Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d'Ivoire - Divo : Les populations rejettent la main tendue du Ministre

Depuis que la ville de Divo a basculé dans la violence suite à la marche des femmes de l'opposition le vendredi dernier, un seul nom reste toutes les lèvres. Il s'agit du Ministre maire de Divo, M.Amédée Kouakou. Les populations de Divo qui ont été molestées, blessées et ont vu leurs biens incendiés accusent le Maire, membre du RHDP, d'être derrière tout ce qui vit la région en cette période préélectorale.


"Le maire envoie des hommes armés nous tuer et il se joue les pompiers.Nous ne tomberons pas dans son piège", témoigne un habitant de la ville que nous avons joint.
Les preuves, les populations disent en avoir assez. Selon nos sources sur place, lors de la marche du vendredi, des invidividus armés auraient été convoyés nuitamment à Divo pour s'infiltrer dans les marcheurs et les empêcher par tous les moyens. Ce coup, ils l'ont si bien reçu puisque cette marche n'est pas allée au bout de son processus à cause de nos agressions qui ont eu lieu ce jour-là. On a dénombré de nombreux blessés parmi les marcheurs. Mais ce n'est pas tout.Dans la nuit du vendredi au samedi, plusieurs incidents ont été notés. Des incendies de véhicules, de gares routières et des commerces ont été signalés.
Samedi, c'était la totale. Une course politique dans la ville entre pro et anti Ouattara a occasionné encore beaucoup de blessés et des morts selon nos sources. Plusieurs habitations dans différents quartier sont partis en fumée également. Dans cette atmosphère tendue des jeunes des quartier réputés être de l'opposition organisent alors ce même samedi, une battue pour riposter contre leurs agresseurs identifiés. Cette riposte aurait été fatale pour les agresseurs, souligne une autre source.

"Les jeunes qu'ils ont convoyés sur la ville ne la maîtrisaient pas. Les jeunes de la ville ont tendu des pièges à leurs agresseurs qui sont tous tombés dedans. En tout cas, imaginez la suite. Le sang a coulé. Parmi ces individus, deux d'entre eux ont été capturés pour interrogatoire. C'est lors de l'interrogatoire qu'ils ont nommément cité le nom du Maire qui les a fait venir pour attaquer, selon lui, les marcheurs de l'opposition. Ces derniers ont indiqué là ils logent. Une descente sur le lieu montre bien qu'il s'agit d'une résidence privée du Maire qui les y logent" raconte notre interlocuteur.

Depuis lors, la confiance est donc rompue entre le Ministre Maire et sa population. C'est dans ce climat délétère que le premier magistrat de la ville Amédée Kouakou est arrivé le week-end dernier pour entamer une phase de réconciliation. Malheureusement, la rencontre aurait été boudée par une majorité de la population, notamment les habitants de Konankro, Bada, Legbreville, Boudoukou, qui ont payé un lourd tribut dans ces violences. Tous ont rejeté la main tendue du maire qui les invite à la reconcilition avec leurs freres allogenes. Pour les populations autochtones de Divo, le maire Amédée est nul doute leur "bourreau".
Aujourd'hui, les populations autochtones et allogènes se regardent en chiens de faïence. Et le calme semble précaire.

José TÉTI, Correspondant permanent à Abidjan

Mardi 25 Août 2020
La Dépêche d'Abidjan



Politique
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2020 | 88 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/11/2020 | 127 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/10/2020 | 310 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 192 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 285 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 03/09/2020 | 174 vues
00000  (0 vote)