Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER

Exclusif - Laurent Gbagbo à TV5MONDE : "Ce qui nous attend, c'est la catastrophe" Déclaration du Procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, sur les violences préélectorales et la montée de tensions intercommunautaires : «Les violences connues en Côte d’Ivoire lors de la première crise pré et post-électorale de 2010 ne doivent pas se Côte d’Ivoire - Désobéissance civile : « Tidjane Thiam rejoint l'opposition » (Affi N’guessan) Côte d’Ivoire - Evènements de Dabou : Le ministre Emmanuel Essis aux côtés des familles éplorées et des blessés Le respect de la Constitution ivoirienne est aussi important que la compassion de l’Église pour les homosexuels Côte d’Ivoire - Gnamien Konan à Ouattara : « Le temps presse, et c’est vous qui détenez le bouton de l’affrontement général » Trente ans après l'avènement du Zouglou, Axel Illary, le journaliste et documentariste est parti caméra au poing pour raconter sa véritable histoire. Côte d’Ivoire - Affi N’guessan : « Nous réclamons l’ouverture d’une enquête internationale sur les crimes commis par Ouattara et ses milices » Côte d’Ivoire - Aboisso : Pose de la première pierre du lycée professionnel d’Adaou QUESTION RÉPONSE AVEC DOUMBI FAKOLY - QUELLE EST LA RELIGION QUE PRATIQUAIENT NOS ANCÊTRES ?







Côte d'Ivoire: La france doit réparer le préjudice

« A quelque chose malheur est bon », ainsi parle l’adage. Nicolas Sakorzy a appris le droit et dans une certaine mesure, l’économie. Il comprendra et expliquera donc aux autres, l’esprit et la lettre de cet Article 51e de la Révolution Permanente


Côte d'Ivoire: La france doit réparer le préjudice
Les faits

Alors qu’une élection présidentielle organisée en terre ivoirienne venait de déboucher sur un contentieux électoral des plus ordinaires, la France comme du temps des conquistadors, a décidé de passer outre les lois ivoiriennes qui permettaient de vider ce contentieux, pour organiser la razzia de la Côte d’Ivoire.

Une épopée macabre fut alors déclenchée avec l’appui de milliers de mercenaires burkinabés, sénégalais, nigérians, maliens, togolais associés à des prisonniers libérés, des braconniers armés et au reste des tirailleurs de la Rébellion de OUATTARA.

A Duékoué ville située dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, la France et ses alliés ont laissé après leur passage, plus de 2000 civils non armés tués et brûlés, essentiellement des femmes, des enfants et des vieillards réfugiés dans des centres d’accueil. A Abidjan, des centaines de civils amassés en bouclier humain autour de la Résidence officielle des Chefs d’Etat ivoiriens présentée de façon mensongère comme le "Bunker de GBAGBO le dictateur" ont été bombardés volontairement par l’Armée française aux ordres de Nicolas Sarkozy. Le nombre des victimes est encore incertain. Mais les premiers témoignages parlent d’au moins un millier de civils tués. A ces civils, il faut ajouter des officiers militaires pris dans le piège des bombardements français alors qu’ils s’étaient rendus à la Résidence des Chefs d’Etat pour prendre des instructions en vue d’annoncer un cessez-le-feu unilatéral.

Mais chose paradoxalement inexplicable, la France a procédé à un bombardement aveugle de l’Hôpital militaire d’Abidjan qui accueille plus de civils que de militaires malades. Elle a bombardé le centre hospitalier universitaire de Yopougon (quartier jugé pro-GBAGBO), le Centre hospitalier de Koumassi sis non loin du Camp commando de l’Armée ivoirienne baptisée armée pro-GBAGBO par la France.

Après quoi, l’armée française a bombardé plusieurs éléments non hostiles de la marine nationale, une barbarie corroborée par un crime lâche commis sur l’Autoroute du Nord à la hauteur de la Forêt classée du Banco (en plein cœur d’Abidjan) où des jeunes marins de la force d’élite de la marine commando dénommée DEMIR, rentrant d’une intervention au sous-quartier CIPOREX de Yopougon pour empêcher le pillage de magasins appartenant à des opérateurs économiques libanais, ont été tués dans leur char par une frappe des hélicoptères français. La photo du char en flamme est disponible sur le Net.

Bref. La liste est très longue. Car des édifices à usage commercial ou culturel n’ont pas échappé à la furie française. Il sied d’ajouter à toutes ces listes, les embargos décrétés sur demande de Nicolas Sarkozy dont ceux très criminels portant sur les médicaments, la fermeture des banques françaises sans avis préalable à la clientèle, l’interdiction de tout mouvement financier sortant de la Côte d’Ivoire ayant paralysé irrémédiablement la plupart des petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes et, provoqué leur fermeture définitive du fait que leurs clients ont tiré prétexte de cette situation pour se délocaliser sans payer le prix des prestations fournies par ces PME.

Aujourd’hui, la Révolution Permanente est déclenchée avec des contours non encore perceptibles par les non initiés. Mais d’ores et déjà, nous pensons que tout en nous inclinant devant la mémoire des personnes tombées sous les balles françaises alors que la France n’avait pas déclaré la guerre à la Côte d’Ivoire et que malgré cette agression sauvage, l’armée ivoirienne n’a pas reçu l’ordre d’utiliser les armes de guerre pour lancer une contre offensive contre les positions françaises, il reste un devoir patriotique et citoyen de demander réparation à la France.

Pourquoi et quelle forme pour la réparation du préjudice ambiant ?

La Côte d’Ivoire et la France partagent le même Code civil : le fameux Code civil napoléonien. L’article 1382 de ce Code civil nous enseigne que : "Tout fait quelconque de l'homme qui cause, un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer." Cet article est complété par l’article 1383 du même Code civil qui dit: "Chacun est responsable du dommage qu'il a causé, non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou son imprudence".

Au regard de ces deux textes, vous comprenez pourquoi la France doit réparer personnellement le préjudice multiforme causé en Côte d’Ivoire. Elle pourrait prétendre qu’elle exécutait une Résolution de l’ONU. Mais cette résolution fantaisiste prétendait que la mission onusienne et la France devaient détruire les armes lourdes et protéger les civils. La France ne peut donc pas alléguer sa propre turpitude car "Nemo creditur propriam turpitudinem allegans: N'est pas cru celui qui allègue pour excuse sa propre turpitude, sa propre bassesse, sa propre fraude morale".

Pour comprendre cette fraude morale, j’invite tous ceux qui n’ont pas encore visité la Côte d’Ivoire après les combats à venir découvrir en grandeur nature l’escroquerie morale des prétendues armes lourdes que GBAGBO Laurent aurait utilisées. Vous ne trouverez aucune trace de combat, aucun mur cassé, aucune route détruite par une explosion, même dans le quartier de Yopougon que certains contacts ont visité il y a quelques semaines. Les seules traces de destructions qui ont été rapportées se trouvent d’une part, à certains points d’Abobo où des tirs de chars de l’ONUCI protégeant le "commando invisible" ont laissé des impacts sur des murs et d’autre part, dans l’enceinte de la Résidence des Chefs d’Etat qui n’appartient pas à GBAGBO Laurent mais à l’Etat de Côte d’Ivoire qui l’a construit dans les années 60 ou 70 avec un sous-sol de sécurité présenté malicieusement au monde entier comme le "Bunker de GBAGBO".

Le mal est fait. Il est trop profond. Les milliers d’orphelins laissés par les personnes tuées par la France ou avec sa complicité passive sont sans ressources. Les familles des civils massacrés n’ont bénéficié d’aucune assistance psychologique pour parler d’un début de soulagement matériel. Les biens publics détruits sont en épave. Et sous la protection des contractuels du crime français appelés Légionnaires dont 317 éléments sont tombés incognito en une semaine de combat défensif (engagé par les forces d’élite FDS-CI) lorsque ces barbouzes ont tenté l’aventure du combat au sol, la horde de bandits de OUATTARA continue de commettre des crimes dont les plus choquants en date, sont ceux du village d’Akoupé-Zeudji où plusieurs villageois ont eu leurs oreilles arrachées à l’arme blanche par l’armée d’illettrés et de mercenaires de OUATTARA Dramane, le dimanche 31 août dernier.

C’est pourquoi je pense qu’à défaut d’une réparation par équivalent, c’est-à-dire, une vie contre une vie, un bien public contre un bien public et, un bien privé contre un bien privé (parce que cela n’est pas le sens de notre engagement révolutionnaire), je suggère qu’au lendemain de la victoire du volet "Action de terrain" de la Révolution Permanente, que les biens publics français dûment identifiables en Côte d’Ivoire soient saisis et vendus pour dédommager les familles victimes de l’agression barbare de la France.

Je pense notamment à l’Ambassade de France, au site du 43ème BIMA, à la Résidence de l’Ambassadeur de France, etc. Pour la réparation des préjudices soufferts par l’Etat, des mécanismes existent bel et bien pour que justice soit rendue.

Mais permettez que nous n’en parlions pas ici. Le moment venu, le peuple souverain de Côte d’Ivoire saura faire respecter son droit à une juste réparation des crimes contre l’humanité, des crimes économiques et des crimes de sang commis de façon raciste par la France. Mais chaque chose en son temps. Pour l’heure, le temps est à l’épreuve des nerfs et à l’analyse stratégique du théâtre des opérations à venir. Lorsque l’Etat de Droit sera rétabli, place sera faite au droit. Telle est ma conviction patriotique.

A très bientôt.

Hassane Magued in cameroonvoice.com
Mardi 9 Août 2011
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez


1.Posté par Monier Alain le 09/08/2011 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour,
Pas oppose au Principe, mais il me parait discutable dans la mesure ou le regime Ouattara "profite des subdides" afferents a son accession au pouvoir, ce serait donc a lui d''assumer ce qu''il sollicita. La demande "d''assistanat"- car c''est de cela dont il s''agit dans votre demande. Il ne faut pas tout confondre . La justice seule aurait necessite que l''ntrusion de Ouattara sous entende ce coup d''etat, mais nul ne peut pretendre qu''il y a eu rejet total de sa presence. La reflexion doit etre plus precise, moins tirer par les cheveux ce qui ne regle pas les problemes. Le probleme essentiel de la Cote d''Ivoire reside dans un possible unite ethnique si cela est possible, sans cela rien ne pourra se faire et profitera a ceux qui ont des intentions differentes. La Colonisation a interrompu des structures formatrices ou les ethnies majoritaires auraient prises le pouvoir, alors qu''en fait elle a laisse a l''avenir certaines qui auraient ete absorbees et disparus et ceci permettre plus facilement la formation d''Etats comme dans certaines regions Africaines. Il est faut de dire que le Colonialisme a detruit l''ethnicite, le tribalisme tout au contraire elle l''a perennise, pour diviser.. Certains occidentaux voudraient mettre leur nez en parlant d''un meilleur decoupage arbitraire de l''Afrique que celui de la colonisation. De toutes les manieres l''ingerence n''est pas permise et ce decoupage destructurerait des Etats aujourd''hui constitues. Pour la Cote D''Ivoire qui a trouve la raison d''etre un etat, doit choisir soit dans la continuite, soit dans la partition, il n''y a pas d''autres choix. Ce qui s''est greffe pour compliquer les effets, serait la partition religieuse qui est a ujourd''hui dans le monde le nouveau parametre diviseur, de plus il ne reside pas entre opposition de religion Chretienne et Musulmane, mais comme en france au XVII eme siecle entre chretien Catholique-Protestant, entre Sunnite etc.
Ce nouveau combat que l''on croyait banni a jamais sert de pretexte a toutes ingerences politiques, culturelles etc. Je crois pour ma par, je l''ai deja explicite je ne pense pas que l''ethnicite sois a bannir dans la tradition Africaine, elle peut etre prometteuse vu d''une facon objective par les Africains, mais en s''efforcant au mieux tout en restant vigileant contre les ingerences etrangeres de pacifier leurs propos uniquement vindicatifs vers une prise en conscience de leurs valeurs sans s''ouvrir a celles des autres, nous vivons tous sur la meme terre. Cette prise de conscience seule, cette responsabilisation a s''aider eux memes. A choisir entre deux monde, celui de la mondialisation, ou celui qui tient a coeur a encore beaucoup , celui d''une cohabitation entre des cultures differentes par leurs traditions tout en s''ouvrant a l''Universel. Cordialement Alain Monier

Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2786 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3032 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3821 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3126 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6360 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5166 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire