Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









"Ce n’est pas (...) en nous arcboutant sur des micro-États, ni en nous repliant sur nos petites ethnies, que nous tiendrons tête aux pays occidentaux qui font bloc"


De Nations Nègres et Culture, un des ouvrages majeurs de Cheikh Anta Diop, Aimé Césaire disait qu’il est “le livre le plus audacieux jamais écrit par un Nègre”. L’audace: voilà une des choses qui caractérisaient les Pères du panafricanisme dont la vision pourrait être résumée en 4 mots: unité, solidarité, compter sur ses propres forces et ne jamais courber l’échine. Cette audace et cette vision, il nous revient de les retrouver. Pour cela, nous devons nous débarrasser non seulement de tout faux complexe d’infériorité mais aussi de l’idée que l’Afrique francophone peut s’affranchir de l’ancienne puissance colonisatrice sans sacrifices.
Comme on peut le voir, le panafricanisme est encore utile aux Africains et aux Noirs de la diaspora. Mais le panafricanisme ne fera aucun miracle si nous continuons de penser que le Noir est maudit, que nous ne pouvons rien faire sans le Blanc et que chaque pays peut s’en sortir tout seul. Ce n’est pas non plus en nous arcboutant sur des micro-États, ni en nous repliant sur nos petites ethnies, que nous tiendrons tête aux pays occidentaux qui font bloc, y compris pour semer la mort et la désolation dans nos pays comme ils l’ont fait en Irak et en Libye. C’est plutôt unis que nous serons forts. Pour dire les choses autrement, il nous incombe aujourd’hui de concrétiser l’appel de Nkrumah, d’admettre une fois pour toutes que, si l’Afrique veut “contribuer à l’avènement d’une nouvelle ère de l’histoire humaine”, elle doit s’unir, aller vers le fédéralisme continental .
En résumé, le panafricanisme est plus que jamais à l’ordre du jour parce qu’il nous appelle à “abandonner toutes les vieilles routes, celles qui ont mené à l’imposture, à la tyrannie, au crime, [parce que] nous ne voulons plus nous contenter d’assister à la politique des autres, au piétinement des autres, aux combinaisons des autres, aux rafistolages de consciences ou à la casuistique des autres ”. Et notre première tâche doit être ce que Jean Ziegler appelle “l’insurrection des consciences” qui consiste à briser “les chaînes de l’aliénation [qui] sont passées de nos pieds à nos nuques ”.

Jean-Claude DJÉRÉKÉ
Chercheur associé au Cerclecad, Ottawa (Canada) et enseignant à Drexel University, Philadelphie (USA)
Jeudi 5 Septembre 2019
La Dépêche d'Abidjan



ESPACE KAMITE
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/09/2019 | 1686 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 04/08/2019 | 1490 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 12/07/2019 | 2266 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2019 | 2292 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2019 | 2051 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 15/06/2019 | 613 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 20/03/2019 | 1562 vues
00000  (0 vote)