Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

CÔTE D'IVOIRE : Histoire d'une Normalisation

Une critique du livre France Côte d'Ivoire, une histoire tronquée. - Par Odile Tobner (ancienne présidente de Survie)


CÔTE D'IVOIRE :  Histoire d'une Normalisation
Le 24 octobre 2000 Laurent Gbagbo devient président de la Côte d'Ivoire. Le 11 avril 2011 après que
des avions français ont pilonné sa résidence, des blindés français en enfoncent la clôture, la livrant ainsi que ses occupants à la mise à sac et aux exactions par les milices de Ouattara.
Une stupéfiante décennie se clôt par un lynchage qui, s'il n'a pas coûté la vie à Laurent et Simone Gbagbo, comme à Kadhafi quelques mois plus tard, a tué nombre de leurs proches et ne mettra pas un terme aux massacres de leurs partisans dans tout le pays. La France avait le mandat de l'ONU de protéger les civils.
C'est l'histoire de cette décennie que raconte Fanny Pigeaud, en reconstituant les vastes zones dont elle a été amputée, réduite à une histoire africaine caricaturale.
L'histoire intégrale ne coïncide pas avec le storytelling simpliste servi à la clientèle des médias pendant la durée du feuilleton. Alors, bien sûr, ce lourd pavé, minutieusement documenté, sera écarté avec horreur comme « pro Gbagbo », anathème suprême, stigmate d'infamie imposé aux hérétiques, alpha et omega de la discussion. Pourtant ce livre n'épargne personne, il est tout sauf un pamphlet ou
un plaidoyer passionné et partisan. Il est bien pire : simplement factuel.
C'est un vrai travail de journaliste, sérieux, dense et méticuleux, qui établit ce qu'on peut savoir exactement des faits et ne se fie pas à ce qui a été dit et redit, qui cite à peu près tout ce qui a été écrit sur la question. C'est d'ailleurs sa seule cruauté, refusant la miséricorde de l'oubli à des papiers grotesques. De ce travail de fourmi émerge, ce qu'on pressentait vaguement sans vouloir y croire, la description de l'action implacable, acharnée, cynique et mystificatrice de la France pour que la perle de son empire n'échappe pas à son influence directe. Le dénouement était écrit dès le premier jour
dans les forces en présence. Du « miracle ivoirien » en trompe l'œil d'Houphouët, à la « démocratie » des milices mafieuses de Ouattara, le peuple ivoirien est le grand perdant. Mais il n'y a plus rien à signaler depuis que les choses sont rentrées dans l'ordre françafricain.


Odile Tobner (Billets d'Afrique, juillet-août 2015)
Jeudi 15 Octobre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3339 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2202 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5425 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51837 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5808 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires