Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo n'exclut pas un retour en politique s'il est acquitté

Dans un livre co-écrit avec le journaliste François Mattei, «Libre. Pour la vérité et la justice» (éditions Max Millo), l'ancien chef de l'Etat ivoirien fait quelques confidences sur sa vision de son avenir. Persuadé qu'il sera acquitté par la Cour pénale internationale d'ici début 2019, il évoque son retour au village et n'écarte pas de revenir sur le devant de la scène.


Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo n'exclut pas un retour en politique s'il est acquitté
« Mon ambition, c'est de revenir chez moi en Côte d'Ivoire », confie à François Mattei l'ancien président ivoirien, qui espère être acquitté par la CPI d'ici le début de l'année prochaine.

« J'ai réservé une maison pour m'accueillir. J'ai déjà fait acheter des matelas pour remplacer ceux que l'on m'a volés dans ma petite maison du village », dit-il en parlant sans doute de son village natal de Mama, près de Gagnoa, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire.

A la question : « A la fin de votre procès, avez-vous le projet de redevenir président en 2020 ? », Laurent Gbagbo répond : « Il n'est pas indispensable d'être président pour faire de la politique et se rendre utile. La Côte d'Ivoire, l'Afrique, c'est ma vie, et je serai toujours concerné par leur destin. Pour m'empêcher de rentrer chez moi, sont-ils prêts à l'illégalité ? »

Bref, s'il est acquitté, comme l'espèrent ouvertement ses avocats, Laurent Gbagbo entend bien rentrer en Côte d'Ivoire et n'exclut pas de se présenter à la présidentielle de 2020.

Dans ce livre-entretien, qui est en fait la version augmentée et actualisée d'un précédent ouvrage paru en 2014, l'ancien président de Côte d'Ivoire égratigne quelques figures politiques africaines qui sont, à ses yeux, trop proches de la France post-coloniale. Du Burkinabè Blaise Compaoré, il dit : « Le temps est venu de construire enfin nos indépendances dans nos pays d'Afrique francophone (...). Il y a aujourd'hui une opinion publique en Afrique. Au Burkina Faso, Blaise Compaoré a été chassé par son peuple. » Et du Gabonais Ali Bongo, il écrit : « Je dérangeais les Français parce que j'étais populaire. Qu'ils s'occupent d'Ali Bongo, qui n'est rien, même dans son propre pays. (...) Ali Bongo, c'est le profil qu'ils aiment, et c'est une erreur à moyen et long terme. »
Lire la suite
Mercredi 12 Décembre 2018
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 1781 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1243 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 959 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire