Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d’Ivoire-Candidature unique au RHDP : Une dangereuse bombe politique


La candidature unique est-elle une valeur démocratique? Depuis plusieurs mois, l’attention des Ivoiriens est accaparée par la candidature (prématurément) déclarée, du Président de la République en exercice, à la prochaine élection présidentielle, prévue pour 2015. L’intérêt de cette candidature est rehaussé par le souhait de l’intéressé d’être, à l’occasion de cette élection, l’unique représentant du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), la coalition de partis qui l’a porté au pouvoir.
La question qui s’impose à ce niveau de notre réflexion, est de savoir si la candidature unique (du Président Ouattara) peut être considérée comme une valeur démocratique.
Dans un système politique démocratique, la compétition pour le pouvoir, que ce soit au niveau national ou au niveau local, est en principe, ouverte : Elle donne à ceux qui peuvent se faire élire, la possibilité de briguer des fonctions, par lesquelles ils pensent pouvoir servir leurs concitoyens.
Par sa déclaration de candidature, le Président Alassane montre sa disponibilité à continuer d’être au service des Ivoiriens. Le faisant, il se met en accord avec la Constitution, dont l’article 35 prévoit la possibilité, pour le Président en exercice, de se représenter, et de se faire réélire une deuxième fois.
Mais là où il y a un problème, c’est lorsque cette candidature se veut unique au sein du Rhdp, et exclusive; car elle intervient dans un environnement politique multipartite, où les partis ont pris l’habitude d’évoluer en toute liberté, en fonction de leurs intérêts. Mais surtout, il s’agit d’une candidature non démocratique, en ce qu’elle n’émane pas de l’organe de décision de la coalition, le présidium, mais du Président-candidat .
Telle une bombe à fragmentation, la déclaration de cette candidature tend à faire voler en éclats l’ordonnancement du RHDP. Les apparences d’harmonie et d’entente entre les membres de la coalition, n’étant que trompeuses.
Au départ, il y a eu la déclaration de l’ex- Président de la jeunesse du Pdci, KKB. Lequel avait indiqué que son parti « ne pouvait pas ne pas avoir de candidat » en 2015. Dans les mois qui suivirent, Alassane Ouattara s’était, lui, déclaré favorable à une candidature unique du RHDP.
Suite à cette déclaration de candidature, plusieurs courants ont germé dans l’espace idéologique du RHDP:
Vingt-cinq députés issus de la majorité à l’Assemblée nationale ivoirienne, dont certains viennent du PDCI, se sont regroupés et ont pris le nom de G25. Ces députés ont appelé à une candidature unique du Président Alassane Ouattara, à l’élection présidentielle de 2015. Ils ont fait savoir que pour eux, la candidature unique est le meilleur moyen de conserver le pouvoir.
«Seules les coalitions politiques sont des équipes gagnantes, dans les compétitions électorales », soutiennent-ils, avant de conclure que «sans l’entente, les candidatures multiples au sein du RHDP pourraient réveiller les vieux démons d’ « ivoirité », de « putschiste », sources de divisions, de haine et d’instabilité politique ».
En dehors du G25, un autre mouvement de soutien à la candidature d’Alassane Ouattara, a été créé à l’initiative d’élus locaux, de parlementaires et de représentants de la société civile.
« Plus qu’un mouvement, il s’agit d’un engagement citoyen auquel je voudrais inviter l’ensemble des Ivoiriens et Ivoiriennes », a déclaré l’un des porte-paroles du mouvement, Philippe Legré, Président du Conseil Régional du Gbôklé (sud-ouest).
Au sein du PDCI même, si le principe d’une candidature pour 2015 a été arrêté, la question de la candidature unique n’est pas réglée. Car entre une candidature unique au RHDP et un candidat issu du PDCI pour la prochaine élection présidentielle, les avis sont partagés, et les positions demeurent tranchées. La conséquence en est que le vieux parti se divise en plusieurs courants :
Il y a les anti-RHDP, conduits par le Pr Djédjé Mady, le député Kouadio Konan Bertin et d’autres cadres, qui ne se sont pas encore affichés, pour des raisons stratégiques. Ce courant qui a la conviction que le PDCI peut rebondir en 2015, a été mis en minorité au dernier congrès, mais ne s’avoue pas vaincu ; Charles Konan Banny semble incarner ses aspirations. Les ténors de ce courant, n’excluent pas une alliance avec le FPI, et espèrent ratisser large, dans le camp des déçus et des frustrés de la politique d’Alassane Ouattara, pour pouvoir occuper le fauteuil présidentiel.
Le deuxième courant est tenu par ceux qui croient au RHDP, mais voudraient une autonomie des partis qui le constituent. Pour les partisans de cette tendance, c’est un militant du PDCI, qui doit diriger le RHDP en 2015. Les promoteurs de ce courant d’idées sont l’Inspecteur d’Etat Niamien Ngoran, le ministre Amoikon Edjampan Tiémélé et le Pr Niamkey Koffi. Les partisans de ce courant envisagent un rapprochement avec les anti-RHDP, à condition qu’un des leurs soit le candidat du RHDP, à l’élection présidentielle en 2015.
Dans le troisième et dernier courant, se trouvent tous ceux qui veulent une candidature unique au RHDP, à la prochaine présidentielle, avec comme leader, le Président Alassane Ouattara. Pour ces cadres du PDCI, « on ne change pas une équipe qui gagne ». Le Président Ouattara a suffisamment fait ses preuves, pour qu’on ne puisse pas le laisser briguer un second mandat. Le premier ministre Ahoussou Jeannot Kouadio, Mme Hortense Aka Anghui, les ministres Maurice Kacou Guikahoué et bien d’autres cadres, font partie de ce groupe, pour qui le RHDP doit évoluer pour aboutir à un parti unifié.
De l’analyse qui s’achève, il se dégage un enseignement : L’éclatement du RHDP, est la conséquence d’une certaine volonté d’imposition de la candidature unique du Président Alassane. Pourtant en d’autres temps et circonstances, ce groupement a fait la démonstration de son unité et de sa force.
Cette volonté de candidature unique, n’est pas une valeur démocratique. D’abord parce qu’elle n’émane pas de l’organe de décision habilité à le faire, en l’occurrence le présidium du RHDP. Ensuite, dans l’hypothèse où cet organe n’est pas en mesure de fonctionner, il y a la possibilité de recourir au procédé alternatif prévu. Enfin, en cas de vide total, un « réflexe démocratique » devait conduire l’auteur de la déclaration, à consulter des personnes représentatives du RHDP, avant son passage à l’acte.

Dr ESSIS AKO FELIX
Source : L’Eléphant déchaîné N°258
Samedi 14 Juin 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2577 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3279 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 50976 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3525 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5740 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires