Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan











Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Côte d’Ivoire : Bouaké et les fantômes de Jacques Chirac

Pourquoi Paris n'a-t-il pas enquêté sur la mort de neuf de ses soldats, à Bouaké, en 2004 ? Trois ex-ministres français risquent d'être renvoyés devant la Cour de justice de la République… mais pas l'ancien président.


Pourquoi Jacques Chirac a-til tout fait pour empêcher que la justice française enquête sur la mort le 6 novembre 2004 de neuf soldats français et d’un humanitaire américain dans le bombardement de leur caserne de Bouaké, en Côte d’Ivoire ? C’est pour résoudre cette énigme que la juge d’instruction française Sabine Khéris a demandé le renvoi devant la Cour de justice de la République (CJR) de trois ex-ministres, Dominique de Villepin (à l’époque à l’Intérieur), Michèle Alliot-Marie (Défense) et Michel Barnier (Affaires étrangères). Est-ce parce qu’il est affaibli par la maladie ? L’ancien président Jacques Chirac n’est en tout cas pas visé par l’ordonnance rendue le 2 février par la juge.

Le 6 novembre 2004 au soir, dès leur retour à Abidjan, les deux pilotes biélorusses des deux bombardiers Sukhoi qui ont survolé Bouaké sont arrêtés puis détenus quatre jours par l’armée française. Finalement relâchés, ils partent se réfugier à Lomé et sont de nouveau arrêtés, cette fois par la police togolaise. Alertées par Lomé, les autorités françaises ne préviennent pas le procureur de la République de Paris. Aucun mandat d’arrêt international n’est donc délivré, et les deux pilotes, libres, s’évanouissent dans la nature. Pour la juge Khéris, il n’y a pas de doute : « Tout [a] été orchestré afin qu’il ne soit pas possible d’arrêter, d’interroger ou de juger les auteurs -biélorusses du bombardement. » Et dans son ordonnance, la magistrate va plus loin. « La décision de ne rien faire, écrit-elle, a été prise à l’identique par les ministères de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères, ce qui permet de penser à l’existence d’une concertation à un haut niveau de l’État. » Sous-entendu : au niveau de l’Élysée.

La piste de la négligence ou de la complicité ?

Que voulait donc cacher Chirac ? Pour Me Jean Balan, l’avocat parisien de plusieurs familles de victimes, les pilotes biélorusses des deux Sukhoi de l’armée de l’air ivoirienne qui ont frappé Bouaké n’en ont pas reçu l’ordre du président Laurent Gbagbo mais d’une autorité française. Il ne précise pas laquelle. Selon l’avocat, Paris pensait que la caserne était vide et que le bombardement de ce site serait un bon prétexte pour accuser Gbagbo et le faire tomber. Bref, selon Me Balan, les pilotes biélorusses étaient manipulés par un « putschiste » français. La juge Khéris ne semble pas convaincue par cette thèse. « Il n’existe pas d’éléments permettant de mettre en cause les hautes autorités de l’État [français] dans l’assassinat des militaires », écrit la magistrate dans son ordonnance.

Alors pourquoi Chirac n’a-t-il pas voulu que les pilotes passent en jugement ? Ce 6 novembre 2004, voilà trois jours que l’armée, fidèle au président Gbagbo, tente de chasser les rebelles pro-Ouattara du nord de la Côte d’Ivoire. Officiellement, la France est neutre. En réalité, bien avant le début de l’offensive, elle en a suivi tous les préparatifs. La France a même obtenu de l’état-major ivoirien la promesse qu’elle serait informée à l’avance des cibles qui pourraient être frappées afin de pouvoir mettre ses soldats à l’abri.
Lire la suite://
Mercredi 2 Mars 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 26/03/2018 | 3233 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 3496 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Bientôt la télévision numérique terrestre en Côte d’Ivoire Un baromètre de la TNT va être lancé en mai en Côte d'Iv… https://t.co/H8ZsfznZ09

Facebook

Partager ce site