Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









CONCLUSION GÉNÉRALE COLLOQUE D'ÉGYPTOLOGIE DU CAIRE 1974


CONCLUSION GÉNÉRALE COLLOQUE D'ÉGYPTOLOGIE DU CAIRE 1974
CONCLUSION GÉNÉRALE COLLOQUE D'ÉGYPTOLOGIE DU CAIRE 1974

"LA TRÈS MINUTIEUSE PRÉPARATION DES COMMUNICATIONS DES PROFESSEURS CHEIKH ANTA DIOP ET OBENGA N'A PAS EU, MALGRÉ LES PRÉCISIONS CONTENUES DANS LE DOCUMENT DE TRAVAIL PRÉPARATOIRE ENVOYÉ PAR L'UNESCO, UNE CONTREPARTIE TOUJOURS ÉGALE. IL S'EN EST SUIVI UN VÉRITABLE DÉSÉQUILIBRE DANS LES DISCUSSIONS".

Cheikh Anta Diop avait 25 ans lorsque, étudiant à Paris, en 1948, il définissait le contenu et les conditions de la Renaissance Africaine dans un article intitulé “Quand pourra –t-on parler d’une renaissance africaine ?”.

Dans cette perspective, l'acheminement vers un État fédéral devient une urgence continentale car un tel ensemble géo-politique serait à même de sécuriser, de structurer et d'optimiser le développement du continent africain : “Il faut faire basculer définitivement l’Afrique Noire sur la pente de son destin fédéral , seul un État fédéral continental ou sub-continental offre un espace politique et économique, en sécurité, suffisamment stabilisé pour qu’une formule rationnelle de développement économique de nos pays aux potentialités diverses puisse être mise en œuvre.” ((C. A. Diop, préface du livre de Mahtar Diouf, Intégration économique, perspectives africaines, 1984).

Cheikh Anta Diop termine son ouvrage Les fondements économiques et culturels d'un État fédéral d'Afrique noire par quatorze propositions d'actions concrètes allant du domaine de l'éducation à celui de l'industrialisation. Entre autres, il relève une double nécessité vitale :

- celle de la définition d’une politique de recherche scientifique efficiente : “L’Afrique doit opter pour une politique de développement scientifique et intellectuel et y mettre le prix ; sa vulnérabilité excessive des cinq derniers siècles est la conséquence d’une déficience technique. Le développement intellectuel est le moyen le plus sûr de faire cesser le chantage, les brimades, les humiliations. L’Afrique peut redevenir un centre d’initiatives et de décisions scientifiques, au lieu de croire qu’elle est condamnée à rester l’appendice, le champ d’expansion économique des pays développés ”.

- celle de la définition d’une doctrine énergétique africaine et d’industrialisation véritable : “Il s’agit de proposer un schéma de développement énergétique continental qui tienne compte à la fois des sources d’énergie renouvelables et non renouvelables, de l’écologie et des progrès techniques des prochaines décennies … L’Afrique Noire devra trouver une formule de pluralisme énergétique associant harmonieusement les sources d’énergies suivantes : 1. Énergie hydroélectrique (barrages), 2. Énergie solaire, 3. Énergie géothermique, 4. Énergie nucléaire, 5. Les hydrocarbures (pétrole), 6. Énergie thermonucléaire” auxquelles il ajoute le vecteur énergétique hydrogène.

1974 : Parution du livre Physique nucléaire et chronologie absolue. Il s'agit d'un ouvrage de synthèse, décrivant les diverses méthodes de datation d'échantillons archéologiques et géologiques, en particulier celles du radiocarbone mises en œuvre dans le laboratoire de Dakar.

C'est dans le cadre de la rédaction de l'Histoire générale de l'Afrique, qu'à son initiative, se tient au Caire, du 28 janvier au 3 février 1974, un colloque international sur Le peuplement de l'Égypte ancienne et sur le déchiffrement de l'écriture méroïtique, qui réunissait des égyptologues du monde entier, parmi les plus éminents (cf. compte rendu publié par l'UNESCO et dans le volume II de l'Histoire générale de l'Afrique ainsi que dans la revue "Ankh", n°3, juin 1994).

Les débats ont révélé la persistance de désaccords importants sur l'origine anthropologique des anciens Égyptiens :

"La conclusion des experts qui n'admettaient pas la théorie d'un peuplement uniforme de la vallée du Nil des origines jusqu'à l'invasion perse, énoncée par les professeurs Cheikh Anta Diop et Obenga, a été que le peuplement de base de l'Égypte s'était mis en place au Néolithique, en grande partie en provenance du Sahara et qu'il avait uni des hommes venus du nord et du sud du Sahara et différenciés par leur couleur. A cette théorie, les professeurs Diop et Obenga ont opposé la leur, qui soulignait l'unité du peuplement de la vallée par des Noirs et les progrès de ce peuplement du sud au nord."

Par contre dans le domaine linguistique, le professeur Jean Devisse, rapporteur du colloque, écrit qu'"un large accord s'est établi entre les participants". "Les éléments apportés par les professeurs Diop et Obenga ont été considérés comme très constructifs. Plus largement, le professeur Sauneron a souligné l'intérêt de la méthode proposée par le professeur Obenga après le professeur Diop. L'Égypte étant placée au point de convergence d'influences extérieures, il est normal que des emprunts aient été faits à des langues étrangères ; mais il s'agit de quelques centaines de racines sémitiques par rapport à plusieurs milliers de mots. L'égyptien ne peut être isolé de son contexte africain et le sémitique ne rend pas compte de sa naissance ; il est donc légitime de lui trouver des parents ou des cousins en Afrique."

La conclusion générale indique que "LA TRÈS MINUTIEUSE PRÉPARATION DES COMMUNICATIONS DES PROFESSEURS CHEIKH ANTA DIOP ET OBENGA N'A PAS EU, MALGRÉ LES PRÉCISIONS CONTENUES DANS LE DOCUMENT DE TRAVAIL PRÉPARATOIRE ENVOYÉ PAR L'UNESCO, UNE CONTREPARTIE TOUJOURS ÉGALE. IL S'EN EST SUIVI UN VÉRITABLE DÉSÉQUILIBRE DANS LES DISCUSSIONS".

Ce colloque a marqué une étape capitale dans l'historiographie africaine. Pour la première fois des experts africains ont confronté, dans le domaine de l'égyptologie, les résultats de leurs recherches avec ceux de leurs homologues des autres pays, sous l'égide de l'UNESCO.

La légitimité scientifique de rechercher systématiquement les liens, quels qu'ils soient, pouvant exister entre l'Égypte ancienne et le reste de l'Afrique noire a été reconnue au plan international comme en témoignent les recommandations adoptées par l'ensemble des spécialistes présents au Caire.

Le fait que l'Égypte ancienne soit traitée dans le cadre de l'Histoire générale de l'Afrique, ainsi que la rédaction par Cheikh Anta DIOP dans le Volume II du chapitre I intitulé "L'origine des anciens Égyptiens" (cf. l'Histoire générale de l'Afrique op. cit. pp. 39-72), constituent deux exemples des retombées directes du colloque du Caire.

A la 9e Biennale de la A.S.O.A., Abidjan (Côte d'Ivoire) qui a lieu du 27 mars au 1er avril 1974 et dont le thème des débats est : "un nouveau modèle politique scientifique en Afrique de l'Ouest", il envoie une communication intitulée : "Perspectives de la recherche scientifique en Afrique", qui sera présentée par le professeur Souleymane Niang, actuel recteur de l'Université de Dakar.

Du 25 au 30 mars 1974, il participe au XXIVe Congrès de l'Institut International de Sociologie, à Alger.

1975 : Aux USA, le 4 avril 1975, l'association "The African Heritage Studies Association" lui décerne une plaque commémorative pour sa contribution à la préservation et au développement de la vie et du patrimoine des peuples d'origine africaine dans le monde.

Cheikh Anta Diop prononce une conférence sur "Les origines africaines de l'Humanité et de la civilisation", dans le cadre des réunions sur l'Histoire Générale de l'Afrique, qui se sont tenues à Cotonou au Bénin en début septembre 1975 et qui réunissaient plusieurs historiens parmi lesquels J. Ki-Zerbo, J. Devisse, M. El Fasi, J.F. Ade Adjayi.

Le 22 novembre 1975, il se rend en Guinée, sur invitation de Sékou Touré, pour assister, à côté des délégations des pays progressistes, à la commémoration de la victoire du peuple de Guinée sur les forces portugaises qui avaient agressé ce pays.

Il participe au 2e Congrès Ordinaire de l'Association des Historiens Africains, Yaoundé (Cameroun), qui se déroule du 16 au 20 décembre 1975.

1977 : Parution du livre Parenté génétique de l'égyptien pharaonique et des langues négro-africaines où Cheikh Anta Diop systématise en particulier la comparaison linguistique entre l'égyptien ancien et le wolof, sa langue maternelle.

1981 : Il est nommé professeur d'histoire associé à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Dakar (Léopold Sédar Senghor quitte le pouvoir en décembre 1980). Vingt-sept ans après la parution de Nations nègres et Culture, vingt et un ans après son doctorat d'État, l'Université de Dakar s'ouvre enfin à son enseignement de l'histoire. Il y enseignera en maîtrise, en DEA et dirigera des thèses jusqu'à sa disparition en 1986.

Parution du livre Civilisation ou Barbarie — Anthropologie sans complaisance (Présence Africaine). Ce livre, dédié à la mémoire du grand homme de culture, Alioune Diop, lui vaudra une distinction : le Grand Prix Scientifique de l'Institut Culturel Africain (ICA).

En 1980, l'UNESCO, alors dirigée par Amadou Mahtar M'Bow, décide d'écrire une nouvelle Histoire du développement scientifique et culturel de l'humanité. En 1981, Cheikh Anta Diop figure avec les égyptologues Théophile Obenga, Aboubacry Moussa Lam, Babacar Sall et les historiens Joseph Ki-Zerbo et Iba Der Thiam parmi les spécialistes sollicités. Il fait partie de la commission internationale mise en place pour ce projet dont le premier secrétaire général est l'historien Alioune Traoré. Il est en outre désigné co-directeur du Volume II (Du troisième millénaire au VIIe siècle avant J.-C.).

Du 30 mars au 31 avril 1981, à Athènes, il participe au colloque Racisme, science et pseudo-science, réuni par l'UNESCO en vue de l'examen critique des différentes théories pseudo-scientifiques invoquées pour justifier le racisme et la discrimination raciale. Sa communication a pour titre "L'unité d'origine de l'espèce humaine". L'écrivain Tahar Ben Jelloun en rend compte dans le quotidien français Le Monde. Le célèbre généticien Albert Jacquard participait également à ce colloque. Les Actes de ce colloque ont été publiés par l'UNESCO avec une préface du professeur François Jacob, Prix Nobel de Médecine

1985 : Cheikh Anta Diop est invité à Atlanta aux USA ; il est reçu par le maire d'Atlanta Andrew Young et par l'Association Martin Luther King. Il donne plusieurs conférences et interviews. Le 4 avril 1985 est proclamé "Dr. Cheikh Anta Diop Day".

1986 : Du 6 au 9 janvier 1986, à Yaoundé, il préside le Colloque sur l'Archéologie camerounaise. Il donne, le 8 janvier, dans le Palais des Congrès de la capitale camerounaise, sa dernière conférence : "La Nubie, l'Égypte et l'Afrique noire".

Cheikh Anta DIOP décède le 7 février 1986, à son domicile de Fann, quartier situé non loin de l'Université de Dakar qui aujourd'hui porte son nom. Il laisse inachevé un travail, publié aux Éditions Présence Africaine sous le titre Nouvelles recherches sur l'égyptien ancien et les langues négro-africaines modernes.

Source : cheikhantadiop.net
Mardi 16 Février 2021
La Dépêche d'Abidjan



Espace Kamite
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 3 Mars 2021 - 20:29 Jésus-Christ, un mythe?

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 19/02/2021 | 1098 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/02/2021 | 1461 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/02/2021 | 1454 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 15/02/2021 | 1208 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 09/02/2021 | 1623 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 05/02/2021 | 1307 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 01/02/2021 | 1902 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 30/01/2021 | 2185 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 21/01/2021 | 3064 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 19/01/2021 | 3207 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 17/01/2021 | 3303 vues
55555  (1 vote)