Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








CÔTE D'IVOIRE - CPI - Pour Laurent Gbagbo, le jour de la liberté ?

La Cour Pénale Internationale doit se prononcer ce mardi sur une demande de non-lieu et une demande de libération provisoire de l’ancien président ivoirien et de son co-accusé, son ex-ministre Charles Blé Goudé.


CÔTE D'IVOIRE - CPI - Pour Laurent Gbagbo, le jour de la liberté ?
C’est un instant auquel rêvent les partisans de Laurent Gbagbo depuis son arrestation, le 11 avril 2011. Plus que jamais, ce mardi 15 janvier, ils sont pleins d’espoir.
Huit années après la chute de l’ancien président ivoirien, interpellé dans le bunker de sa résidence présidentielle, trois ans après le début de son procès pour crimes contre l’humanité devant la Cour Pénale Internationale (CPI), la juridiction doit rendre deux décisions capitales à 11 heures, heure de La Haye (GMT+1).

Preuves insuffisantes

D’une part, elle doit se prononcer sur une demande de non-lieu, déposée par la défense en juillet dernier. Alors que l’audition des 82 témoins de l’accusation s’est achevée, que des milliers de documents, de vidéos et d’archives de cette affaire tentaculaire ont été présentés, les avocats de Laurent Gbagbo et de son co-accusé, l’ex-ministre Charles Blé Goudé, estiment que les preuves ne sont pas suffisantes et le dossier trop léger.

Selon eux, le bureau de la Procureure de la CPI, Fatou Bensouda, n’est pas parvenu à démontrer qu’un « plan commun » avait été mis en place durant la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011 pour permettre à tout prix à Laurent Gbagbo de se maintenir au pouvoir. Au terme d’une décennie de crise, celui-ci avait contesté la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle. Pendant quatre mois, la Côte d’Ivoire avait plongé dans une guerre qui, selon les Nations Unies, a fait 3 000 morts.

Coup de théâtre

En octobre dernier, la défense a ainsi plaidé pour un non-lieu pur et simple de leurs clients. Ce mardi, les juges de la CPI pourraient ainsi décider de prononcer l’abandon total des charges qui pèsent sur les anciens responsables ivoiriens. Il s’agirait alors d’un coup de théâtre et d’une immense victoire pour leurs proches.

Elle peut aussi choisir de maintenir tout ou partie des quatre chefs d’inculpation qui pèsent à l’encontre des accusés. Le procès se poursuivrait alors, comme le demandent ardemment les associations de victimes et les avocats de l’État de Côte d’Ivoire.
Lire la suite
Mardi 15 Janvier 2019
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2019 | 108 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2019 | 1157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 2106 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1524 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire