Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

CÔTE D'IVOIRE - FOOTBALL - Ruiné, Emmanuel Éboué voulait se suicider

Après plus d'une décennie de carrière footballistique au plus haut niveau, l'ancien Éléphant est aujourd'hui quasiment à la rue.


CÔTE D'IVOIRE - FOOTBALL - Ruiné, Emmanuel Éboué voulait se suicider
Les footballeurs de haut niveau qui sont partis de la grandeur à la déchéance, il y en a légion. L'Allemand Andreas Brehme, l'Italien Christian Vieri, l'Anglais Paul Gascoigne, et autres ont petitement fini leurs carrières pourtant très bien entamées. Le plus emblématique a été l'Irlandais du Nord, Gorges Best, champion d'Europe (vainqueur des clubs champions) en 1968 avec Manchester United qui a fini à la rue comme SDF. Complètement ruiné, il a sombré dans l'alcool avant de
mourir d'une pulmonie en 2005. Mais tant que ça se passe loin de nos frontières, cela ressemble plus à une légende.
L'Ivoirien Emmanuel Éboué est désormais le mauvais exemple à citer dans ce cercle restreint des carrières mal gérées. Et mal finies.
Après avoir évolué à Arsenal et à Galatassaray (deux saisons), en Angleterre, dans le plus grand et plus riche championnat du monde de football, pendant sept ans (2004-2011), Emmanuel Éboué a touché le fond. Déjà vers le déclin, il a eu la possibilité de sortir la tête de l'eau en signant à Sunderland (Angleterre) en 2016. Mais la mauvaise gestion de sa carrière le rattrape.
Avec le conflit financier et judiciaire lié au différend qu'il a eu avec son agent qui l'a accusé de ne l'avoir pas rémunéré durant toute une année. L'affaire prend de sérieuses proportions et arrive à la FIFA. Sunderland, qui ne veut pas mêler son image à l'affaire, résilie son contrat. Puni par la FIFA, il passera une saison entière sans évoluer dans un club professionnel.
Comme si cela ne suffisait pas à lui nuire, Éboué va divorcer d'avec son ex-épouse belge, laquelle a gagné son procès dans leur litige conjugal. Cette affaire sera le clou de sa descente aux enfers. Comme c'est elle qui gérait tous ses comptes bancaires, elle n'a éprouvé aucune difficulté à les vider pour pouvoir s'occuper de leurs trois enfants qu'il n'a plus vus depuis juin 2017. Conséquence de ces déboires, Éboué Emmanuel s'est vidé de toute sa substance. Il a été obligé de vendre la quasi totalité de ses biens pour rembourser ses dettes et pouvoir tenir le coup au quotidien. Aujourd'hui, l'ancien joueur d'Arsenal est obligé de se déplacer en bus à Londres comme tout le monde. Il lave maintenant ses habits à la main, faute d'une simple machine à laver. Il est contraint par moments d'aller passer la nuit chez des amis, quitte à dormir à même le sol selon le tabloïd anglais Mirror. Plus grave, ces derniers temps, il fuit les huissiers qui menacent de saisir les derniers biens qui lui restent. Parce qu'il n'est plus capable de
payer son avocat. Une souffrance qu'il a déballée récemment au journal
anglais Mirror : "Je ne sais pas quand la police viendra", a-t-il confié à ce confrère pour dire sa crainte. Avant de continuer : "Je veux que Dieu me vienne en aide, lui seul peut m’ôter ces pensées mauvaises de mon esprit", exprime Éboué qui reconnait avoir eu des pensées suicidaires. Lui qui voulait en finir avec la vie a encore une petite chance de se rattraper. Il pourrait revenir à Arsenal, mais
plus sur la pelouse comme footballeur. Le club londonien veut juste lui tendre une dernière perche pour ne pas le voir finir dans la rue comme SDF.
" J'accepterai de l'aide de n'importe où, si mon ancien club veut m'aider, je serai très très heureux. Peut-être je pourrais aider les jeunes", rêve-t-il.
De l'idée de vouloir se suicider à celle de se projeter à servir à nouveau à une petite échelle Arsenal, on peut soupirer pour Éboué Emmanuel. Il n'est pas encore mort. On peut encore tirer quelque chose de lui. La vie aussi.

Edson Titi

Lundi 25 Décembre 2017
La Dépêche d'Abidjan



Sports
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Avril 2019 - 18:56 CÔTE D'IVOIRE - Il s'appelait Léon Gbizié

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 27/09/2016 | 1466 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2015 | 2259 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/07/2014 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2014 | 1368 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 2301 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 2092 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 14/06/2013 | 2128 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/05/2013 | 2419 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire