Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

Côte d’Ivoire : Gbagbo physiquement absent mais toujours au cœur du débat


Côte d’Ivoire : Gbagbo physiquement absent mais toujours au cœur du débat
Selon les uns, Pascal Affi N'Guessan est désormais le chef de l'opposition. Selon les autres, il a pâti de l'appel au boycott lancé par les inconditionnels de l'ancien président. Une chose est sûre : le prisonnier de la CPI est omniprésent.

Si Alassane Ouattara a remporté dans les urnes une victoire écrasante, Laurent Gbagbo pourrait bien, lui, avoir remporté une victoire personnelle. Pourtant physiquement absent de cette campagne (il est toujours dans l’attente de son procès à La Haye), le leader historique du FPI n’a, selon le politologue Ousmane Zina, « jamais cessé d’être au cœur du débat ». « Ces élections ont démontré qu’il reste une figure importante. Pour beaucoup, il est le père de l’opposition. Celle-ci n’a d’ailleurs pas arrêté de se réclamer de lui », souligne-t-il.

Cette fois, l’abstention assez importante semble prouver que de nombreux électeurs FPI n’ont pas voulu donner leur voix à Affi N’Guessan

Autre constat, l’appel au boycott d’un scrutin « sans Gbagbo », lancé par les frondeurs du FPI, emmenés par Aboudramane Sangaré et relayé par certains candidats qui se sont retirés au dernier moment, comme Mamadou Koulibaly, a peut-être été suivi. Pascal Affi N’Guessan, le candidat officiel du parti, ne passe pas la barre des 10 %, quand Laurent Gbagbo recueillait plus de 38 % des suffrages au premier tour de l’élection de 2010, et alors que la participation atteignait 83,7 %.

Cette fois, l’abstention assez importante – bien qu’inférieure à ce que prédisaient des caciques du mouvement – semble prouver que de nombreux électeurs FPI n’ont pas voulu donner leur voix à Affi N’Guessan. « En l’absence de sondages et de statistiques fiables, cela relève de la politique fiction, surtout s’agissant d’un scrutin sans véritable suspens », tempère le sociologue Francis Akindès.

D’aucuns considèrent, au contraire, que le piètre résultat du FPI marque la fin de l’ère Gbagbo. C’est le cas du réalisateur Idrissa Diabaté, auteur de plusieurs reportages à charge contre l’ancien président. « S’il avait été dans la course, Gbagbo n’aurait pas fait beaucoup mieux qu’Affi, estime-t-il. On a exagéré sa popularité. En réalité, il a été élu facilement en 2000 dès le premier tour, avec quelque 59 %, mais avec le plus faible taux de participation de l’histoire du pays [autour de 37 %]. Pourtant, il se présentait contre un militaire putschiste, Robert Gueï, et était porté par une vague d’espoir démocratique. »

Lire la suite
Vendredi 13 Novembre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 809 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5711 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site