Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

CÔTE D'IVOIRE - IL FAUT BOYCOTTER CE RECENSEMENT ETHNIQUE !

"En Côte d'Ivoire, il y a un petit groupe qui pose problème", disait Bernard Debré, député UMP.


CÔTE D'IVOIRE - IL FAUT BOYCOTTER CE RECENSEMENT ETHNIQUE !
Un facebooker bien connu et particulièrement avisé, rappelle que "pour pouvoir procéder à son recensement ethnique, le régime Ouattara a modifié la loi réprimant le racisme, la xénophobie et le tribalisme votée sous Gbagbo". Et il ajoute que "Cette loi de 2008 interdisait en effet la mention de l'ethnie dans les documents administratifs en Côte d'Ivoire".

Pendant la crise post-électorale qui finira par déboucher sur une guerre ouverte de la France contre la Côte d'Ivoire, j'avais été particulièrement attentif aux propos de Bernard Debré, ancien ministre de la coopération du président Jacques Chirac, dans l'émission Les Grandes Gueules de la radio française RMC.

Bernard Debré qui fut le médecin personnel du président Houphouët-Boigny et qui est le fils de Michel Debré, premier ministre du président De Gaulle, est aussi le frère jumeau de Jean Louis du même nom, président du conseil constitutionnel français et ancien président de l'assemblée nationale française après avoir été ministre de l'intérieur. Bernard Debré n'est donc pas n'importe qui.

Que disait-il donc le Bernard ? "En Côte d'Ivoire, il y a un petit groupe qui pose problème". Ces propos m'avaient fait froid dans le dos car les français ne voient les contradictions africaines qu'à travers un prisme ethnique. J'en avais donc déduit que ce petit groupe dont parle Bernard Debré ne peut être que le groupe ethnique auquel appartient le président Gbagbo car ce groupe ethnique comparé aux autres est effectivement "un petit groupe".

Et je me suis dit aussi que si on estime qu'un groupe pose problème et qu'on ose le dire à la radio, c'est peut-être aussi, et pourquoi pas certainement, qu'on a envie de régler son compte à ce groupe qui est nécessairement ethnique dans l'esprit de Bernard Debré puisqu'en réalité, ceux qui soutiennent le président Gbagbo en Côte d'Ivoire ne sont pas "un petit groupe".

Je m'en suis souvent ouvert à ceux avec qui j'ai l'occasion de discuter, et les événements m'ont donné raison par la suite mais pas totalement puisque je n'avais pas imaginé que ce "petit groupe" dont parle Bernard Debré pouvait aller au-delà de l'ethnie ou du groupe ethnique du président Gbagbo, comme on a pu le voir dans un document vidéo réalisé en pays attié où un chef rebelle dit clairement qu'il fait exécuter tous ceux qui lui sont amenés. Mais peut-être ne s'agissait-il ici que des conséquences des élections qui ont montré un maillage national de l'électorat du président Gbagbo et un soutien massif du peuple attié auquel on voulait faire payer un choix qui n'entre pas dans la logique de ceux qui mettent les Africains dans des cases ethniques ?

Nous avons tous lu ce rapport d'Amnesty International dans lequel il est clairement indiqué qu'un homme a été abattu par les Frci après vérification de sa carte d'identité. La mention de l'ethnie ne figurant pas encore à ce moment-là sur les pièces d'identité, son nom a donc certainement dû sceller son sort.

Or, les noms sont partagés en Côte d'Ivoire, et on peut donc trouver dans le groupe krou des noms qui sont essentiellement des noms typiques d'autres groupes ethniques.

Pour ceux qui ne le savent pas, le chef coutumier de la province de Gagnoa en pays bété s'appelait N'guessan Kouassi, et le gardien du Sporting-Club de Gagnoa s'appelait Kouamé Kouakou. Reine Pélagie par exemple, une artiste bien connue s'appelle Ladji qui est un nom venant du nord car chez les Bétés, on peut donner un nom pour marquer une amitié, un événement, etc. Il y a donc aussi des Diarra, des Kouadio, etc. On retrouve aussi beaucoup de ces noms chez les Didas, particulièrement chez ceux de Hiré qui ont une proximité avec le pays baoulé, qui font aussi partie du groupe krou.

La question que je me pose donc est celle de savoir si cette volonté de faire figurer l'ethnie sur les fiches de renseignement du recensement et certainement demain sur les pièces d'identité, n'obéit pas à une logique génocidaire qui ne peut mieux prospérer que si on sait qui est qui, sans risque de se tromper de cible.

Sinon, il faudra que le régime Ouattara qui agit en Côte d'Ivoire pour le compte de la France nous dise pourquoi il serait si important de mentionner l'ethnie et de connaître ainsi le nombre de Malinkés, de Baoulés, de Bétés, d'Agnis, etc, en Côte d'Ivoire, alors que les membres de toutes ces ethnies ou groupes ethniques vivent désormais aujourd'hui, du fait de la modernisation de la société, majoritairement hors de leurs zones d'origine.

Pourquoi cette loi de 2008 qui interdisait la mention de l'ethnie dans les documents administratifs en Côte d'Ivoire a-t-elle été modifiée ?

ET SI LA MENTION DE L'ETHNIE DANS LE RECENSEMENT CACHAIT UN DESSEIN MACABRE ?

Mieux vaut prévenir que guérir. Soyons tous très vigilants !

IL FAUT BOYCOTTER CE RECENSEMENT ETHNIQUE !


Alexis Gnagno
Mercredi 2 Avril 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3337 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2202 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5422 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51722 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5808 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires