Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

CÔTE D'IVOIRE - KEÏTA IBRAHIM (PROMOTEUR DE CORA DE COMSTAR) PARLE : «Comment j'ai fui le pays en 2002...» - Ses révélations sur sa défunte société

Très actif de par le passé dans les milieux financiers et sportifs ivoiriens, Ibrahim Keïta est bien silencieux depuis quelque temps. Pionnier de la téléphonie mobile en Côte d'Ivoire avec Cora de Comstar, initiateur du golf dans ce pays, puis 1er président de la Fédération de golf, l'homme est réfugié depuis des années à Londres, en Angleterre. Dans cette interview, il brise enfin le silence.


CÔTE D'IVOIRE - KEÏTA IBRAHIM (PROMOTEUR DE CORA DE COMSTAR) PARLE : «Comment j'ai fui le pays en 2002...» - Ses révélations sur sa défunte société
Vous êtes devenu bien silencieux. Où vous trouvez-vous et pourquoi ce silence ?

Depuis 2011, je vis à Londres avec ma famille. Quand vous me parlez d'être devenu silencieux, je vous répondrai pas du tout. J'ose espérer que votre jugement n'est pas en rapport avec le climat politique délétère qui règne actuellement en Côte d'Ivoire. Pour en revenir à mon silence, pour qui me connaît, je n'ai jamais aimé faire du tapage, mais plutôt poser des actes.

Pour les plus jeunes, qui est M. Keïta Ibrahim ?

Un humble serviteur de l’État de Côte d’Ivoire. J’ai eu le privilège de contribuer au développement et au rayonnement de notre pays du temps de Félix Houphouët- Boigny, en ma qualité d’homme d’affaires amoureux de la culture, des arts et du sport, notamment le golf. En tant que fondateur et président de la Fédération ivoirienne de golf, c'est à mon instigation que le président Houphouët-Boigny a fait construire deux parcours de golf internationaux et supporté pendant douze années l'Open de Côte d’Ivoire qui porte son nom. Il avait compris l’intérêt touristique primordial qui s'y rat- tachait et qui pouvait aider au remplissage des hôtels s'y at- tenant. En ma qualité de président de la Fédération ivoirienne de golf, j'ai conduit notre équipe de golf amateur aux championnats du monde en Suède, au Vénézuela, en Nouvelle Zélande, au Canada et au Portugal. Le président Houphouët avait trouvé un intérêt particulier à l'avènement du concours de Miss Côte d’Ivoire, dont j'étais également président. Sous ma houlette, Miss Côte d’Ivoire a participé pour la 1ère fois au concours Miss Monde à Londres, ensuite à Miss Univers au Panama, et Miss International à Tokyo. J'ai également suscité l'implantation de la première compagnie de téléphonie cellulaire en Afrique, du nom de Cora de Comstar. Je me réjouis, et d’ailleurs avec beaucoup de satisfaction, d'avoir créé plus de 500 emplois pour les jeunes gens qui faisaient partie de ces différentes aventures avec moi. Et ce grâce aux réseaux de rela- tions tissés dans ces différents secteurs. Malgré la malencon- treuse expérience de Cora de Comstar en Côte d’Ivoire, je con- tinue de travailler dans d’autres pays en Afrique, en Europe et en Amérique. Mon dynamisme ne s'est pas estompé, bien au con- traire.

Où en êtes-vous avec l'affaire Comstar ?

L'affaire Comstar était un hold-up en plein jour, au vu et au su de tout le monde. En 2002, des individus connus ont fait irruption à mon domicile à la Riviera golf pour attenter à ma vie. J'ai dû quitter la Côte d'Ivoire en abandonnant ma maison et ma compagnie pour le bonheur de personnes qui n'attendaient que ce moment, et même mieux, celles qui étaient supposées défendre mes intérêts. Quels dommages ainsi causés aux employés qui se sont retrouvés jetés à la rue, avec des qualifications mais sans emplois ; des in- vestisseurs déçus qui se sont sentis grugés ! Aucune voix autorisée n'a pris contact avec moi pour voir dans quelle mesure l'on pouvait corriger les torts faits aux uns et aux autres. Les différentes marches de protestation des anciens employés de Cora n'ont apporté aucune solution à leurs problèmes de dédommagement. Alors qu'il était possible de trouver une solution apaisée.

Pensez-vous un jour vous relancer dans la téléphonie mobile dans votre pays ?

Je suis pour les innovations. Alors attendons de voir ce que j'ai dans ma besace. Pour l'heure, laissons la place aux jeunes afin qu’ils fassent leurs armes dans ce secteur.

En 2010, on vous a vu comme un soutien très actif du candidat Alassane Ouattara. Depuis son élection, silence radio. Pourquoi ?

Si ma mémoire est bonne, en 2010, j'étais encore à Washington et impliqué dans la structure ''President Obama's Presidential Partners'' comme membre du cabinet exécutif pour les levées de fonds du président Obama. Le président Alassane Ouattara et moi nous connaissons depuis qu'il était Premier ministre, et je me souviens lui avoir rendu une visite de courtoisie avec mon hôte et ami de longue date Stevie Wonder, à cette époque. S’il y a silence radio, cela ne viendrait pas de moi. Mon père Mory Keïta était un politicien, moi pas. Mon père était trésorier du Parti (Rda) et questeur de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, et surtout le médiateur entre le président Houphouët-Boigny et le patriarche de Korhogo, Gbon Coulibaly. Je ne sais pas d'où vient donc la déconnection.

Vous tenir loin de votre pays, est- ce par dépit ou par nécessité ?

Ni par dépit, ni par nécessité. J'ai beaucoup de connaissances, de liens et d'intérêts dans ce pays pour en rester loin. Pour l'heure, je suis souventes fois sollicité dans d'autres pays frères pour des consultations et des opportunités d’affaires. Donc n'ayez crainte, je suis toujours amoureux de mon pays, la Côte d’Ivoire, et de mes compatriotes.

Avez-vous des vœux particuliers pour la Côte d’Ivoire ?

Aujourd'hui, mes vœux pour la Côte d'Ivoire sont des vœux de paix. Que les différents partis politiques et les diverses couches de la société ivoirienne oublient un instant leurs diver- gences dans le but de jeter les bases d’une véritable réconcilia- tion, par le dialogue, afin que nous puissions bâtir ensemble une Côte d'Ivoire nouvelle.

Interview réalisée par JMK AHOUSSOU
In L'Inter
Dimanche 6 Mai 2018
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



CÔTE D’IVOIRE - LA GESTION NÉOPATRIMONIALE DU POUVOIR EST INQUIÉTANTE « Dépasser le but, ce n'est pas l'atteindre »… https://t.co/qqP4hu5GC0

Facebook

Partager ce site