Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire - Droits de l'Homme : de graves violations dénoncées par un Collectif d'Avocats


La situation très tendue qui prévaut en Cote d'Ivoire depuis la tenue de l'élection présidentielle du 31 octobre a amené des hommes de loi à réagir. C'est le cas du Collectif d'avocats du président Henri Konan Bédié et des autres leaders de l'opposition qui sont en résidence surveillée par des hommes en armes depuis quelques jours.

Un traitement condamnable que les avocats traitent de graves violations des droits de l'homme , de surcroit, sur d'éminentes personnalités du pays qui ont occupé de hauts postes de responsabilité.

Ces avocats ont d'entrée de jeu, fait la chronologie des faits graves commis par les forces de sécurité en attaquant les résidences des personnalités de l'opposition, notamment celles du Président Bédié, Dr Assoa Adou, Pascal Affi, Albert Mabri, Hubert Oulaye, Maurice Guikahue et bien d'autres éminentes personnalités du PDCI trouvées à la résidence du président du CNT

Face à la séquestration dont sont l'objet ces personnalités dont les résidences sont sous blocus, Le Collectif des Avocats de SEM Henri Konan Bédié et des leaders de l’opposition politique ivoirienne rappelle :

"Qu’en sa qualité d’ancien Président de la République, SEM Henri Konan BEDIE ne peut être privé de sa liberté que par une procédure spéciale prévue et règlementée par la loi 2005-201 du 16 juin 2005 portant statut d’ancien Président de la République, d’ancien Chef d’Institution et d’ancien membre du Gouvernement ;

Qu’en sa double qualité d’ancien ministre et de député à l’Assemblée Nationale, le Professeur Maurice Kakou GUIKAHUE bénéfice aussi bien de l’immunité parlementaire que des procédures de la loi de 2005 suscitée en cas d’allégation d’infraction.

Que le blocus imposé aux résidences de SEM Henri Konan BEDIE, du Premier Ministre Pascal Affi NGUESSAN, des anciens ministres ASSOA ADOU, Abdallah Toikeusse MABRI et Hubert OULAYE ne rentrent dans aucun cadre législatif et règlementaire applicable en Côte d’Ivoire, de sorte qu’il doit être qualifié de séquestration.

Ce collectif dénonce la tentative illégale d’arrestation de SEM Henri Konan BEDIE, ancien Président de la République,  l’interpellation illégale du Professeur Maurice Kakou GUIKAHUE sans la levée préalable de son immunité parlementaire et la mise en œuvre de la procédure spéciale liée à sa qualité d’ancien ministre, l'arrestation illégale de ses Confrères Maître BLESSY Chrysostome et Maître SUY BI Gooré Emile.

Le Collectif des Avocats de SEM Henri Konan BEDIE et des leaders de l’opposition politique ivoirienne attire l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur les graves violations des droits de l’homme dont leurs clients font l’objet.

Le Collectif des Avocats de SEM Henri Konan BEDIE et des leaders de l’opposition politique ivoirienne engage Monsieur le Procureur Général près la Cour d’Appel d’Abidjan, en sa qualité de surveillant de la police judiciaire et Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abidjan, en sa qualité de directeur de la police judiciaire, à mettre un terme, sans délai, à ces actes illégaux d’officiers de police judiciaire placés sous leur autorité.

José Teti, Correspondant permanent à Abidjan
Dimanche 8 Novembre 2020
La Dépêche d'Abidjan



Politique
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2020 | 133 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/11/2020 | 171 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/10/2020 | 312 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 195 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 298 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 03/09/2020 | 178 vues
00000  (0 vote)