pietine ce qu''il veut...Dailleur il disait auux dernieres élections clairement que c''est la caumunautée internationale qui le donnait gagnant et non le peuple...!
Ouattara vas tricher comme aux dernieres élections...il s''en fout..!Il a déja gagne

4.Posté par Akossia Pierre le 07/05/2015 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu pour vous !

Par PCF :
Arrestation de trois dirigeants du FPI : la dérive autoritaire du régime Ouattara se poursuit

Trois dirigeants du Front Populaire Ivoirien ont été arrêtés le 4 mai par le pouvoir, sans aucun motif. Rien ne leur est reproché. Ces arrestations politiques prolongent celle d'Assoa Adou, dirigeant de la gauche ivoirienne, homme de paix et de conviction, survenue en janvier dernier.

Elles interviennent après une mobilisation politique et populaire importante du FPI en Côte d'Ivoire et à laquelle ces dirigeants étaient parties prenantes.

Depuis plusieurs mois, le pouvoir et la justice organisent de nombreuses immixtions dans les affaires internes de plusieurs partis de l'opposition.

Arrestations, répression, noyautage, atteintes aux libertés et aux droits de l'homme, tous les ingrédients d'une inquiétante dérive autoritaire sont là. Le régime Ouattara cherche à intimider, étouffer les critiques et empêcher toute alternative.

La Côte d'Ivoire a plus que jamais besoin de réconciliation, de liberté et de réponses aux attentes sociales et économiques. Force est de constater que ce n'est pas le chemin emprunté alors que se profilent des élections générales qui, normalement, devraient se tenir dans 6 mois.

Pourquoi une telle fuite en avant ?

Ces arrestations ont lieu au moment où la presse ivoirienne rend public des extraits d’une lettre de Bert Koenders, chef de mission de l’ONUCI d'octobre 2011 à mai 2013, adressée à Amnesty International en février 2013. Dans cette lettre Bert Koenders met en cause le pouvoir Ouattara au sujet du massacre ayant eu lieu au camp de personnes déplacées de Nahibly en 2012. Ce massacre s’était soldé par au moins une dizaine de morts, des enlèvements et des dizaines de blessés.

L'implication au plus haut niveau du camp Ouattara dans de nombreux événements sanglants depuis au moins septembre 2002 apparaît de plus en plus évidente. Combien de temps les instances juridiques ivoiriennes et internationales pourront-elles l'ignorer ?

La justice des vainqueurs, qui amène à l'impunité et à la dérive actuelle, doit laisser place à une justice impartiale. C'est une étape nécessaire en vue du processus de vérité et de réconciliation.

Il est temps que le gouvernement de la France agisse en ce sens. Justice et liberté vont de pair. Un premier acte devrait être la demande de libération immédiate, comme le plaide le PCF, des prisonniers politiques qui croupissent par centaines dans les geôles du pouvoir.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 1022 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2210 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 2011 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 966 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


DU VIVRE ENSEMBLE POLITIQUE AU GHANA ET EN CÔTE D'IVOIRE Vous avez certainement vu ces images de l’actuel chef de l… https://t.co/bZMa15xe94

Facebook

Partager ce site