Connectez-vous S'inscrire

CÔTE D'IVOIRE - Recevant le président Alpha Condé : Ouattara annonce la modification de la constitution

Le professeur Alpha Condé, président de la République de Guinée, a séjourné en Côte d’Ivoire du jeudi 25 au samedi 27 avril dernier. Cela, dans le cadre d’une visite officielle d’amitié et de travail. Cette visite a été l’occasion pour les deux chefs d’État de faire un tour d’horizon complet des questions de coopération bilatérale et de l’actualité internationale.


Au cours de ces échanges, Alassane Ouattara a fait savoir à son homologue de Guinée qu’il a l’intention de modifier la constitution qu’il a taillée sur mesure en 2016. En effet, jeudi 25 avril dernier, lors des échanges avec la presse, un confrère a demandé au président guinéen, s’il avait l’intention de modifier la constitution de son pays, afin de briguer un troisième mandat. Cependant, avant qu’il ne réponde, c'est Alassane Ouattara qui a d'abord pris la parole, en répondant en ces termes. « Il y a des questions pour le président ? La question s'adresse à moi, j'imagine… Si c'est moi, oui je vais modifier la Constitution. Voilà, j'ai donné une réponse à votre question… », a déclaré le président du RHDP. Même si Alassane Ouattara a fait cette annonce dans une ambiance de plaisantera, cela n’enlève en rien son caractère sérieux. Ce qui amène certains observateurs de la scène politique à se poser des questions. Pourquoi le chef de l’Etat veut-il modifier la constitution qu’il a fait voter en 2016 contre vents et marées ? Que cache cette autre trouvaille du président du RHDP, au moment où son éventuelle candidature à la présidentielle de 2020 fait toujours débat. Tantôt, Alassane Ouattara soutient qu’il ne se représentera pas à l’élection présidentielle de 2020 et tantôt il prétend que la constitution qu’il a taillée sur mesure en 2016 lui en donne le droit. « C’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite. (…) Et tous les juristes que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution », se plait-il à justifier. Ainsi, face à la tergiversation du président du RHDP, Sir David Hale, le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires politiques des États-Unis d’Amérique, s’était invité dans le débat autour de la probable candidature d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle de 2020. « M. Ouattara a dit qu’il ne serait pas candidat. C’est quelque chose qui le condamne », avait déclaré M. Hale. Outre le diplomate américain, d’autres voix s’élèvent pour appeler Alassane Ouattara à s’abstenir de se présenter en 2020. Selon d’autres analystes politiques, ces différentes pressions seraient à la base de cette annonce du chef de l’État, qui serait désormais convaincu qu’il ne sera pas au RDV de 2020. Cependant, il n’entend pas laisser la voie libre à ses principaux concurrents que sont le président Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. « L’objectif d’Alassane Ouattara en voulant modifier la constitution, est d’empêcher que les poids lourds de la politique ivoirienne que sont Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié ne se présentent pas. Car il sait bien que les candidatures de ces deux hommes, sonneront le glas de son parti RDR-RHDP. Il lui faut alors empêcher cela», a expliqué un analyste politique ivoirien. Cette analyse de cet observateur est-elle vraie ou fausse, difficile d’y répondre. Par ailleurs, le président guinéen a profité de cette visite en Côte d’Ivoire pour saluer la mesure d’amnistie prise par le chef de l’État en faveur de 800 prisonniers proches du président Laurent Gbagbo. « J’espère qu’après l’amnistie que vous avez prise, la Côte d’Ivoire va retrouver le dialogue pour que les différentes forces puissent se mettre autour d’une même table. Au lieu de s’asseoir sur les armes que ce soit un dialogue franc et que le peuple tranche, parce que les élections après tout c’est la volonté populaire et on doit accepter le verdict du peuple, si on est démocrate on doit accepter le verdict du peuple », a conseillé le président Alpha Condé. Faut-il le souligner, cette visite a été l’occasion pour Apha Condé et Alassane pour évoquer la nécessité d’organiser, dans les meilleurs délais, un sommet de l’Union du fleuve Mano. Ils ont également abordé la question de la persistance du terrorisme, avec la recrudescence des attaques meurtrières dans la zone sahélo-saharienne et au-delà. Les deux chefs d’Etat ont exprimé le vœu de voir se tenir des scrutins libres, démocratiques et apaisés en Afrique.

De notre correspondant à Abidjan
Gbopo Modeste
Lundi 29 Avril 2019
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 15/11/2019 | 395 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/11/2019 | 1634 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 28/10/2019 | 2328 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/09/2019 | 1466 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2019 | 2035 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2019 | 1847 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3095 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire