Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d'Ivoire - FPI - Chasse à l’homme


Côte d'Ivoire - FPI - Chasse à l’homme
L’opération «décapitation et affaiblissement» du FPI-canal historique – c’est ainsi qu’un internaute a baptisé la tendance «Gbagbo ou Rien»- se poursuit. Et la chasse à l’homme bat son plein. Hubert Oulaye, président du Comité de contrôle, Sébastien Dano Djédjé, président du Comité d’organisation du 3è Congrès extraordinaire, et Koua Justin, 3ème Secrétaire général adjoint chargé des relations avec les syndicats et les organisations de masse, ont perdu leur liberté ce matin du lundi 4 mai. Des éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO, police spéciale) ont procédé à leur arrestation et sont partis avec eux pour une destination inconnue.
Ils paient pour deux faits : le premier, le succès populaire de la manifestation politique organisée, à Mama (village de Laurent Gbagbo, dans la sous-préfecture de Ouragahio) le 30 avril. Alors que les forces de l’ordre avaient été déployées en grand nombre pour tuer dans l’œuf ce rassemblement, le 3è Congrès extraordinaire a rassemblé un tel monde que policiers et gendarmes casqués ont été débordés, laissant se tenir ces assises qui se sont conclues par l’investiture de Laurent Gbagbo à la tête de cette fraction du FPI. La deuxième raison, la désobéissance civile.
«Nos compatriotes ont découvert qu’il était possible de s’opposer à une décision de justice même rendue en dernier ressort lorsqu’on l’estime inique et injuste,» se réjouissait Alassane Dramane Ouattara, le 24 mai 2011, à la prestation de serment du président de la Cour suprême. En tant que chef de l’État, il était heureux que l’arrêt du Conseil constitutionnel, pourtant insusceptible de recours, qui le donnait perdant de la présidentielle du 28 novembre 2010 ait été violé, laissant ainsi croire qu’au lieu de dura lex, sed lex (la loi est dure mais c’est la loi), on pouvait prendre ses libertés avec des décisions de justice.
Les animateurs du FPI-canal historique ont choisi de s’engouffrer dans cette brèche. Dans la crise interne au parti, la justice a pris fait et cause pour Pascal Affi N’Guessan, considéré comme le président légal, en interdisant aux dissidents d’utiliser sigle, logo et nom du FPI. Ceux-ci ne l’entendent pas de cette oreille. Après avoir d’abord suspendu Affi de ses fonctions le 5 mars 2015, ils l’ont radié à vie, à l’issue du 3è Congrès extraordinaire en subordonnant leur participation à la vie politique, y compris la présidentielle, à la libération préalable de leur leader historique.
C’est le bras de fer. Alors, ces dirigeants – qui se recrutent parmi ceux qui tardent à reconnaître le pouvoir Ouattara - vont être mis sous mandat de dépôt et rejoindre, à la Maca (prison civile de la commune abidjanaise de Yopougon), leurs partisans dont Moïse Lida Kouassi et Assoa Adou; grossissant ainsi le rang des détenus, jugés ou pas, de la crise post-électorale.


Ferro Bally
Lundi 4 Mai 2015
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 04/05/2015 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi, je dis à nos cadres militants en détention en hors la loi par Alassane Dramane Ouattara, de se dire que nous sommes en train d’écrire l’histoire de notre pays pour sa libération aux mains d’un inconscient venu du Burkina Faso, avec méconnaissance totale du fonctionnement démocratique d'un parti politique.

Combien d’Ivoiriens qu’Alassane Dramane Ouattara va arrêter pour dire qu’il est président de notre pays ? On ne finira jamais assez de lui répéter qu’un « tronc d’arbre cent ans dans l’eau ne deviendra jamais un caïman. »

Dans un parti politique, il y a des règles qu’on doit respecter. Affi N’Guessan se lève tout seul pour modifier le secrétariat général, en plus, tout le monde connaît la règle des 2/3, Affi et Alassane s’en moquent, parce qu’ils ont à leur disposition des dozos, en même temps la trouille. Le jour que la roue va tourner, les illettrés vont sauter les barrières.

Chers Oulaye, Djédjé et Koua, la règle fondamentale du FPI comme vous le savez, ne jamais abandonner nos camarades militants depuis Houphouët.

On est ensemble !
Affaire à suivre !

2.Posté par N''cho le 04/05/2015 21:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais quele l est cette chose que la france a installé dans notre pays comme. qu''elle vient enlever ça sur non dans peu de temps. la côte d''ivoire risque de tremblee.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3338 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2202 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5425 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51804 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5808 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires