Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Cinéma / Halal police d'Etat : La critique d'Excessif

L'HISTOIRE : Paris 2011, un serial killer sévit dans les épiceries de Barbes. Parmi les victimes, la femme d'un diplomate Algérien. C'est assez pour que la Police Algérienne entre en jeu et mette à disposition de la Police Nationale Française le plus grand duo de flics d'Afrique du Nord...l'inspecteur Nerh-Nerh et Le Kabyle, deux blédards aux méthodes pas très ... académiques.


Photo :DR
Photo :DR
Une succession de non-sens verbaux et autres contrepèteries sans que l'on n'y adhère une seule fois

Rien n'arrête Eric et Ramzy. Pas même une succession de films aux résultats mitigés (Seuls Two, dernier en date). Les voici donc de retour sur grand écran, face à face, livrant un délire entre absurdité et crétinerie. Un genre revendiqué par nos deux larrons, tout du moins sur ce nouveau projet, ce qui, rappelons-le, n'a pas toujours été le cas. Mais au regard de cet Halal police d'état, Les Dalton ou même Double zéro pourraient presque paraitre plus acceptables.


L'idée de cette nouvelle facétie n'était pourtant pas mauvaise. Et le titre laissait entrevoir une parodie radicalement extravagante. Malheureusement, et en juste conséquence, Halal police d'état souffre de quelques comparaisons, non pas dans le style (celui d'Eric et Ramzy demeure unique et a de nombreux adeptes) mais plutôt dans le choix du sujet. On pense ainsi au film de Les Nuls (La Cité de la peur), ou à celui beaucoup moins connu réalisé par Jean-Pierre Vergne (Le Téléphone sonne toujours deux fois). Cultes pour une majorité. Dès lors, succéder à pareilles références impliquait une très forte modernité, ce « je-ne-sais-quoi » d'un peu plus original qui aurait ainsi fait toute la différence. Or, ici, Eric et Ramzy se restreignent. Pire encore, ils se contentent d'un humour basique, presque bon enfant, celui-là même qui les a fait connaitre du temps de leurs célèbres « Mots ». A l'arrivée, Halal police d'état ne propose qu'une succession de non-sens verbaux et autres contrepèteries sans que l'on n'y adhère une seule fois. Ce qui jadis pouvait marcher sur scène ou à la télévision devient terriblement lourd au cinéma.

Deux ou trois gags visuels viennent parfois égayer le film. Seulement là encore, le renouveau n'est pas de mise : quiproquo autour d'un lit (et divers accessoires) en marbre, gifle ralentie façon Matrix, coup de foudre impromptu au beau milieu d'une poursuite... On se croirait presque rendu au bon vieux temps de Philippe Clair. Ce roi du nanar français issu des années 70/80, spécialisé dans l'humour « pied-noir », avait malgré tout le talent de recruter d'éminents comédiens (Jerry Lewis, Aldo Maccione, Marthe Villalonga, Raymond Pellegrin, Philippe Nicaud...), transformant alors quelques séquences indigestes sur le papier en véritables bijoux d'absurde total à l'image. Sous la direction de Rachid Dhibou, Eric et Ramzy semblent en revanche manquer de partenaires, si bien qu'une sensation d'amateurisme ambiant finit par régner sur l'oeuvre. On gardera éventuellement en mémoire la performance de Jean-Baptiste Shelmerdine, inquiétant d'ambiguïté dans son double rôle de réceptionniste/serial killer (rassurez-vous, aucun spoiler à l'horizon, on le devine dès sa première apparition). En somme, une meilleure mise en valeur de ce personnage aurait certainement amené à une drôlerie plus conséquente quant à l'ensemble. Dommage. Au lieu de ça, les auteurs ont préféré développer une intrigue secondaire mettant en scène un étrange martien venu sur Terre, et ce, dans le but de raisonner l'espèce humaine, puisque porteur d'un message anti-raciste (le tout après une accumulation de « blagues » digne du commissaire Gibert dans Taxi). C'est à n'y rien comprendre...

Gilles BOTINEAU in excessif.com
Mercredi 16 Février 2011
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Septembre 2021 - 14:55 En hommage à Amobe Mevegue, mort ce 8 septembre 2021

Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 10/09/2021 | 1437 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 08/09/2021 | 585 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 758 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 721 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/02/2020 | 1886 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 3501 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 3035 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 4008 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2643 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 2268 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 4227 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire