Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Côte d’Ivoire : Ouattara invite Bédié "à une rencontre pour un dialogue franc et sincère en vue de rétablir la confiance."


Ivoiriennes, Ivoiriens, Mes chers compatriotes,
J’ai le grand honneur de m’adresser à vous, aujourd’hui, après la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle du samedi 31 octobre 2020, par le Conseil Constitutionnel.
Cette haute juridiction vient de me déclarer vainqueur, à l’issue du premier tour de ce scrutin, important pour la stabilité et l’avenir de notre pays.
Cette décision du Conseil Constitutionnel, qui confirme les résultats annoncés, le mardi 3 novembre 2020, par la Commission Electorale Indépendante (CEI), consacre ainsi l’aboutissement d’un processus électoral transparent, équitable et crédible.
C’est donc avec beaucoup d'humilité et une grande fierté que j’accueille la confiance renouvelée et le soutien du peuple ivoirien à travers les 94,27% des suffrages exprimés et un taux de participation de 53,90%, supérieur au taux du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015, qui a été de 52,86%.

Mes chers compatriotes,
Je tiens tout d'abord à remercier le peuple souverain de Côte d'Ivoire, qui est sorti ce samedi 31 octobre pour s'exprimer dans les urnes.
Je veux vous remercier et vous féliciter, chers concitoyens, pour avoir bravé les intimidations et les menaces afin de jouer votre partition dans la consolidation de la démocratie dans notre pays.
Vous avez fait preuve de civisme et de patriotisme. Vous avez apporté la preuve, à ceux qui en doutaient encore, que le suffrage universel, encadré par l'ordre constitutionnel, constitue la seule voie de consolidation de notre jeune démocratie.
A ceux qui ont voté pour moi, qu’ils soient sympathisants du RHDP ou non, je veux vous dire merci pour le choix porté sur ma personne pour poursuivre notre action de paix et de développement de la Côte d’Ivoire et mettre en œuvre notre programme pour une Côte d’Ivoire plus solidaire, une Côte d’Ivoire Meilleure.
A ceux qui n'ont pas voté pour moi et à tous les Ivoiriens dont je n'ai pas eu le soutien, je veux vous dire que la Côte d'Ivoire que nous nous sommes engagés à bâtir sera également solidaire de tous. Oui, cette Côte d'Ivoire que nous avons à bâtir a besoin de tous ses enfants. Je veux donc vous assurer, que je serai le Président de tous les Ivoiriens, sans exclusion.

Mes chers compatriotes,
Je voudrais, à présent, saluer l’important travail accompli, dans un contexte particulier, par le Gouvernement et toutes les Institutions de la République, ainsi que par l’ensemble des acteurs concernés pour permettre la tenue effective du scrutin du 31 octobre 2020. Notre pays démontre ainsi la crédibilité de ses Institutions.
Je félicite nos Forces de Défense et de Sécurité, qui ont su surmonter les provocations et les obstacles créés pour tenter d’empêcher la tenue du vote dans certaines localités du pays. Je salue le grand professionnalisme, le sang-froid, le discernement et le sens de l’intérêt national dont elles ont su faire preuve.
Je salue également les Autorités préfectorales, les chefs traditionnels et les leaders d’opinion pour leurs initiatives de médiation, individuelles ou collectives. Je ne doute pas qu’ils ont désamorcé des crises au plan local, et contribué, de façon significative, à l’apaisement du climat social national.
C’est le lieu, pour moi, de saluer l’appui technique et financier de nos partenaires qui ont accepté d’accompagner, comme en 2010 et en 2015, la Commission Electorale Indépendante (CEI). Il s’agit, notamment, du Système des Nations Unies à travers le PNUD, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de la CEDEAO, de la CEN-SAD, du Conseil de l’Entente. Ce sont aussi la France, les Etats-Unis d’Amérique, la Grande-Bretagne, la Chine, le Canada, le Japon, l’Allemagne, la Suisse et la Turquie.
Je remercie les Organisations Non Gouvernementales nationales et internationales pour leur contribution.
A ce stade de mon propos, je voudrais féliciter Monsieur Kouadio Konan Bertin, l’un des candidats à cette élection présidentielle pour son courage, son esprit d’ouverture et son attachement à la paix et à l’expression d’une démocratie vivante dans notre pays. Je salue son attitude républicaine, suite à l’annonce des résultats de l’élection présidentielle par les Institutions compétentes de notre pays. Il montre ainsi sa confiance dans nos Institutions, mais plus encore dans le peuple ivoirien.
En effet, la démocratie repose sur le respect des lois et le respect des décisions des Institutions.
Mes chers compatriotes,
Je voudrais, une nouvelle fois, rendre un hommage tout particulier à feu le Premier Ministre Amadou GON COULIBALY, qui avait été désigné par mon Parti, le RHDP, pour incarner la nouvelle génération à laquelle je voulais passer le témoin, et qui devrait porter le rêve d’une Côte d’Ivoire nouvelle. Il y a travaillé jusqu’au bout de ses forces!
Je renouvelle mes pensées affectueuses à l’endroit de la Grande famille GON COULIBALY et je dédie cette victoire à la mémoire, du Premier Ministre Amadou GON COULIBALY.
Je voudrais aussi saluer la mémoire du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Sidiki DIAKITE, ce grand serviteur de l’Etat, qui a également œuvré, jusqu’à son dernier souffle, pour permettre à notre pays d’organiser cette élection.

Ivoiriennes, Ivoiriens, Mes chers compatriotes,
Ce scrutin est le couronnement d’un processus entamé depuis trois ans, marqué par plusieurs dialogues du Gouvernement avec les différents acteurs de la scène politique nationale et de la société civile.
Que ce soit la recomposition de la Commission Electorale Indépendante ou le Code électoral, les réformes introduites n’ont concerné que les points ayant fait l’objet de consensus entre les participants à ces échanges. Ces réformes ont été, par la suite, examinées et adoptées par l’Assemblée Nationale et le Sénat.
A l’issue de ce processus électoral, nous déplorons malheureusement les incidents provoqués par l’opposition politique, avec des conséquences parfois dramatiques, dans certaines localités de notre pays.
C’est pourquoi, je regrette la décision de certains candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, qui sont délibérément sortis du processus démocratique.
En raison de cette attitude, je déplore que de nombreux Ivoiriens aient été privés d’exercer leur droit civique.
J’exprime ma compassion et mon soutien à toutes les familles qui ont perdu des proches, aux blessés et à tous ceux qui ont subi des pertes matérielles, à l’occasion des actes de violence injustifiés commis dans le cadre du mot d’ordre de boycott actif, lancé par des Partis politiques de l’opposition, qui ont émaillé toute la période électorale.
Je pense particulièrement à la famille MESSOUM et à Mémé YAO Amenan Thérèse (80 ans), ainsi qu'à Diakité Aboubacar (23 ans) de Toumodi. Je pense aussi à SYLLA Bangaly (17 ans) et à Kouamé Philippe de Tiébissou, à Kouakou Yao Jean Marc (22 ans) et à Diakité Younouss de Yamoussoukro ; à Moral Ekra de Bonoua. Je m’incline devant leur mémoire.
Le Gouvernement sera aux côtés des victimes et de leurs familles et des efforts seront faits pour leur apporter soutien moral et réparation.
Je vous invite au pardon mutuel et à la tolérance, pour continuer de vivre ensemble, dans la paix.
Je veux vous dire aussi que ces agissements ne resteront pas impunis. Des enquêtes seront menées afin de situer toutes les responsabilités. Les auteurs ainsi que leurs complices, où qu’ils se trouvent, seront recherchés, interpelés et traduits devant les tribunaux, afin qu’ils répondent de leurs actes.

Mes chers compatriotes,
Je voudrais rappeler que la Côte d’Ivoire revient de loin, après la crise post-électorale de 2010 - 2011, et nous ne pouvons accepter de la voir reculer. C’est pourquoi, je demande à la plateforme politique qui a choisi d'agir en dehors de l'ordre constitutionnel de mettre un terme définitif à ses initiatives.

Mes chers compatriotes,
Conformément aux valeurs de paix et de dialogue que nous a léguées, le Père de la Nation ivoirienne, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, je voudrais réaffirmer ma disponibilité, aujourd'hui comme hier, pour un dialogue sincère et constructif avec l'opposition, dans le respect de l'ordre constitutionnel.
Déjà, sur mes instructions, le Premier Ministre Hamed BAKAYOKO a invité, le 17 octobre 2020, le PDCI-RDA et le FPI qui n’avaient pas participé aux précédentes rencontres d’échanges qu’il a eues avec les Partis de l’opposition, à reprendre leur place dans le dialogue politique.
Pour ma part, je voudrais rappeler que j’avais marqué ma disponibilité pour une rencontre avec le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, à l’initiative de la mission ministérielle de la CEDEAO qui s’est rendue en Côte d’Ivoire le 18 octobre dernier.
Je voudrais donc inviter mon aîné, le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, à une rencontre, dans les tout prochains jours, pour un dialogue franc et sincère en vue de rétablir la confiance.
Je demande à tous nos concitoyens, dans un élan d’apaisement des esprits et des cœurs, d’œuvrer pour maintenir et renforcer la paix et le vivre ensemble sur toute l’étendue du territoire national. Nous avons tant à faire ensemble, pour construire et consolider notre Nation.

Mes chers compatriotes,
Le temps de la compétition électorale est passé. Place maintenant au temps de l'action. Et l'action pour moi, c'est le Projet de la Côte d'Ivoire Solidaire pour lequel j’ai été élu et qui va accélérer la transformation économique et sociale de notre pays, par une croissance plus inclusive.
Je me réjouis du chemin parcouru depuis 10 ans et des progrès indéniables que nous avons réalisés ensemble.
J'ai conscience que le chantier reste encore à parfaire. Et j’entends œuvrer, comme je l’ai toujours fait depuis 2011, au rassemblement de la Côte d’Ivoire plurielle autour de notre projet de société, au-delà de tous les clivages partisans.
C’est pourquoi, je tiens à réaffirmer que je continuerai d’être le Président de tous les Ivoiriens ; je continuerai de maintenir la paix et de poursuivre l’œuvre de cohésion sociale et de réconciliation.
Je m’engage à donner le meilleur de moi-même pour poursuivre l’œuvre de transformation de notre pays.
Je continuerai de travailler, sans relâche, pour une Côte d’Ivoire de prospérité partagée et de solidarité.
Je sais qu’ensemble, dans l’Union, la Discipline et le Travail, nous parviendrons à bâtir une Côte d’Ivoire plus solidaire, une Côte d’Ivoire Meilleure.
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !
Je vous remercie.
Mardi 10 Novembre 2020
La Dépêche d'Abidjan



Politique
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2020 | 90 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/11/2020 | 129 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/10/2020 | 310 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 192 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/09/2020 | 285 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 03/09/2020 | 174 vues
00000  (0 vote)