Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

CÔTE D'IVOIRE - Conseil économique et social - Nomination de Charles Diby Koffi, une autre violation de la Constitution


Décidément, l’actuel chef de l’Etat ivoirien a des problèmes avec les lois du pays. Malgré les critiques de juillet 2011, lorsqu’il a porté Marcel Zadi Kessi à la tête du Conseil économique et social en dehors de de l’avis des autres conseillers économiques et sociaux, Alassane Ouattara a récidivé hier. Il a nommé l’ex-ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Charles Diby Koffi, dans les fonctions de nouveau président de cette assemblée consultative des pouvoirs publics. Un acte qui montre une fois de plus que le président de la République de Côte d’Ivoire a délibérément choisi de violer la Constitution du pays qu’il est sensé protéger. Car c’est conformément à l’article 144 de la Constitution que la loi organique n° 2001-304 du 5 juin 2001, déterminant la composition et le fonctionnement du Conseil économique et social de la Côte d’Ivoire, a été prise. Et celle-ci stipule, en son article 4, que «le bureau est élu par le Conseil et comprend : un président, six vice-présidents, six secrétaires, deux questeurs». En d’autres termes, le président du Conseil économique et social de Côte d’Ivoire est élu par ses pairs conseillers économiques et sociaux. Mais Alassane Ouattara n’en a cure.
Selon le communiqué lu par le ministre d’Etat, Amadou Gon Coulibaly, secrétaire général de la présidence de la République, Charles Diby Koffi remplace ainsi Marcel Zadi Kessi dont le mandat à la tête du Conseil économique et social est arrivé à expiration sans avoir jamais pris fonction à la tête de l’institution pour cause de maladie. Sa nomination met ainsi fin au long intérim assuré par le vice-président Tiémoko Yadé Coulibaly. Ce dernier a été appelé à d’autres fonctions, selon le même communiqué de la présidence de la République.
Des sources bien informées indiquent qu’il n’y a aucune surprise dans cette nomination de Charles Diby Koffi. Henri Konan Bédié, dont il est le joker, en aurait décidé ainsi pour lui éviter d’éventuelles intrigues politiques. Il voudrait le préserver pour l’élection présidentielle de 2020 pour le compte du Pdci-Rda.

Robert KRASSAULT
ciurbaine@yahoo.fr
In Notre Voie
Vendredi 17 Juin 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 810 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5711 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site