Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

CÔTE D'IVOIRE - Les patates chaudes de Ouattara


Ce sont des affaires entre Etats. Mais elles ont tout l’air de querelles de personnes. Telles que les choses évoluent, on pourrait prendre le risque d’affirmer que les autorités burkinabè ont, sans doute, pris la résolution de s’acharner contre le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. N’aurait-il pas bien indiqué, vu justement les liens qui unissent les deux pays, de régler la question des écoutes téléphoniques en empruntant une fois autre que celle de la Justice ? Il est vrai que le président du Parlement ivoirien n’est pas un homme au-dessus de la loi, mais pour le rang qu’il occupe et pour la fonction qu’il exerce, on aurait dû faire preuve de circonspection. Il ne coûterait vraiment rien à l’Etat Burkinabé de traiter l’affaire à l’amiable avant de recourir certainement, en cas d’échec, à la Justice ? On convient avec certains analystes que le Burkina est un pays souverain et en cette qualité, il peut lancer un mandat d’arrêt international à n’importe quel justiciable qui enfreint à ses lois. Toutefois pour des questions de cohabitation pacifique, il est bon de privilégier le dialogue de sorte à ne pas créer d’antécédents entre pays frères, de surcroît géographiquement voisin.
Mais cette voie de la diplomatie est-elle encore explorable quand le pays des hommes intègres donne le sentiment de jeter toutes ses forces dans la bataille juridique et judicaire ? Sans paraître ridicule, le Burkina Faso accepterait-il vraiment de se dégonfler en retirant le mandat d’arrêt international contre Soro, au cas il se rendrait compte d’être allé vite en besogne ? Ou alors, ira-t-il jusqu’au bout dans ce dossier dont la complexité n’échappe à personne désormais ? Autant de questions qui démontrent le sérieux de l’affaire.
Face à cette situation, on se demande bien sur quel pied le président Alassane Ouattara va-t-il danser dans l’affaire des écoutes téléphoniques, liés à la tentative du coup d’Etat au Burkina Faso et qui impliqueraient des personnalités ivoiriennes et Burkinabè ? Pendant que l’on s’interroge sur le cas Soro, d’autres écoutes filtrent et sont servies à bon marché. En arrière- plan, l’extradition de Blaise Compaoré. Un autre casse-tête…burkinabé. Autant de patates chaudes entre les mains de Ouattara dont le second mandat a, sans doute, mal commencé.

In La Tribune Ivoirienne
Lundi 25 Janvier 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 809 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5710 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site